Changer d'édition

Un souci de moins pour la ministre de l'Environnement
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

Un souci de moins pour la ministre de l'Environnement

L'abri a été construit à l'automne 2018 et approuvé par la suite par le ministère de l'Environnement.

Un souci de moins pour la ministre de l'Environnement

L'abri a été construit à l'automne 2018 et approuvé par la suite par le ministère de l'Environnement.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

Un souci de moins pour la ministre de l'Environnement

La construction d'un abri appartenant aux parents de Carole Dieschbourg est légale. Le pouvoir judiciaire ne voit donc aucune raison d’enquêter sur ce dossier. Reste que plane toujours l'ombre de «l'affaire Traversini» autour de la ministre.

(pj avec jt) - Les procureurs du Luxembourg et de Diekirch n'ouvriront pas de dossier concernant l'abri pour animaux, construit sur le site Speckmillen à Echternach. Au début de l'automne, des soupçons s'étaient faits jour sur une possible entorse au permis de construire lié à cette propriété et à la grange dont les possesseurs ne sont autres que les parents de la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng).

Le procureur de Diekirch a annoncé, lundi, que les allégations ne seront donc pas poursuivies. Le permis initial pour la vieille étable (maintenant démolie) datait du 26 mai 2003. Et la controverse portait autour de la question de savoir si cette étable aurait dû être construite sur une dalle de béton approuvée ou aurait dû être bâtie sur un sol nu comme préconisé voilà seize ans. 

Pas de poursuite pénale 

À la suite de l'inondation de l'été 2018 dans la région de Mullerthal et après l'adoption de mesures de protection dans la zone verte de Lauterburerbaach, la grange avait été reconstruite. La construction du nouvel abri pour bétail avec une dalle de béton a ensuite été approuvée par le ministère de l'Environnement, le 11 janvier 2019. Le procureur général du Luxembourg n'a trouvé aucune preuve indiquant que la nouvelle étable avait violé le permis délivré en début d'année.

«Le ministère public luxembourgeois est parvenu à la conclusion que les informations portées à sa connaissance ne justifiaient pas l'ouverture d'une enquête préliminaire afin de clarifier les conditions d'octroi de cette autorisation du 11 janvier 2019», précisent les magistrats.

Après les perquisitions

Début octobre 2019, la ministre avait dû s'expliquer devant les députés sur cette polémique qui prenait de l'ampleur. A la Chambre, la native d'Ettelbruck avait alors assuré n'avoir jamais traité ce dossier, justement parce que l'affaire concernait ses propres parents. À la demande du CSV, elle avait alors remis l'intégralité des documents d'approbation aux parlementaires.

Le cas de cette construction était remonté dans l'actualité alors même que Carole Dieschbourg se débattait en pleine affaire Traversini. Après des perquisitions dans ses bureaux du ministère de l'Environnement, le 2 octobre dernier, l'implication dans ce dossier de la ministre n'a toujours pas été éclaircie. Elle ou ses services se seraient-ils montrés trop conciliants suite à une demande déposée, semble-t-il, hors délai? La question a, en tout cas, coûté son poste de bourgmestre de Differdange et de député à l'élu Déi Gréng.


Sur le même sujet

Le CSV doute de la parole de Carole Dieschbourg
Le parti d'opposition reproche notamment à la ministre de l'Environnement Déi Gréng d'avoir accordé un régime de faveur dans le traitement réservé aux demandes de Roberto Traversini. L'ancien bourgmestre de Differdange avait demandé (et obtenu) des autorisations à rebours d'un chantier litigieux.
IPO,CdP, CSV Martine Hansen & Claude Wiseler.Affaire Gardenhäischen Traversini. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
La ministre Dieschbourg se défend de toute erreur
Montrée du doigt par le CSV pour d'éventuelles irrégularités dans le traitement du dossier qui a coûté sa place au bourgmestre de Differdange, la ministre de l'Environnement (Déi Gréng) a présenté l'ensemble des pièces à disposition de ses services. Et ainsi justifié ses choix.
Carole Dieschbourg est prête à répondre aux questions de la commission Environnement «dès cette semaine».