Changer d'édition

Un résident sur cinq fume activement
Luxembourg 2 min. 31.05.2019 Cet article est archivé

Un résident sur cinq fume activement

Un résident sur cinq fume activement

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 31.05.2019 Cet article est archivé

Un résident sur cinq fume activement

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Ce vendredi marque la journée mondiale sans tabac. Au Luxembourg, ce sont environ 1.000 personnes par an qui meurent des suites des maladies liées à la cigarette, dont 80 victimes de tabagisme passif.

Le constat est simple: le tabac est actuellement la première cause de mortalité prématurée et évitable dans le monde. A lui seul, il tue plus de 7 millions de personnes chaque année, dont environ 900.000 non-fumeurs exposés involontairement à la fumée de cigarette.


Plus de 3 milliards de cigarettes vendues en un an
Les ventes de cigarettes ont augmenté de 5,86% en 2018 par rapport à l'année précédente. Pierre Gramegna fait le point sur les ventes de tabac dans le pays.

Au Luxembourg, un résident sur cinq fume activement et surtout une jeune femme sur trois. Si les hommes demeurent encore majoritaires chez les fumeurs en général, ceci n’est plus vrai dans la tranche d’âge 18-24 ans où les femmes établissent un triste record: 30% de fumeuses contre 22% pour les hommes.

La shisha revient en force

Cette évolution est due à un changement des modes de vie: on note ainsi une diminution globale du tabagisme chez les hommes depuis 1970, mais une augmentation chez les femmes.

A cela s’ajoute d’autres résultats tout aussi mauvais à propos de notre jeunesse: un ado sur quatre fume la shisha avec encore une progression de deux points par rapport à 2017. La shisha enregistre même une spectaculaire pénétration chez les 25-34 ans avec une progression de 140% (de 5 à 12 %).

Les causes des morts attribuables au tabagisme sont les cancers (dans 61,7% des cas), au premier rang desquels celui du poumon, une maladie cardiovasculaire (22,1%) et une pathologie respiratoire (16,2%).

Des prix plus élevés pour dissuader les fumeurs

Face à ces chiffres, la revendication principale de la fondation Cancer du Luxembourg concerne les prix du tabac. «Nous militons encore et toujours pour une augmentation significative du prix des cigarettes» peut-on lire dans leur communiqué.

Le Luxembourg est en effet le pays où le paquet de 20 cigarettes se vend le moins cher, avec un prix stagnant depuis deux années autour des 4 euros 20. A titre de comparaison, nos voisins français payent leur paquet plus de 8 euros 50... Soit 255 euros par mois si vous fumez un paquet par jour!

La cigarette électronique de plus en plus utilisée

«Parmi les outils d'aide au sevrage tabagique (patchs et autre substituts nicotiniques, ndlr), la cigarette électronique est le plus utilisé par les fumeurs pour arrêter de fumer», relève l'agence sanitaire Santé publique France.

Parmi les adultes qui fument du tabac tous les jours, huit sur dix ont déjà essayé la cigarette électronique. A l'inverse, seuls 6% de ceux qui n'ont jamais fumé de tabac ont déjà essayé de vapoter, et il est rarissime qu'un vapoteur n'ait jamais fumé auparavant. Enfin, plus de 40% des vapoteurs quotidiens fument également du tabac tous les jours.

Des effets sur la santé encore flous

Les cigarettes électroniques, dont l'utilisation bondit à travers le monde, fonctionnent avec un liquide qui peut contenir de la nicotine. Comme il n'y a pas de combustion de tabac, l'utilisateur n'est pas exposé aux substances toxiques de la cigarette, dont les goudrons.

C'est pourquoi les tabacologues considèrent que leur usage est nettement préférable au tabac. Cependant, les conséquences de la cigarette électronique sur la santé sont encore largement méconnues, en raison du peu de recul depuis son apparition sur le marché.

Le lien entre cigarette électronique et tabac fait en outre l'objet de nombreux travaux, parfois contradictoires. Plusieurs études parues ces dernières années concluent que les cigarettes électroniques délivrant de la nicotine ne poussent pas à commencer à fumer, comme certains le craignaient. Quelques recherches, en particulier aux Etats-Unis, arrivent toutefois à la conclusion inverse.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet