Changer d'édition

Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif
Luxembourg 4 min. 22.07.2020

Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif

La campagne de dépistage à grande échelle se prolongera au-delà de l'année 2020 au Luxembourg

Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif

La campagne de dépistage à grande échelle se prolongera au-delà de l'année 2020 au Luxembourg
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 22.07.2020

Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif

La loi actant la prolongation des tests à grande échelle a été adoptée à l'unanimité mardi à la Chambre. Un plébiscite qui prouve le soutien que les députés portent à cette stratégie gouvernementale. La deuxième phase commencera début août, s'étendra sur plus de sept mois et coûtera 60,7 millions d'euros.

(JFC, avec Annette Welsch) - Lancée fin mai, la première phase de tests à grande échelle s'achèvera le 28 juillet. Vu la persistance du virus et le regain des cas d'infections observé depuis fin juin, une prolongation s'avérait nécessaire en vue de continuer à cibler les foyers d'infections et de contrôler la situation.  L'objectif demeure de pouvoir isoler à un stade précoce les personnes infectées qui ne présentent pas ou pas encore de symptômes, ainsi que leurs contacts. C'est pourquoi la Chambre a adopté mardi à l'unanimité le principe de la poursuite du programme.

Ainsi concrètement, à partir de la fin août et sur plus de 30 semaines cette fois, le programme prévoit la réalisation de 1,6 million de tests. Dont coût: 60,7 millions d'euros. Vu que le budget dépasse les 40 millions d'euros, une loi devra être votée, et cette fois, elle donnera lieu à un appel d'offres afin de déterminer qui effectuera les tests. D'ici début août, la première phase «sera prolongée avec le prestataire actuel», a précisé devant les députés la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP).

Malgré le vote unanime des députés, l'opposition a tout de même émis de sévères critiques sur le principe. Georges Mischo (CSV) a ainsi parlé de «faillites et de mésaventures concernant la première phase». Selon lui, non seulement elle a commencé tardivement, mais en outre les données n'ont pas circulé correctement, et il s'est écoulé trop de temps entre l'idée et la mise en œuvre; à l'arrivée, beaucoup moins de tests ont eu lieu que prévu. «Aucun progrès n'a été fait au ministère de la Santé», affirme le bourgmestre d'Esch.

«Combien a coûté la première phase? Combien de tests restent à faire? Comment combler le fossé entre le 27 juillet et la fin du mois d'août, lorsque la deuxième phase commencera?», a-t-il demandé, agacé que l'action ait déjà été mise en adjudication alors que la Chambre n'avait même pas encore adopté la nouvelle loi. Si Georges Mischo avoue «ne pas être contre les tests», il se dit en revanche «contre la façon dont ils sont effectués et la mauvaise préparation». Car pour lui, vu que les cas d'infections sont aujourd'hui en hausse, de nombreux tests n'ont de sens que si les bonnes mesures sont ensuite prises. C'est pourquoi il affirme que «nous avons besoin de l'application de traçage».


TOPSHOT - A health worker is seen at the COVID-19 area of the 32nd Zone General Hospital of the Mexican Social Security Institute (IMSS) in Mexico City, on July 20, 2020, amid the new coronavirus pandemic. (Photo by PEDRO PARDO / AFP)
Dans la crainte des 8.000 cas positifs
Selon le Research Luxembourg, la deuxième vague pourrait surcharger les unités de soins intensifs du Grand-Duché pour fin août. En l'état actuel, les scientifiques partent sur un scénario noir avec un nombre de dépistés ayant quasi doublé d'ici une semaine...

Face à ces doléances, Paulette Lenert a réagi vertement. «Citez-moi un seul pays qui a lancé un projet d'une telle envergure!», s'est-elle ainsi exclamée devant l'assemblée. Et à propos de la demande d'une application de traçage, la ministre de la Santé a précisé que «l'équipe en charge du traçage analogique a été renforcée en un rien de temps», de sorte que «nous n'avons pas eu à déplorer la faillite du système.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2.000 infectés potentiels «tracés» chaque semaine
La cellule de traçage de l'Inspection sanitaire luxembourgeoise tente d'identifier et mettre en retrait toute personne ayant eu un contact avec des personnes positives au covid-19. Une mission dont l'importance s'est emballée avec la reprise des infections.
A taxi driver (R) gets tested by health workers (L) for coronavirus COVID-19 at a makeshift testing station in a carpark in Hong Kong on July 19, 2020. - The deadly coronavirus is spreading out of control in Hong Kong with a record 100 new cases confirmed, the finance hub's leader said as she tightened social distancing measures to tackle the sudden surge in infections. (Photo by ISAAC LAWRENCE / AFP)
La carte de circulation du virus dévoilée
Désormais, chaque semaine, le ministère de la Santé a choisi de publier les statistiques concernant le niveau de propagation du virus dans le pays, et ses effets sur le système sanitaire. Clairement, le sud du pays est la partie du territoire la plus concernée (mais aussi la plus peuplée, ceci pouvant expliquer cela).
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Faire moins de tests n'est pas une option»
Face à la hausse «importante mais non exponentielle» du nombre de nouvelles infections au covid-19, le gouvernement n'annonce pas, mercredi, de nouvelles mesures spécifiques. Ces dernières pourraient toutefois intervenir d'ici dimanche, en fonction de l'évolution de la situation.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«10% des cas positifs sont des frontaliers»
Paulette Lenert (LSAP) a présenté l'évolution de la pandémie de covid-19 au pays. La ministre de la Santé est revenue sur la hausse importante des contaminations au cours de la dernière semaine où 289 personnes ont été touchées par le virus.
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le dépistage massif pour contrer un éventuel rebond
Vu l'augmentation des cas de covid-19 depuis deux semaines, les chercheurs de Research Luxembourg ont rappelé ce jeudi l'importance des tests à grande échelle. Une stratégie qui doit permettre d'éviter la seconde vague.
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le dépistage massif atteint sa vitesse de croisière
Plutôt lente au démarrage, la campagne de tests à grande échelle lancée le 27 mai a déjà permis de tester plus de 55.000 personnes, avec un taux de participation de 50%. L'objectif reste de détecter et de briser rapidement les chaînes d'infection.
A staff member of the health authorities of the southern federal state of Baden-Wuerttemberg demonstrates on a negative sample the test for the coronavirus SARS-CoV-2, in a laboratory in Stuttgart, southern Germany, on March 2, 2020. - The death toll from the new coronavirus epidemic surpassed 3,000 on Monday, March 2, 2020, as more people died in China, Iran and the US and Europe raised its state of alert. EU president Ursula von der Leyen said the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) had increased its risk assessment for Europeans after Italy's outbreak doubled in 48 hours. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
«Voir le dépistage comme une contribution à la société»
Le testing à large échelle est actuellement le moyen le plus sûr de pouvoir contenir le virus, selon Ulf Nehrbass, directeur de l'Institut luxembourgeois de la santé. Car si une chaîne d'infection devait apparaître, il serait alors possible de la détecter et d'intervenir rapidement.
Lokales, Covid-19 Test, P&R Belval, large scale testing,  Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Le dépistage massif cherche son rythme de croisière
Si le lancement de la vaste campagne de testing à grande échelle a connu quelques retards à l'allumage, tout est désormais en ordre. Que ce soit les centres, les invitations ou encore le matériel, il n'y a pas de problème selon le Luxembourg Institute of Health.
Lok , Bascharage , Coronavirus , Drive In Test Coronavirus  , Sars-CoV-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort