Changer d'édition

Une année très chaude pour le CGDIS
Luxembourg 11 6 min. 27.12.2019 Cet article est archivé

Une année très chaude pour le CGDIS

La pollution des cours d'eau du pays par les mousses d'extinction employées par les pompiers est un sujet de préoccupation pour la ministre de l'Environnement.

Une année très chaude pour le CGDIS

La pollution des cours d'eau du pays par les mousses d'extinction employées par les pompiers est un sujet de préoccupation pour la ministre de l'Environnement.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 11 6 min. 27.12.2019 Cet article est archivé

Une année très chaude pour le CGDIS

Sophie HERMES
Sophie HERMES
Les interventions de grande ampleur se sont multipliées en 2019 pour les services de secours du Luxembourg. Douze mois qui ont aussi permis d'éprouver la toute nouvelle structure opérationnelle de l'organisation.

Plusieurs incendies de grande envergure et une tornade qui a balayé le sud du pays le Corps grand-ducal d'incendie et de secours (CGDIS) n'a pas chômé pour sa première année pleine après la réforme profonde de juillet 2018. Passage en revue des défis les plus importants des mois passés.

25 juillet : incendie dans un champ à Hamm

Les habitants de Luxembourg-Hamm se souviendront encore longtemps de ce 25 juillet. Au beau milieu de cette chaude journée d'été, aux alentours de 14h15, une botte de foin prend feu. Bien que les pompiers arrivent rapidement sur place, ils n'arrivent pas à maîtriser le feu à cause de la sécheresse et du vent qui souffle. Peu de temps après le début de l'intervention, les riverains sont effrayés par une détonation : c'est un véhicule de secours qui se retrouve lui-même dans les flammes. Heureusement, l'équipage a pu se mettre à l'abri à temps.

Les vents ont rendu le feu incontrôlable et l'opération d'autant plus périlleuse.
Les vents ont rendu le feu incontrôlable et l'opération d'autant plus périlleuse.
Photo: Gerry Huberty

Suite à cet incident, les flammes se propagent à un bout de forêt et menacent d'engloutir deux stations d'essence à Pulvermühle. Ce n'est qu'à 16h15 que le danger est évité. Plus de trois heures plus tard, l'incendie sera maîtrisé.

Pour cette intervention, environ 90 pompiers venus de 20 centres ont bravé les risques. Deux d'entre eux font un malaise et sont soignés en urgence sur place.

31 juillet : l'enfer chez Kronospan

Pour le CGDIS, l'été fut intense. Seulement six jours après l'incendie de Hamm, un départ de feu est signalé sur le site de Kronospan, dans la zone d'activité Gadderscheier à Sanem. De grandes quantités de bois sec étant entreposées dans l'enceinte de l'entreprise, le risque de propagation est grand.

Au plus fort de l'intervention, plus de 200 hommes étaient sur le site pour stopper les flammes insatiables.
Au plus fort de l'intervention, plus de 200 hommes étaient sur le site pour stopper les flammes insatiables.
Photo: CGDIS

L'intervention dure plusieurs jours. Jusqu'à 240 pompiers - y compris des sapeurs français - sont impliqués dans l'opération.


Durch den Brand in Echternach gelangte Löschwasser in den Grenzfluss Sauer.
Trois rivières polluées en deux mois
Fin juillet c'est la Chiers qui était impactée. Mi-septembre de nombreux poissons sont morts dans l'Alzette. Et depuis mardi, c'est au tour de la Sûre de subir les conséquences de l'incendie d'Euro-Composites. Quatre pollutions majeures en peu de temps qui posent question.

Le feu de grande envergure a également des répercussions négatives sur la Chiers. Pendant son extinction, une grande quantité d'ammonium est déversée dans la rivière. A cause du manque d'oxygène, de nombreux poissons meurent. 

9 août : place à la tornade 

Les flammes n'ont pas été le seul souci du CGDIS, durant cet été. Le 9 août, ce sont les vents qui entraînent une nouvelle intervention à grande échelle. En quelques minutes, une tornade sévit dans le sud du pays et détruit tout sur son passage

Dix-neuf personnes seront blessées et 314 maisons endommagées, causant quelque 100 millions d'euros de dégâts, selon les assureurs. Les rues deviennent en partie impraticables et de nombreux véhicules sont détruits.


Aufräumarbeiten Tornado in Niederkerschen
40 millions d'euros déjà versés après la tornade
Quatre mois après les destructions sur Pétange et Bascharage, les assureurs luxembourgeois continuent à dédommager particuliers et entreprises. Au total 4.000 dossiers de prise en charge de dégâts ont été ouverts.

En pleine période de vacances estivales, 750 secouristes passent quatre jours complets sur le terrain. Ils sont soutenus par une unité française spécialisée dans le déblaiement et le Technisches Hilfswerk allemand. 

9 septembre : un parking s'embrase

Un déploiement inhabituel a lieu le 9 septembre, quand un véhicule prend feu au premier sous-sol du parking Rousegäertchen. Les flammes gagnent rapidement quatre autres voitures garées à proximité. Le bâtiment et de nombreux autres véhicules seront également endommagés. Il faudra attendre plusieurs jours avant que le parking puisse être déblayé.


Le parking des Martyrs devra-t-il être rénové en priorité ?
Neuf jours après la destruction de cinq véhicules au niveau -1, de nombreuses questions restent ouvertes quant à l'incendie du souterrain du Rousegäertchen. A commencer s'il rouvrira rapidement ou si la Ville ne devra pas le rénover avant d'autres.

Les 50 membres du CGDIS en action dans le parking de plusieurs étages doivent faire face à des températures extrêmes ainsi qu'à une épaisse fumée. Malgré cela, ils parviennent à dompter les flammes en un peu plus d'une heure.

Le parking ne sera pas rouvert après l'incendie. Au lieu de cela, le parking souterrain doit être rénové de fond en comble.  

1er octobre : fumée au-dessus d'Echternach

Des nuages de fumée noire sont visibles à Echternach. Une fois de plus, un incendie majeur a lieu. Après une explosion dans un entrepôt du fabricant de matériaux composites Euro-Composites, des produits chimiques prennent feu.


Les mousses d'extinction des pompiers se sont déversées dans le cours d'eau, causant des dégâts durables.
Euro-Composites tenue d'analyser l'eau de la Sûre
Plus de deux mois après la pollution du cours d'eau entraînée par l'incendie de l'entreprise, le gouvernement craint une contamination des poissons. C'est la société qui devra régler la note de l'étude plus poussée qui est prévue.

Cent pompiers de dix centres de secours sont en action toute la journée. Deux drones les aident à localiser avec précision la source du feu. La société touchée par le feu travaille principalement avec une résine synthétique, produisant beaucoup de fumée. Mais les substances ne sont pas toxiques, confirme une analyse de l'air.

Pour la Sûre, la mission des pompiers tourne au vinaigre. La mousse d'extinction et des substances chimiques sont déversées dans le cours d'eau, le couvrant d'un impressionnant tapis de mousse blanche. Si la présence de substances polyfluorées dans l'eau a été confirmée par l'Agence de gestion de l'eau, des évaluations sont encore en cours pour déterminer le taux précis de pollution des sédiments et des poissons.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le recours à l'hélicoptère pour la lutte incendie ne constitue pas la solution dans le cas des feux de champs ou de forêts au Luxembourg. Le Corps grand-ducal d'incendie et de secours préfère s'appuyer sur plus de formations pour ses pompiers.
Lokales,Feldbrand in Hamm,CGDIS. Feuerwehr,Brand,Feuer,Hitze,Sommerhitze. Foto. Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Lors d'une mission d'extinction d'une balle de foin en feu, les flammes se sont propagées à un camion de pompiers du CGDIS. C'est l'explication des sombres «nuages» qui passent dans le ciel de Luxembourg.
Alors que le Corps grand-ducal d'incendie et de secours (CGDIS) fête ce lundi 1er juillet son premier anniversaire, le futur centre national dédié, sur le Ban de Gasperich, devrait être opérationnel fin 2020. Mais il reste encore beaucoup à faire entre-temps.
Rettungszenter CGDIS um Boulevard Kockelscheuer  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Pour notre image du jour de ce mercredi 12 juin, zoom sur le chantier titanesque du prochain centre des secours de la ville de Luxembourg, situé sur le boulevard Kockelscheuer.
Rettungszenter CGDIS um Boulevard Kockelscheuer  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort