Changer d'édition

Un tiers des sources sont polluées au Luxembourg
Luxembourg 4 min. 05.11.2014 Cet article est archivé
Pesticides dans l'eau potable

Un tiers des sources sont polluées au Luxembourg

Luxembourg 4 min. 05.11.2014 Cet article est archivé
Pesticides dans l'eau potable

Un tiers des sources sont polluées au Luxembourg

Le résultat des analyses de pesticides dans l'eau potable est sans équivoque. Dans 9 communes, des captages d'eau souterraine ont été mis hors service. Dans 3 communes, l'eau contaminée doit être diluée. Et 37 communes bénéficient de la dérogation temporaire. La qualité de l'eau du lac d'Esch-sur-Sûre s'est, en revanche, "fortement améliorée".

(MF) - Le résultat des analyses de pesticides dans l'eau potable est sans équivoque. Dans 9 communes, des captages d'eau souterraine ont été mis hors service. Dans 3 communes, l'eau contaminée doit être diluée. Et 37 communes  bénéficient de la dérogation temporaire. La qualité de l'eau du lac d'Esch-sur-Sûre s'est, en revanche, "fortement améliorée".

Suite à la découverte de métazachlore -c'est le pesticide utilisé dans les champs de colza- dans les eaux du lac d'Esch-sur-Sûre  et la découverte de produits de dégradation de ce métazachlore (on parle de métabolites) dans les eaux souterraines en divers endroits du pays, l'Administration de la gestion de l'eau a mené une vaste campagne d'analyses de pesticides dans l'eau potable entre le 9 et le 17 octobre 2014.

Les résultats, rendus publics mardi par Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, et Camille Gira, Secrétaire d'Etat au Développement durable et aux Infrastructures, montrent l'ampleur de la pollution des eaux souterraines par les pesticides au Luxembourg.

Du métazachlore dans plus de la moitié des sources analysées

Pas moins de 105 analyses portant sur la présence dans l'eau de 16 pesticides et de leurs métabolites ont révélé que dans 33% des sources d'eau souterraines il y a au moins un pesticide avec des concentrations supérieures à 100 nanogramme/litre (on abrège: ng/l). Au-delà de cette valeur seuil l'eau n'est plus considérée comme potable au Luxembourg.

Carole Dieschbourg a toutefois précisé que ce seuil n'est pas fondé sur des considérations toxicologiques mais correspond à une ancienne limite à partir de laquelle on pouvait détecter ces substances. L'idée étant d'éviter que ces substances n'apparaissent dans l'eau.

Les résultats de la campagne nationale montrent aussi que les trois-quarts des eaux souterraines analysées sont polluées. Dans 75% des sources il y a des traces d'au moins une substance active d'un produit phytosanitaire mais sans que la valeur seuil ne soit atteinte. Le métazachlore-ESA et deux autres métabolites (le métolachlore-ESA et l'atrazine desethyl) étaient présents dans au moins la moitié des prélèvements.

Des conséquences dans 49 communes

Suite aux mauvais résultats des analyses, des captages d'eau souterraine ont été mis hors service dans neuf communes luxembourgeoises. A savoir: Contern, Grosbous, Kehlen, Luxembourg, Manternach, Niederanven, Schengen, Vianden et Wincrange.

Pour que l'eau reste potable, les communes de Diekirch, Fischbach et Schuttrange devront désormais mélanger des eaux provenant de sources différentes.

Pas moins de 37 communes et syndicats situés pour la grande majorité au sud du Luxembourg ont besoin d'une dérogation temporaire pour pouvoir continuer à distribuer de l'eau potable. Rappelons que les ministres de l'Environnement et de la Santé avaient relevé le 9 octobre la valeur limite de métazachlore dans l'eau potable de 100 ng/l à 3.000 ng/l.

"Les toutes dernières analyses montrent que les communes du Sud sont sous la valeur limite de 100 ng/l mais la dérogation temporaire est maintenue car il y a des variations dans les concentrations des eaux du SEBES. Mais c'est très léger", assure Brigitte Lambert, responsable de la Division des eaux souterraines et des eaux potables à l'Administration de la gestion de l'eau. Et elle précise que la dérogation est "très temporaire" pour le Syndicat d'eau de Remich car "il travaille sur un by-pass qui permettra de remédier à la situation dans les temps prochains. Ces travaux vont durer quelques mois".

La dérogation permettant d'augmenter la valeur limite de métazachlore dans l'eau potable sera appliquée pour:

- Le Syndicat des Eaux du Sud SES (Bascharage, Bettembourg, Bertrange, Differdange, Dippach, Dudelange, Esch-sur-Alzette, Frisange, Garnich, Kayl, Kehlen, Koerich, Leudelange, Mamer, Mondercange, Pétange, Reckange-sur-Mess, Roeser, Rumelange, Sanem, Schifflange, Septfontaines, Steinfort).

- Le Syndicat d’eau de Remich SR (Bous, Dalheim, Remich, Stadtbredimus et Waldbredimus).

- Et les communes de Bech, Beaufort, Grevenmacher/Manternach, Lintgen, Nommern, Préizerdaul, Reisdorf, Weiler-la-Tour et le Syndicat de Savelborn-Freckeisen (communes de Waldbillig et Vallée de l’Ernz)           


Sur le même sujet

Peut-on boire l'eau du robinet sans crainte?
Peut-on boire l'eau du robinet? Partout? Le métazachlore est-il dangereux pour notre santé? A quelle dose? Le chef du Service de la sécurité alimentaire au ministère de la santé, Patrick Hau, répond aux questions qui nous préoccupent depuis la découverte du pesticide dans plusieurs sources d'eau potable.
Patrick Hau, ingénieur: "Pour dépasser la dose journalière admissible il faudrait qu'une personne de 60 kg consomme plus de 4.000 litres d'eau par jour."
Conférence de crise jeudi soir au ministère du Développement durable: des produits de dégradation du pesticide métazachlore ont été découverts à grande profondeur dans l'eau de source. Une mauvaise surprise. Les ministres de l'Environnement et de la Santé ont aussitôt  pris une dérogation pour augmenter la valeur limite de 100 ng/l à 3.000 ng/l de métazachlore dans l'eau potable.
Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement: "Nous avons relevé la valeur limite pour le métazachlore dans l'eau potable de 100 ng/l à 3.000 ng/l. Cette dérogation sera valable pour trois ans au maximum".
 "Pollution de base" découverte au Lac d'Esch-sur-Sûre
La pollution accidentelle au métazachlore qui a conduit à la coupure d'eau potable au lac d'Esch-sur-Sûre a révélé que le pesticide incriminé a "été envoyé de manière régulière dans le bassin versant du lac" par les agriculteurs. Mais sans qu'il y ait de risque pour la santé humaine, assure le Dr Zwank au ministère de l'Environnement.
Avant que le métazachlore déversé accidentellement le 17 septembre n'arrive jusqu'au lac d'Esch-sur-Sûre, les analyses ont montré que des produits de dégradation du pesticide se trouvaient déjà dans l'eau du lac.
Le danger s'approche du barrage. La pollution au pesticide d'origine agricole s'est encore étendue dans l'immense réserve d'eau d'Esch-sur-Sûre. Le SEBES coupera "par pures mesures préventives" le gros robinet d'eau potable issue du lac, ce vendredi 3 octobre à 12 heures.
Les analyses faites le 1er octobre 2014 montrent clairement que le pesticide incriminé continue de se propager en direction du barrage du lac. C'est à partir de là que l'eau brute recueillie dans la réserve est traitée pour devenir potable ensuite.