Changer d'édition

Une bourse pour les étudiants monoparentaux
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Une bourse pour les étudiants monoparentaux

Outre une aide financière, la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse souhaite apporter une réponse «mieux adaptée et plus pérenne» à ces familles en difficultés.

Une bourse pour les étudiants monoparentaux

Outre une aide financière, la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse souhaite apporter une réponse «mieux adaptée et plus pérenne» à ces familles en difficultés.
Photo: Licence CC
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Une bourse pour les étudiants monoparentaux

Si la crise sanitaire a aggravé la situation des parents isolés, la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse a annoncé, vendredi, leur apporter son soutien. Que ce soit sous la forme d'une aide financière ou d'un accompagnement.

(ASdN) - Au Luxembourg, plus de 40% des personnes isolées avec un ou plusieurs enfants à charge vivent en dessous du seuil de pauvreté. Si les données du Statec datent d'avant la pandémie, le covid-19 aurait encore davantage fragilisé la situation de ces familles monoparentales. Face à ce constat, la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse a décidé de renforcer son soutien à leur égard, en particulier, à celles et ceux réalisant des études. 


La pauvreté change de visage
Il n'aura pas fallu attendre la vague de faillites liée aux mesures sanitaires imposées au Grand-Duché pour voir progresser fortement le nombre de personnes en situation précaire. Et notamment ce que les acteurs de terrain nomment «les nouveaux pauvres».

Cette nouvelle main tendue sera d'abord financière. Elle prendra ainsi la forme d'une «aide directe au logement» et pourra être accordée à tout père ou mère, résidant au Grand-Duché, souhaitant «poursuivre ou entamer des études post-secondaires» sur le territoire. Celle-ci s'élèvera à hauteur de 300 euros maximum par mois et pourra être demandée «tout au long de l'année», précise le communiqué. 

Mais au-delà de l'aspect financier, la fondation entend apporter une réponse «mieux adaptée et plus pérenne». Concrètement, les boursiers pourront donc bénéficier d’un «accompagnement social personnalisé». Un soutien qui vient s'ajouter aux services sociaux de l’Université de Luxembourg mis en place durant la pandémie dans le cadre du programme d’intervention covid-19 de l'Asbl.


«La fiscalité des monoparentaux mène à la paupérisation»
Au Luxembourg, plus de 45% des personnes isolées avec un ou plusieurs enfants à charge vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon le Statec. Si certains dénoncent une fiscalité «injuste», d'autres voix s'élèvent pour demander les mêmes droits légaux que les couples.

La fondation voit également à plus long terme. En parallèle de ces aides, l'Asbl proposera ainsi des formations grâce à un partenariat avec la S.I.S. Youth&Work afin de venir en aide aux mères monoparentales ne disposant pas de diplôme scolaire. L’objectif de ce projet est de préparer au mieux ces jeunes femmes à «une vie autonome et décente» en facilitant leur accès au marché de l’emploi, note la fondation dans son communiqué.

A noter que certaines franges de la population présenteraient davantage de risques face à la précarité. Selon les dernières données du Statec, la communauté portugaise apparaît ainsi être en première ligne. En 2018, ils étaient 31,2% à être considérés comme pouvant basculer vers la pauvreté, contre 15,9% pour les Français et 11,6% pour les Luxembourgeois.  


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Caritas dénonce la hausse des inégalités
L'association a dressé le bilan de son opération helpline mise en place durant le confinement. Mais au-delà des chiffres, Marie-Josée Jacobs et son équipe lancent un appel au gouvernement pour qu'il redouble d'efforts pour lutter contre la pauvreté.
ACHTUNG: SPERRFRIST 21. JANUAR 01:01 UHR. FREI F‹R MONTAGSUASGABEN UND E-PAPER - ARCHIV - 04.07.2017, Sachsen, Dresden: ILLUSTRATION - Eine Bettlerin sitzt am Eingang der Katholischen Hofkirche und bittet um Almosen. Zur Bek‰mpfung der Ungleichheit in Deutschland fordert die Organisation Oxfam einen hˆheren Mindestlohn sowie eine st‰rkere Belastung von Vermˆgenden, Konzernen, Erbschaften und hohen Einkommen. (zu dpa ´Oxfam fordert hˆheren Mindestlohn und st‰rkere Belastung von Reichenª vom 20.01.2019) Foto: Sebastian Kahnert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«La fiscalité des monoparentaux mène à la paupérisation»
Au Luxembourg, plus de 45% des personnes isolées avec un ou plusieurs enfants à charge vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon le Statec. Si certains dénoncent une fiscalité «injuste», d'autres voix s'élèvent pour demander les mêmes droits légaux que les couples.
«La fiscalité des monoparentaux mène à la paupérisation»
Au Luxembourg, plus de 45% des personnes isolées avec un ou plusieurs enfants à charge vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon le Statec. Si certains dénoncent une fiscalité «injuste», d'autres voix s'élèvent pour demander les mêmes droits légaux que les couples.
Les inégalités grandissent «à une vitesse malsaine»
Ce n'est pas parce que le pays va bien que tous ses habitants vont bien. Le rapporteur du budget, Yves Cruchten, présentera ce mardi après-midi son rapport sur le projet de budget 2020 en mettant l'accent sur le PIB du bien-être.
Politik, Interview Yves Cruchten (Budget 2020), Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg
Avec moins de 2013 euros par mois, 105.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. Le nouvel état social dressé par le Statec révèle que le taux de pauvreté n'a pas augmenté l'an passé. Par contre, l'écart entre les plus riches et les plus pauvres grandit.
Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.
Les familles monoparentales devront encore attendre
La pétition déposée à la Chambre réclamant l'octroi immédiat de la classe 2 aux foyers monoparentaux n'a pas obtenu suffisamment de signatures pour déclencher un débat parlementaire. Mais la mesure sera bien reprise dans la prochaine réforme fiscale, en 2020.