Changer d'édition

Un vent danois pour une neutralité climatique d'ici 2050
Luxembourg 2 min. 17.01.2022
Un accord signé

Un vent danois pour une neutralité climatique d'ici 2050

Voici à quoi devrait ressembler cette île énergétique artificielle en mer du Nord.
Un accord signé

Un vent danois pour une neutralité climatique d'ici 2050

Voici à quoi devrait ressembler cette île énergétique artificielle en mer du Nord.
Photo: D.R.
Luxembourg 2 min. 17.01.2022
Un accord signé

Un vent danois pour une neutralité climatique d'ici 2050

Simon Laurent MARTIN
Simon Laurent MARTIN
Face à la hausse fulgurante des prix du gaz, de l'électricité ou encore du carburant, l'éolien en mer constitue une solution de choix pour le Luxembourg. Le pays mise d'ailleurs beaucoup sur le Danemark pour concrétiser cet objectif.

Développer l'éolien en mer dans un pays qui ne possède pas de frontières maritimes, l'idée peut sembler saugrenue mais c'est bel et bien l'objectif du Luxembourg dans les prochaines années.


Foto solar-panel-on-red-roof-450w-72500704
Une bonne année pour l'électricité verte
19,3% de l’électricité consommée au Grand-Duché est produite au Luxembourg. Et la part des kilowatts issus de ressources renouvelables ne cesse de progresser.

Dans une interview accordée à La Tribune, journal économique français, le ministre de l'Energie Claude Turmes (Déi Gréng) explique que le Luxembourg a de grandes ambitions concernant sa politique écologique. «Le Grand-Duché est dépendant de ses importations énergétiques à 100 % pour le pétrole, 100 % pour le gaz et 85 % pour l'électricité. Nous allons réduire les dépendances au pétrole et au gaz, tout en augmentant notre production propre d'électricité et en accélérant le déploiement des renouvelables. Notre ambition est d'atteindre un seuil de 25 % d'énergies vertes dans notre bouquet d'ici à 2030», assure-t-il, tout en ajoutant les efforts déjà réalisés, notamment dans le solaire et l'éolien terrestre.

L'objectif est clair : une neutralité climatique d'ici à 2050. Et le Danemark pourrait représenter une opportunité rêvée afin de concrétiser cette ambition. «Je viens de signer un accord de coopération avec le Danemark en vue de créer une île énergétique artificielle en mer du Nord. Cette île sera reliée à des centaines d'éoliennes offshore. Il est prévu d'y installer entre 10.000 et 12.000 mégawatts d'éolien. Ce projet estimé à près de 30 milliards d'euros permettra de remplacer le pétrole et le gaz dans le chauffage et dans le transport» , assure le ministre vert.  «Notre pays pousse énormément l'électrification des voitures. Le transport public est gratuit au Luxembourg. L'éolien en mer représente 5.000 heures pleines d'électricité dont le prix sera inférieur de moitié à celui de la production nucléaire. C'est grâce à l'éolien en mer que l'Europe va gagner la bataille du changement climatique».

Le réseau le plus intégré au monde

On l'a compris, le Luxembourg souhaite remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables en investissant dans une transition durable. Et pour cela, le Grand-Duché a su s'entourer. «Nous faisons partie d'un réseau pentalatéral de l'Europe de l'Ouest, qui inclut la France, l'Allemagne et le Benelux donc. C'est le réseau le plus intégré au monde, au cœur d'un territoire très dense avec une activité économique dynamique.»   

Le ministre a également évoqué l'avenir de la centrale nucléaire de Cattenom en France, située à deux pas de la frontière luxembourgeoise. «Cette centrale met en danger la sûreté de nos citoyennes et citoyens. Nous avons réalisé une étude avec la Sarre et Rhénanie-Palatinat. On peut la fermer sans mettre en danger la sécurité d'approvisionnement électrique de la Grande Région» , a-t-il conclu, tout en invitant les responsables politiques à travailler ensemble sur un projet de transition énergétique durable.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le retrait de trois réacteurs nucléaires sur six encore en activité intervient en pleine crise énergétique européenne attisée par le regain récent des tensions géopolitiques entre le principal fournisseur de gaz, la Russie, et ses clients.
(FILES) In this file photo taken on August 19, 2010 a cyclist passes a nuclear power plant on the banks of the river Weser in Grohnde, northern Germany. - Germany will shut down three nuclear power plants - Brokdorf, Grohnde and Gundremmingen - amid one of the worst European energy crises in history on December 31, 2021. (Photo by PETER STEFFEN / DPA / AFP)
Même si la part d'énergies produites sur le sol national grimpe, elle ne couvre encore que 19% des besoins. Le Luxembourg continue donc d'importer la plupart du gaz et de l'électricité qu'il consomme.
Le Grand-Duché se dit prêt à investir dans le projet d'«îles énergétiques» lancé par le Danemark. Une façon pour le Luxembourg d'atteindre ses objectifs en termes de production d'énergies renouvelables.
Le Luxembourg sera en mesure d'atteindre les 11% d'énergies renouvelables dans sa consommation en 2020. Le ministre Claude Turmes l'affirme au vu du développement de l'éolien et du photovoltaïque sur le pays.