Changer d'édition

Un tableau de bord pour soutenir les décideurs
Luxembourg 2 min. 06.08.2020

Un tableau de bord pour soutenir les décideurs

Benoît Otjacques et Luc Vandenabeele ont présenté les principales fonctionnalités du tableau de bord transversal.

Un tableau de bord pour soutenir les décideurs

Benoît Otjacques et Luc Vandenabeele ont présenté les principales fonctionnalités du tableau de bord transversal.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 06.08.2020

Un tableau de bord pour soutenir les décideurs

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Opérationnel depuis mai, le «dashboard» répond à un double besoin: aider les politiques luxembourgeois à prendre les bonnes décisions dans le cadre de la lutte contre le covid-19 mais aussi offrir aux chercheurs une meilleure compréhension de la pandémie.

Fournir une vision complète de la situation aux décideurs et permettre aux chercheurs d'évaluer les modèles sur lesquels reposent les recommandations qu'ils adressent. Voilà résumée la fonctionnalité du tableau de bord transversal mis en place par le LIST et ses partenaires. 

Concrètement, ce «Crossfunctional dashboard» se présente sous la forme d'une mosaïque de 24 écrans tactiles de 46 pouces disposant d'une haute résolution et qui s'étend sur sept mètres. Mais derrière ce mur de visualisation (VisWall), ce sont des milliers de données qui sont interconnectées à travers des serveurs particulièrement puissants. 

En fonction des données demandées, le tableau de bord peut fournir de nombreux cas de figure.
En fonction des données demandées, le tableau de bord peut fournir de nombreux cas de figure.
Photo: Guy Jallay

D'un côté les chercheurs peuvent retrouver, par exemple, le nombre de lits occupés dans les hôpitaux, la quantité de respirateurs disponibles, le nombre de personnes contaminées et de l'autre, l'évolution du PIB selon différents secteurs ou encore l'impact de la crise sur la santé financière des entreprises. 

«En croisant ces différentes données et en tenant compte des nombreuses variables ainsi qu'en s'appuyant sur des modèles mathématiques, près de 2.200 scénarios peuvent être envisagés. Notre but est d'offrir une vue transversale de la situation», explique Benoît Otjacques du département informatique du LIST.

Cette quantité d'informations issues de divers horizons varie bien évidemment en fonction du public cible. Si les politiques sont à la recherche de données sur lesquelles ils peuvent s'appuyer pour gérer la crise sanitaire et limiter ainsi ses conséquences économiques et sociales, chercheurs ou scientifiques sont dans l'attente de renseignements pour comprendre la propagation du covid-19.


Lokales, Corona-Virus Covid19,  Covid-Intensivstation CHDN Ettelbrück, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La sortie de crise covid-19 modélisée par l'Uni
Quel est l'impact de chaque décision d'aller plus en avant dans le déconfinement? La question qui hante les politiques a peut-être trouvé un début de réponse à l'université de Luxembourg. Et cela au bénéfice de 100 pays sur la planète.

«Notre approche se veut systémique et elle doit faire le lien entre différents intervenants», rappelle Benoît Otjacques pour qui la finalité du projet reste de «sauver des vies et des entreprises». «Nous sommes dans un processus évolutif, nous affinons nos résultats au fur et à mesure des analyses.» Une approche indispensable vu le caractère évolutif de la pandémie.

Mis en place à la fin de l'année 2019, le VisWall est apparu au fil des réunions entre les différents partenaires du projet comme un des outils pour mener à bien la lutte contre la propagation du virus. «Il est opérationnel depuis le mois de mai et il est en constante évolution. De nouvelles fonctionnalités sont ajoutées au fur et à mesure de son utilisation.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le coronavirus circulait au Luxembourg dès février
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.