Changer d'édition

Une année de pause pour mûrir la réforme fiscale
Luxembourg 2 min. 03.05.2021

Une année de pause pour mûrir la réforme fiscale

Le député André Bauler (DP) reste partisan d'un "attentisme sage" en matière fiscale, tant que la crise covid pèse.

Une année de pause pour mûrir la réforme fiscale

Le député André Bauler (DP) reste partisan d'un "attentisme sage" en matière fiscale, tant que la crise covid pèse.
Photo archives : Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 03.05.2021

Une année de pause pour mûrir la réforme fiscale

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Non, ce n'est certainement pas cette année qu'une "taxe corona" aboutira ou que l'impôt des célibataires sera revu. A la commission des Finances, on préfère dresser l'état des lieux, avant d'avancer de quelconques réformes.

«Il n'y a peut-être pas encore eu la grande réforme fiscale du mandat, mais les choses ont quand même bougé.» Pour le député André Bauler (DP), il ne faudrait pas oublier, par exemple, l'introduction de la taxe carbone au 1er janvier dernier ou la réforme des Fonds d'investissements spécialisés. Et si Pierre Gramegna, en ministre des Finances prudent, a déjà annoncé qu'il n'avait pas l'intention de bouleverser la donne en matière d'impôts et taxes cette année, le président de la commission des Finances va dans le même sens.


Politik, Chambre des Députés - Débat Budget, Pierre Gramegna. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le «bout du tunnel» approcherait à grands pas
Lors de sa présentation de la situation économique du Luxembourg, mardi à la Chambre, le ministre des Finances n'a pas caché un certain optimisme. Avec comme principale raison le maintien des performances de la Place.

Et pourtant, en coulisses, ça travaille. Doucement mais sûrement. Et André Bauler de faire l'éloge de cette lenteur : «Je sais que certains sont pressés de voir s'instaurer un impôt de crise que d'autres attendent des changements en matière d'allègements de droits mais c'est encore bien trop tôt pour agir dans tel ou tel sens». En cause : cette crise dont on ne sait quand elle va finir. «Il y a tout de même des signes encourageants : les recettes de l'Etat sont en train de reprendre de la dynamique». Et cela alors même que quelques allègements fiscaux ont dû être faits et que l'activité n'est pas revenue au sommet.

Mais pour l'heure, la majorité s'attelle plutôt à «soutenir les sociétés les plus en difficulté et les personnes les plus touchées par la crise». Et la commission des Finances, elle, affine sa vision d'ensemble de la situation économique, des entreprises, des ménages, et donc du pays. Après avoir reçu les représentants de l'administration des contributions directes, elle a entendu le rapport de l'administration de l'enregistrement et des domaines. Impôts directs ou indirects : il faut maintenant voir ce que la crise fait perdre aux finances publiques «avant d'ajuster les compteurs». Mais pas en 2021, on le répète à l'envi.


Steuererklärung - déclaration fiscale - Photo : Pierre Matgé
La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune
Abolie voilà une quinzaine d'années, la taxation sur les plus hauts revenus revient dans le débat. Pour l'organisme représentant toutes les personnes salariées travaillant au Luxembourg, la recherche de nouvelles recettes fiscales devrait passer par «la plus socialement juste des fiscalités».

«Nous regardons aussi bien ce que font nos voisins, que ce qui se passe chez nous, nos spécificités», note André Bauler. Comme cette taxe d'abonnement sur la Place financière qui rapportait un milliard d'euros à l'Etat. Ou encore ces droits de succession (80 millions d'euros de recettes en 2020) ou droits d'enregistrement (360 millions d'euros) dont certains souhaitent l'allègement. «Passé l'été, on saura mieux où l'on va. Il sera alors temps de réfléchir sur des réformes, le débat à la Chambre ayant lieu probablement début 2022.» 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des finances «sur la voie du redressement»
Présent lundi en commission des Finances et du Budget, le ministre des Finances assure que les caisses de l'Etat se remplissent à nouveau en lien notamment avec le recul du chômage. A noter toutefois que le télétravail impacte négativement les recettes, avec une baisse des ventes de carburant.
Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Ce qu'un impôt minimal mondial changerait au Luxembourg
En discussion depuis 2017 au sein de l'OCDE, la mesure est revenue la semaine dernière sur le devant de la scène avec le soutien officiel de l'administration Biden. Si le Grand-Duché assure que cela va «dans le bon sens», la mise en oeuvre concrète de la mesure s'annonce ardue.
Lupe Tax Taxes
Digitalisation désormais de rigueur pour les impôts
Conformément à la loi de finance 2021, une partie des démarches liées à l'imposition se fera de manière dématérialisée. La fiche de retenue d'impôt sera ainsi la première à voir supprimer sa version papier à partir de 2022.
Les informations fiscales circulent comme jamais
L'administration luxembourgeoise a répondu à 100% des demandes de renseignements fiscaux issues d'autres Etats. Sur les 5.683 interrogations réceptionnées en six ans, plus de la moitié provenaient du fisc français.
IPO,Chamber Budgets-Rapport vum Rapporteur Francois Benoit.Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort