Changer d'édition

«Une aide rapide pour les gens et les entreprises»
Luxembourg 7 min. 20.04.2022
Solidaritéitspak

«Une aide rapide pour les gens et les entreprises»

Dans les supermarchés, les prix des denrées alimentaires ont sensiblement augmenté. Ce sont surtout les bas salaires qui en pâtissent.
Solidaritéitspak

«Une aide rapide pour les gens et les entreprises»

Dans les supermarchés, les prix des denrées alimentaires ont sensiblement augmenté. Ce sont surtout les bas salaires qui en pâtissent.
Photo: DPA
Luxembourg 7 min. 20.04.2022
Solidaritéitspak

«Une aide rapide pour les gens et les entreprises»

Mardi, la commission spéciale nouvellement créée, composée de 15 membres, s'est réunie pour une première séance consacrée à l'accord tripartite et aux aides décidées.

(tb avec Michèle Gantenbein) Le «Solidaritéitspak», signé le 31 mars par le gouvernement avec les syndicats LCGB et CGFP et l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), a fait l'objet mardi d'une commission parlementaire spéciale. 


Pour Tom Oberweis, président de la Chambre des métiers, "il est impératif de relancer l’économie et d’éviter ainsi une vague massive de faillites".
Voici les prochains défis qui attendent le Luxembourg pour la FDA
Economie, énergie, social, le Luxembourg va devoir innover en matière politique afin de conserver son attractivité. C'est en tout cas l'avis de la Fédération des Artisans et de la Chambre des métiers.

La «Commission Tripartite» a été créée à la demande du CSV - pour des raisons de transparence, parce qu'il n'est pas question de tout acheter les yeux fermés, comme l'avait déclaré le co-chef de groupe Gilles Roth dans le cadre du débat sur l'accord au Parlement il y a trois semaines. 

Cette commission spéciale doit maintenant examiner en détail les mesures adoptées, leur coût et leur impact. Le président de la commission, composée de 15 membres, est le chef du groupe DP Gilles Baum, les vice-présidents sont Gilles Roth et la cheffe du groupe des Verts Josée Lorsché.

Mardi, l'accord a été présenté aux membres par le Premier ministre Xavier Bettel, la ministre des Finances Yuriko Backes (tous deux DP) et le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP). Les questions de détail, notamment sur le crédit d'impôt pour les ménages (440 millions d'euros), ne seront réglées que lors d'une prochaine réunion, jeudi, en présence des responsables du Statec et de l'administration fiscale.

Selon Gilles Roth, le CSV insiste pour rencontrer également les syndicats et l'UEL afin de recueillir leur point de vue. Pour Josée Lorsché, il est important d'avancer rapidement afin de pouvoir aider efficacement les personnes et les entreprises. L'objectif est d'élaborer une sorte de loi omnibus qui regroupe toutes les aides aux entreprises. Au total, 225 millions d'euros d'aides sont prévus pour les entreprises. 

L'augmentation des allocations d'études représente dix millions d'euros et le Revis 4,5 millions d'euros. Parmi les autres mesures figurent le gel des loyers jusqu'à la fin de l'année, cinq millions d'euros supplémentaires pour l'allocation de loyer et la réduction du prix du fioul de 7,5 centimes par litre jusqu'à la fin de l'année. 

Le président de la commission spéciale, Gilles Baum, a souligné une fois de plus que le crédit d'impôt n'est pas calculé par ménage mais par travailleur. Un ménage avec un employé reçoit le crédit d'impôt une fois, si le ménage a deux employés, le crédit d'impôt est payé deux fois. 

Gilles Baum ne voit pas de désavantage pour les familles monoparentales. Il en va exactement de même pour l'index et les enfants ont été pris en compte par la réindexation des allocations familiales. Gilles Baum espère que le travail de la commission sera terminé à la Pentecôte. 

Le «Solidaritéitspak» et l'OGBL

En mars, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) avait convoqué une tripartite afin de décider, avec les partenaires sociaux, de mesures de soutien aux entreprises et aux ménages privés, fortement touchés par la hausse des prix de l'énergie, des matières premières et des denrées alimentaires. Après deux premières journées de négociations, les 22 et 23 mars, le paquet de mesures, sur lequel tout le monde était d'accord en principe, était prêt.


31.03.2022 Erklärung des Premierminister Xavier Bettel bezüglich des Scheitern der Verhandlungen der Tripartite , Abgeordnetenkammer , chambre des députés , Debatte , Stellungnahme , hier : Xavier Bettel , Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
«Aucune perte du pouvoir d'achat pour les Luxembourgeois»
Cette somme doit permettre au Luxembourg de rester une terre d'investissements, selon les dires du Premier ministre Xavier Bettel (DP).

Lors d'une conférence de presse le 23 mars au soir, le Premier ministre a annoncé les points essentiels de l'accord : la tranche indiciaire d'avril 2022 sera payée, celle d'août est reportée à avril 2023. En contrepartie de la perte de pouvoir d'achat, les travailleurs recevront une compensation sous la forme d'un crédit d'impôt. Les catégories salariales inférieures sont surcompensées, elles reçoivent donc plus que par une tranche indiciaire. La compensation s'effectue jusqu'à un salaire annuel de 100.000 euros bruts. 

Ce qui est important, c'est que le mécanisme de l'index a été défendu et que personne ne remet en question l'index.

Nora Back, présidente de l'OGBL, le 23 mars.

Si une autre tranche indiciaire devait être supprimée en 2023, celle-ci serait également reportée et compensée. En outre, il avait été convenu d'une réduction de prix de 7,5 centimes par litre pour le mazout et l'essence. 

A ce moment-là, rien n'indiquait une attitude de rejet de la part des syndicats. Au contraire. Lors d'une conférence de presse commune avec le gouvernement et le patronat le soir du 23 mars, la présidente de l'OGBL Nora Back a parlé d'un dialogue social constructif. En ce qui concerne le pouvoir d'achat des ménages, de nombreuses mesures ont été discutées, qui sont bonnes et qui doivent encore être chiffrées et examinées en détail. Elle n'a rien trouvé à redire non plus sur l'indice. «Ce qui est important», a déclaré Mme Back, «c'est que le mécanisme de l'index a été défendu et que personne ne remet en question l'index». 

Il ressortait de ses déclarations que, sur la base des possibilités discutées pour renforcer le pouvoir d'achat des travailleurs, elle était tout à fait d'accord avec le report de la tranche d'indexation en août et le report éventuel d'une autre tranche d'indexation.

Il a également été convenu qu'une nouvelle tripartite serait convoquée si d'autres mesures s'imposaient suite à une détérioration de la situation. 

Changement d'attitude de Nora Back

Une semaine plus tard, l'attitude de la présidente de l'OGBL, qui avait entre-temps consulté ses instances, était tout autre. L'OGBL a fait capoter les négociations détaillées et n'a pas signé l'accord. 


31.03.2022 OGBL : Stellungnahme zum Scheitern der Verhandlungen der Tripartite , Pressekonferenz ,  Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
«L'OGBL n'appose pas sa signature sur un démantèlement social»
Le syndicat a expliqué jeudi pourquoi il a fait échouer le deal avec le gouvernement et le patronat pour soutenir les entreprises et les ménages.

Lors d'une conférence de presse de l'OGBL le lendemain matin (31 mars), en présence de nombreux syndicalistes, Nora Back s'est montrée combative, parlant de démantèlement social, de dégradations pour la population active, que l'accord ne servait qu'aux entreprises, indépendamment du fait qu'elles aient besoin d'aide ou non. Elle a annoncé - en vue du 1er mai - des actions syndicales et a été acclamée par les membres. 

Les négociateurs du LCGB et de la CGFP ne l'entendaient pas de cette oreille. Ils ont apposé leur signature au bas du paquet d'aide de 830 millions d'euros, dont 600 millions d'euros en faveur des ménages privés. 

La ligne rouge de l'OGBL: l'index

Ce qui avait fondamentalement changé dans la semaine entre le premier et le dernier tour de négociations, c'était la position de Nora Back sur l'index. Nous étions encore d'accord avec le report de la tranche d'août, «mais uniquement s'il y avait des contreparties», a déclaré Nora Back lors de la conférence de presse. Or, il n'y en a pas eu. Pour rappel, les syndicats envisageaient des compensations allant jusqu'à 160.000 euros de salaire annuel. Ils se sont finalement mis d'accord sur 100.000 euros. 


Das Abkommen wurde ohne den OGBL unterzeichnet.
L'OGBL se défend et parle de tromperie
Le syndicat n'avait pas soutenu l'accord tripartite - et s'efforce de rectifier le tir.

La présidente de l'OGBL ne veut plus entendre parler de concessions pour d'éventuelles tranches indiciaires supplémentaires. Une ligne rouge de l'OGBL serait ainsi franchie. Elle a reproché au gouvernement d'avoir fait de la tripartite une simple discussion sur l'index et d'avoir rejeté les propositions alternatives de l'OGBL pour renforcer le pouvoir d'achat. Mais en fin de compte, c'est l'OGBL qui a refusé de donner son accord à cause de l'index.

L'après-midi du même jour, le Premier ministre Xavier Bettel a présenté l'accord au Parlement et a obtenu l'approbation des trois partis gouvernementaux et du CSV. Déi Lénk, Pirates et ADR n'ont pas trouvé beaucoup de points positifs dans l'accord. Ils ont surtout critiqué le déplacement de l'index et ont déploré de devoir voter sur un accord sans connaître les chiffres.

«Ne touchez pas à mon index» 

L'OGBL a fait distribuer à tous les ménages un document dans lequel le syndicat reproche au gouvernement, à l'instigation du patronat, de s'attaquer au système d'indexation et de le mettre en danger. L'OGBL aurait refusé d'apposer sa signature sur un accord «qui affaiblit encore plus le pouvoir d'achat des gens». La grande majorité des salariés sont perdants malgré les compensations, ils sont donc volés. En outre, les travailleurs devraient payer les compensations de leur poche. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'OGBL s'est opposé aux propositions
Les discussions ont été longues ce mercredi soir entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Mais elles n'ont débouché sur aucun accord, malgré un plan de 830 millions d'euros déposé sur la table.
(de dos, de g. à dr.) Paulette Lenert, Vice-Premier ministre, ministre de la Protection des consommateurs, ministre de la Santé, ministre déléguée à la Sécurité sociale ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, ministre de la Mobilité et des Travaux publics ; Lex Delles, ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
Les salaires vont augmenter de 2,5%
C'est une bonne nouvelle pour tous les salariés, les fonctionnaires et les retraités: le Statec a confirmé ce mercredi matin que l'indexation des salaires sera effective dès ce vendredi.
Happy Asian woman shopping at a food market and buying fresh organic fruits