Changer d'édition

Un tunnel sous la rocade pour «plus de convivialité»
Luxembourg 4 4 min. 20.11.2019

Un tunnel sous la rocade pour «plus de convivialité»

L'idée de François Bausch, ministre de la Mobilité et des Travaux publics, de faire passer la circulation sous la rocade s'intègre dans la volonté de limiter le transit dans le centre de Luxembourg-Ville.

Un tunnel sous la rocade pour «plus de convivialité»

L'idée de François Bausch, ministre de la Mobilité et des Travaux publics, de faire passer la circulation sous la rocade s'intègre dans la volonté de limiter le transit dans le centre de Luxembourg-Ville.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 4 4 min. 20.11.2019

Un tunnel sous la rocade pour «plus de convivialité»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En pleine transformation, la rocade pourrait encore changer de visage, puisque l'idée de faire passer le trafic automobile dans un tunnel est à l'étude. Explication des enjeux de ce projet avec François Bausch, ministre de la Mobilité et des Travaux publics.

Dans le cadre du projet de nouveau parvis de la gare centrale, vous avez évoqué, début 2019, l'idée de couvrir la rocade. Les Ponts et Chaussées devaient dire si l'hypothèse était réalisable d'ici la fin de l'année. Qu'en est-il de ce projet?

François Bausch - « À l'heure actuelle, nous n'avons pas encore la réponse définitive sur sa faisabilité.  L'idée consiste toutefois à mettre une partie de la rocade dans un tunnel, sur un tronçon d'environ 400 mètres compris entre le site des anciens ateliers des CFL et le bâtiment de la Ville de Luxembourg,  afin de réaménager complètement cette partie de l'espace public. 

Au-dessus de ce tunnel ne circuleraient que les bus et éventuellement les voitures qui feraient du dépose-minute vers le futur parvis. Ce projet permettrait non seulement de mettre fin à la rupture qui existe entre le quartier Gare et Bonnevoie, mais aussi d'absorber le flux supplémentaire que nous allons avoir dans les cinq prochaines années au niveau de la gare centrale.

À quel volume supplémentaire faites-vous référence?

«Principalement à celui lié au transfert de tous les bus du parvis actuel de la gare vers la rocade. Il est tout de même précisé que ce trafic supplémentaire sera absorbé sans ce tunnel, puisque nous allons mettre en place une gare de bus. 

Identique à celle qui existait jusqu'à présent sur le parvis de la gare centrale?

«Non. La future structure sera un peu plus grande que les nouveaux quais actuels et n'a pas été pensée pour que les véhicules y stationnent mais plutôt qu'ils y déposent leurs voyageurs avant de repartir. Si cela peut fonctionner sans ce tunnel, le créer permettrait de bénéficier de plus de convivialité dans cette partie de la capitale. Aussi bien pour les piétons que pour les automobilistes qui éviteraient ainsi plusieurs feux rouges.

Avant les travaux du tram, la gare routière proche du parvis de la gare comprenait une dizaine de quais sur lesquels stationnaient les bus.
Avant les travaux du tram, la gare routière proche du parvis de la gare comprenait une dizaine de quais sur lesquels stationnaient les bus.
Photo: Lex Kleren/archives

En cas de réalisation, ce projet sera-t-il intégré à celui de la nouvelle N3 qui doit créer de nouvelles portes d'entrée dans la capitale ou constituera-t-il un projet à part?

«Ce sera complètement à part. Et ce, pour la simple et bonne raison que ce qui a été voté à la Chambre concerne la création de la nouvelle route au-delà du pont Buchler et non dans cette partie de la capitale. Nous n'avons donc pas, à l'heure actuelle, de crédit dans le budget pour financer ce projet.

En mettant bout à bout tous les aménagements prévus ou imaginés, l'idée maîtresse semble être la volonté de mettre à distance le trafic routier du centre-ville...

«L'idée globale tient effectivement dans la volonté d'éviter d'attirer trop de trafic de transit dans le centre-ville. Et donc que les automobilistes utilisent le contournement de la capitale qui sera complété par les boulevards de Cessange et de Merl. Ces deux projets distincts figurent d'ailleurs comme top priorité pour cette législature et devraient être entamés d'ici 2023. Le boulevard de Merl, qui doit coûter 45 millions d'euros, sera construit en premier, non seulement parce que 80% des emprises ont déjà été acquises mais aussi parce qu'il constitue un élément important pour que le tram relie Luxembourg-Ville à Esch-Belval

D'ici à 2023, les travaux pour la construction des boulevards de Cessange et de Merl devraient être engagés. Objectif: compléter le contournement de la capitale.
D'ici à 2023, les travaux pour la construction des boulevards de Cessange et de Merl devraient être engagés. Objectif: compléter le contournement de la capitale.
Photo: Pierre Matgé

C'est-à-dire ?

«Le tracé prévoit un passage sur la route d'Arlon et le centre hospitalier où un nouveau pôle multimodal sera construit puis par le boulevard de Merl avant de se diriger vers Hollerich et Cessange via deux parties distinctes. Ce projet constitue réellement une priorité de cette législature, au même titre pour les infrastructures routières que l'élargissement de l'A3, le contournement de Bascharage, le contournement d'Hesperange et celui d'Hosingen. Pour la capitale, l'idée est que le contournement total soit au moins entamé, même s'il ne sera certainement pas achevé.

Crédit: ministère de la Mobilité et des Travaux publics

D'ici 2023, quels projets souhaitez-vous voir se concrétiser?

«Pour le centre, j'entends finaliser le tram entre le Findel et la Cloche d'Or, les deux nouveaux quais de la gare centrale, la gare de Howald mais aussi réaliser et déposer l'avant-projet de loi détaillé sur les extensions du tram dans la capitale. J'espère aussi avoir le temps de faire voter ce texte qui doit faire passer le tram à la fois par la route d'Arlon et par la rue de Hollerich. D'ici la fin de la législature, je compte aussi déposer un texte sur le tracé du tram rapide, du moins jusqu'à Foetz où prendra place un grand pôle multimodal dédié aux bus.»

Crédit: ministère de la Mobilité et des Travaux publics



Sur le même sujet

La mobilité s'affirme comme priorité budgétaire
L'étude détaillée du budget 2020 montre que le gouvernement prévoit de consacrer une enveloppe conséquente pour tenter d'améliorer la situation sur la route, mais aussi et surtout sur les rails. Avec l'idée de maintenir l'attractivité du pays.
Lokales, Stau Bouchon, A6, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le quartier de la Gare construit son avenir
C’est quasiment une révolution que vit actuellement un des plus vieux quartiers de la capitale. Les travaux en cours vont modifier en profondeur les offres de transports, de logement et de services. Tour d’horizon.
Verkehrssituation Luxemburg Bahnhof - Gare - Verkéier, Stau, Chaos - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Howald s'apprête à changer radicalement de visage
Empruntée d'ici fin 2022 par le tram sur une partie de son tracé, la rue des Scillas qui relie Hesperange à Bonnevoie va connaître d'importantes transformations. Élargie et transformée, la route accueillera de nouveaux bâtiments en lieu et place de la zone d'activité en place à l'heure actuelle.
Un nouvel accès pour le Ban de Gasperich
Depuis lundi matin, les conducteurs habitués à emprunter la route d'Esch jusqu'à Kockelscheuer ou Leudelange peuvent emprunter un nouveau pont. L'ouvrage part du Ban de Gasperich pour rejoindre l'autoroute A6.
Le long du nouveau stade, une chaussée de près de 30m de large a pris place.
Le Luxembourg investit pour faciliter la mobilité
Le ministre de la Mobilité et des Travaux publics François Bausch a présenté lundi à la Chambre des députés une trentaine de grands projets d'infrastructures pour un total de 1,4 milliard d'euros d'ici quatre ans. La plupart d'entre eux concernent la mobilité.
Le tram poursuit son avancée; prochains arrêts Cloche d'Or pour le sud et Findel pour le nord-est de la capitale.