Changer d'édition

Un virus qui pèsera lourd financièrement
Luxembourg 4 min. 16.06.2020

Un virus qui pèsera lourd financièrement

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), doit revoir sa copie pour le budget 2020 du Luxembourg.

Un virus qui pèsera lourd financièrement

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), doit revoir sa copie pour le budget 2020 du Luxembourg.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 16.06.2020

Un virus qui pèsera lourd financièrement

Le Conseil national des finances publiques (CNFP) a examiné l'évolution de la situation budgétaire du pays pour la période 2020 et 2021. Les nouvelles perspectives bousculent les prévisions budgétaires et invitent à une vigilance particulière sur le déficit budgétaire attendu.

(pj avec Michèle Gantenbein) - Dans la tempête, inutile de crier. Chacun sait que le danger guette. Aussi, à analyser les perspectives attendues pour l'économie du pays et son budget, Romain Bausch se veut plus prévenant qu'alarmant. Face aux conséquences de la crise du covid-19, le président du Conseil national des finances publiques (CNFP) se contente d'un «ce n'est pas une raison de paniquer, mais il est important de garder un œil sur cet impact». 

Car même si le Luxembourg a réagi vite et fort, compris en contractant un emprunt de 2,5 milliards d'euros (à taux négatif), l'horizon s'est subitement assombri.  Ainsi, la croissance économique au Grand-Duché désormais espérée par le gouvernement a été revue à la baisse à hauteur de 6% du PIB (avec un rebond attendu de +7% en 2021). Le Statec envisage même un scénario plus pessimiste avec une croissance freinée de 12,4% cette année, et une relance limitée à +2,1% l'an prochain.


Ministere des Finances - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les finances publiques, autres victimes du virus
Sur les trois premiers mois de l'année, les recettes engrangées par l'Etat sont en recul (-8,4%) alors que les dépenses ont fait un bond de 28,5%, selon les données publiées lundi par le ministère des Finances. En cause, les mesures d'aide mises en place par le gouvernement pour répondre à la crise sanitaire.

Selon cette estimation, le produit intérieur brut réel  fin de 2021 serait de 10% inférieur au chiffre de 2019. Et la CNFP de regretter que le gouvernement n'ait pas pris en compte ce scénario dans ses calculs.

D'après les prévisionnistes, la crise va aussi faire grimper le chômage à un taux de 6,7% cette année, pour 7,2% l'an prochain. La croissance de l'emploi n'est plus qu'estimée à 0,7% en 2020 et à 1% en 2021. À l'origine, l'Etat avait tablé sur une hausse supposée de 3%. Il faut donc réviser certains calculs, à commencer par les recettes attendues dans les caisses publiques.

Déjà, le ministre des Finances a révisé sa copie. Loin du pronostic de revenus augmentant de +4,5%, Pierre Gramegna table plutôt maintenant sur une diminution des recettes de l'ordre de 8,2%. Et cela alors qu'en parallèle, le robinet des dépenses va couler à flot. Si le budget prévoyait un accroissement des dépenses publiques de 6,8%, il serait plutôt question d'un bond de 15% pour assurer les différents plans décidés (de stabilisation d'abord et de relance ensuite). 


ARBEITER LOGISTIC OUVRIER
L'index ne devrait pas tomber avant 2022
Bonne nouvelle pour les consommateurs : pour les mois à venir, le Statec ne prévoit pas d'inflation conséquente. De quoi repousser la prochaine hausse systématique des salaires. Par contre, le Luxembourg doit s'attendre cette année à un déficit public comme jamais connu ces 25 dernières années.

Compte tenu de ces nouvelles données, le CNFP valide le fait qu'il faille s'attendre a minima à un déficit public de 5 milliards d'euros pour 2020 (8,5% du PIB) et de 2 milliards d'euros pour 2021 (3% du PIB). Il y a quelques mois, le pays tablait sur un exercice 2020 toujours excédentaire, mais l'idée est à balayer aujourd'hui. 

Le CNFP, toutefois, ne trouve rien à redire sur le fait que le Grand-Duché se soit engagé dans la voie de ce déficit. Suivant d'ailleurs en la matière le feu vert accordé par la Commission européenne dans la gestion de crise des Etats membres de l'UE.

Pour le Conseil national des finances publiques, une vigilance particulière doit aussi être portée sur le sort des communes. Car si le gouvernement a supposé un excédent de 340 millions d'euros pour les communes en 2020. En avril, les chiffres ont été révisés pour annoncer un déficit de 372 millions d'euros. Une aggravation pour laquelle le CNFP attend des explications. Mais lors de sa dernière réunion, le Syvicol a déjà alerté les autorités de la situation délicate qui menaçait les 102 administrations communales du pays.

La Sécurité sociale, elle, devrait mieux résister à la crise. Certes, l'organisme n'atteindra pas l'excédent envisagé de 1,1 milliard d'euros. En raison de la chute attendue des cotisations et de la hausse des dépenses (notamment en raison du financement du congé pour raisons familiales), l'excédent pourrait se réduire à 281 millions d'euros en 2020 (et 342 millions d'euros l'année suivante).  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crainte de perte d'emploi gagne du terrain
Près d'un quart des résidents ont le sentiment que la crise covid-19 les précarise sur le marché du travail. Une crainte plus vive pour la génération des 35-54 ans, indique la dernière étude du Statec.
asdf
Le Statec annonce +29% de chômeurs pour 2020
Malgré les mesures gouvernementales, l'emploi va chuter au Luxembourg, envisage l'Institut de statistiques. 15.000 postes pourraient disparaître si chômage partiel et congé pour raisons familiales n'étaient plus d'actualité.
Chantier Ban de Gasperich - Photo : Pierre Matgé
«L'erreur consisterait à réduire les dépenses publiques»
Outre les mesures d'aide directe aux secteurs en difficulté, le gouvernement a présenté mercredi un ensemble de mesures destinées à relancer l'économie via le renforcement ou la création d'aides financières, notamment à destination des ménages. Des aides tournées vers «la durabilité».
(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre
La dette publique pourrait atteindre 17 milliards
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Le regard critique du CSV sur la gestion de crise
Au-delà de la nécessaire union nationale en période de crise, le principal parti d'opposition commence à adresser quelques piques au gouvernement. A commencer par le sort réservé aux indépendants.
6.5. IPO / PP CSV , Gilles Roth u. Laurent Mosar / Juristische Themen foto:Guy Jallay