Changer d'édition

Un succès pour #covoitMetzLux: Les frontaliers heureux dans leurs covoiturages
Luxembourg 4 min. 03.06.2016

Un succès pour #covoitMetzLux: Les frontaliers heureux dans leurs covoiturages

Cette semaine de covoiturage aura permis aux frontaliers de faire des rencontres !

Un succès pour #covoitMetzLux: Les frontaliers heureux dans leurs covoiturages

Cette semaine de covoiturage aura permis aux frontaliers de faire des rencontres !
Photo: Laurence Vagner
Luxembourg 4 min. 03.06.2016

Un succès pour #covoitMetzLux: Les frontaliers heureux dans leurs covoiturages

C'était sans aucun doute une semaine éprouvante pour des milliers de frontaliers, privés de trains. Mais vous avez su vous débrouillez, notamment grâce à l'aide du hashtag covoitMetzLux qui a engendré un beau succès sur Twitter. Retour sur ces expériences.

(SW) - C'était sans aucun doute une semaine éprouvante pour des milliers de frontaliers, privés de trains à cause d'une inondation dans la salle technique du poste directeur de Bettembourg. Mais vous avez su vous débrouillez, notamment grâce à l'aide du hashtag covoitMetzLux qui a engendré un beau succès sur Twitter. Retour sur ces expériences.

Mardi, vous étiez plus de 527 à avoir tweeté avec ce hashtag. Un beau démarrage après l'annonce de l'inondation qui a paralysé le trafic.

En tout, 894 tweets avec ce hashtag ont été émis sur Twitter entre mardi et ce vendredi matin. Et même si les trajets sont difficiles, c'est bien souvent dans la bonne humeur que les frontaliers ont pris l'initiative de faire des covoiturages.


Des «rencontres virtuelles» qui ont permis aux frontaliers de se serrer les coudes. Thomas, jeune stagiaire de 24 ans, faisant Metz-Luxembourg chaque jour, témoigne.

«Le covoiturage nous a sauvé la mise pour aller bosser donc, à ce niveau, c'était bien. Par contre les temps de trajet sont vraiment rallongés et plus fatiguant. Il y a plus de bouchons aussi et le mauvais temps ne rendait pas la conduite agréable. Après ça permettait quand même de s'entraider et de discuter un peu en voiture ! Mais au final, je suis bien content de retrouver le train».

Justine, qui habite à Hagondange, n'était pas très «Twitter» à la base. Ça a changé cette semaine. «Semaine plutôt compliquée et assez longue entre des réveils à 4h30 et des retours à 21h. J'ai fait des covoiturages matin et soir, tous les jours, mais jamais avec les mêmes personnes. On se mettait d'accord avec ma directrice qui habite également près d'Hagondange chaque soir pour s'organiser pour le lendemain et trouver un covoiturage, alors merci #covoitMetzLux!»

«Moi qui n'était pas très active sur Twitter à la base, je m'y connecte maintenant plusieurs fois par jour pour regarder les nouvelles propositions de covoiturage. Cette solidarité parmi les usagers TER nous a bien sauvé la mise cette semaine et a permis des rencontres très sympas, et la découverte de chemins improbables pour éviter les bouchons de l'A31» poursuit-elle.

Car oui, le problème de cette semaine, hormis les trains, ce sont les éternels bouchons de l'A31... D'autant plus que quelques manifestants ont bloqué le Pont des Alliés de Thionville mercredi, créant un peu plus de pagaille. Mais même là, certains frontaliers ont su relativiser.

C'est le cas de Véronique, qui emprunte chaque jour le train depuis Maizières et nous raconte sa semaine: «Elle a été usante physiquement et moralement. Des dizaines d'heures passées entre le train, la voiture, le bus dans des conditions parfois à la limite de l'inhumain. Je suis franchement soulagée d'arriver au week-end.

Paradoxalement, humainement parlant, ça a été très riche et très positif. On a vu un superbe élan de solidarité arriver spontanément. Le covoiturage m'a permis de rencontrer et d'échanger avec plusieurs personnes de milieux pro différents du mien, et de mettre des visages sur certains twittos que je "connaissais" via les réseaux sociaux. Ca a ajouté un peu d'humanité à Twitter ! 

Cette idée de hashtag, c'est top! Ca a rendu service à beaucoup de monde et on a réussi à s'organiser tant bien que mal étant donné la situation et le manque cruel de communication et d'organisation de la SNCF et des CFL 

On a essayé de prendre ça avec philosophie, on a bien rigolé, il y a eu des discussions très sérieuses, des échanges de bons plans (je connais maintenant une route magique qui permet d'arriver a Lux en un temps record), des tranches de vie racontées, des univers partagés... Des belles rencontres en résumé, qui ne seraient sûrement pas arrivées aussi spontanément dans le train en conditions normales.»

Des selfies et remerciements pour cette fin de semaine

Le trafic ferroviaire devrait revenir à la normale dès lundi matin. Beaucoup de remerciements commencent donc tout doucement à fleurir sur le hashtag. Mais pour beaucoup, cette expérience de covoiturage aura été positive.


Imane elle, a eu bien du mal à se lever aux aurores cette semaine pour venir travailler. «Lundi soir, je suis arrivée chez moi après 3 heures de route au lieu de 55 minutes habituellement. Avec les autres frontaliers, on a dû prendre un bus de substitution de la CFL jusqu’à Thionville, puis j’ai été déposée en voiture par une amie. Cela dit, je me considère chanceuse parce que j’ai pu faire le trajet mardi et mercredi grâce à des amis qui ont fait le #covoitMetzLux. C'était une bonne alternative en attendant que la situation redevienne normale»

Et elle en a même fait un selfie. Une initiative que quelques frontaliers ont prise durant cette semaine, avec humour.



Une chose est sûre: ce #covoitMetzLux a connu un beau succès en cette semaine de galère et aura permis aux frontaliers de se montrer solidaires. Une initiative à garder en tête, parce qu'on ne sait jamais.... Il y aura *peut-être* encore des soucis avec les trains...!


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Panne géante au poste directeur: Bettembourg: «Toute l'installation sera testée ce jeudi»
En proie à une inondation exceptionnelle lundi, le poste directeur de Bettembourg est toujours muet. «Nos experts internes travaillent 24/24 heures et toute l'installation doit être testée ce jeudi», assurent les CFL. Mais comment des trains peuvent-ils circuler entre Bettembourg et Thionville alors que les aiguillages ne peuvent plus être commandés depuis le poste directeur?
Panne électrique et électronique géante dans la salle technique au sous-sol du poste directeur de Bettembourg où l'eau avait atteint 1,80 mètre lundi soir!