Changer d'édition

Un voyage dans le temps à l'assaut du Kirchberg
Luxembourg 38 4 min. 30.07.2022
Balade estivale

Un voyage dans le temps à l'assaut du Kirchberg

Une partie de la visite se fait dans les galeries souterraines du fort Olizy.
Balade estivale

Un voyage dans le temps à l'assaut du Kirchberg

Une partie de la visite se fait dans les galeries souterraines du fort Olizy.
Photo: Thomas Berthol
Luxembourg 38 4 min. 30.07.2022
Balade estivale

Un voyage dans le temps à l'assaut du Kirchberg

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Cet été, chaque samedi, nous vous proposons une balade, à pied ou à vélo, à travers le Luxembourg. Cette semaine, partons à l'assaut du Kirchberg. Un voyage en pleine nature et un saut dans le passé.

Si le Luxembourg est connu pour ses banques et son quartier d'affaires au Kirchberg, ce quartier est aussi entouré d'anciennes fortifications, voire de galeries souterraines. L'association Frënn vun der Festungsgeschicht Lëtzebuerg (amis de l'histoire de la fortification Luxembourg) propose depuis quelques années chaque été de (re)découvrir les deux siècles de fortifications au Kirchberg (1685-1867).


Wort.fr, Musée de l'Aviation, Mondorf-les.Bains, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Un programme de haut vol pour la fin du mois de juillet
Voici une sélection d'activités à planifier pour profiter pleinement de cette fin de mois de juillet. Au programme: le musée d'aviation de Mondorf-les-Bains, un saut en parachute et les concerts à ne pas rater.

La visite de près de cinq kilomètres dure environ deux heures et commence près du funiculaire, situé après le Pont Rouge en direction du Kirchberg. Première étape du parcours: descendre dans les galeries souterraines du fort Olizy, construit par les Français en 1733.

Pour parcourir ces galeries situées à près de huit mètres de profondeur, n'oubliez pas de prendre une lampe de poche et il vaut mieux prendre de vieilles chaussures pour éviter de salir sa nouvelle paire. Dans ces passages, faites bien attention à bien baisser la tête, car le plafond est assez bas à certains endroits. C'est en tout cas un endroit idéal pour fuir les fortes chaleurs, fait remarquer Romain Schaus, guide de l'asbl FFGL. 

En passant dans les galeries, il est même possible d'entendre circuler le tram à la surface. La construction de la ligne a d'ailleurs engendré l'effondrement d'une partie des galeries qui a dû être restaurée, raconte Romain Schaus.

«Autour de ce couloir, il y avait six chambres de poudre que les soldats pouvaient faire sauter en cas d'arrivée de l'ennemi», explique le guide Romain Schaus de l'asbl FFGL. Si les galeries parcourues ne se font que sur 300 mètres, elles paraissent bien plus longues avec des passages à gauche ou à droite avec des fenêtres de tirs, et même à certains endroits quelques stalactites.

Après près de 20 minutes sous terre, retour à la lumière et cette fois cap vers le fort Niedergrünewald construit par Vauban en 1685. Depuis les remparts qui restent, on aperçoit le Pont Rouge qui mène au Kirchberg.

Après cet arrêt, la visite continue et passe par le «chemin du canon», c'est par là que les soldats poussaient les canons pour rejoindre les forts, car cette artillerie était stockée dans un arsenal dans la vallée. Cette partie de la visite fait d'ailleurs partie de l'itinéraire Vauban de la capitale. Au-delà de la visite historique, les amoureux de la nature y trouveront également leur compte entre la forêt et des parois rocheuses assez impressionnantes. «C'est un peu notre Grand Canyon», sourit le guide. Un peu plus bas au cœur de la forêt, il reste encore un fort: la porte du Grünewald érigée en 1685 dans la vallée de la Hiel.

Prochaine étape à présent: le fort Obergrünewald. Cette fois-ci, il faudra monter quelques mètres, mais pas besoin d'être un randonneur aguerri, rassurez-vous! Mais il vaut mieux avoir de bonnes chaussures solides pour cet itinéraire.

La montée vaut en tout cas la chandelle, une fois arrivé au sommet vous pourrez profiter d'un beau panorama sur le «Bock» et la Ville. Certaines parties du fort Obergrünewald pouvaient stocker jusqu'à 300 livres de poudre de canon, indique Romain Schaus.

Le parcours historique se termine enfin au fort Thüringen où se trouve le musée Dräi Eechelen qui fête actuellement ses dix ans. La visite proposée par le FFGL permet de comprendre pourquoi le Luxembourg était surnommé le «Gibraltar du Nord» en raison de sa forteresse réputée imprenable. «En théorie imprenable», précise Romain Schaus. Ce dernier rappelle que si le Luxembourg n'a pas été battu militairement, le pays a toutefois été occupé successivement par les Français, les Autrichiens et les Prussiens au fil des siècles. Mais cet itinéraire permet également de découvrir des sentiers pas forcément connus du grand public qui se trouvent pourtant au cœur de la capitale. Bonne visite!


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cet été, chaque samedi, nous vous proposons une balade, à pied ou à vélo, à travers le Luxembourg. Cette semaine, cap vers le sud du pays, à Schengen, point de départ du tout nouveau Moselle³-Trail.
Cet été, chaque samedi, nous vous proposons une balade, à pied ou à vélo, à travers le Luxembourg. Première étape dans l'est, à Wormeldange, pour un circuit VTT de 25 km dans un cadre verdoyant.