Changer d'édition

Un résident étranger pourra devenir bourgmestre
Luxembourg 14.03.2012 Cet article est archivé

Un résident étranger pourra devenir bourgmestre

Un résident étranger pourra devenir bourgmestre

Photo: Archive LW
Luxembourg 14.03.2012 Cet article est archivé

Un résident étranger pourra devenir bourgmestre

(JMD) - La Chambre des députés vient d'adopter par 44 voix pour, 3 contre et 7 abstentions la réforme de la loi électorale qui donne accès aux fonctions de bourgmestre et d'échevin aux résidents étrangers installés depuis plus de 5 ans au pays.

(JMD) - La Chambre des députés vient d'adopter par 44 voix pour, 3 contre et 7 abstentions la réforme de la loi électorale qui donne accès aux fonctions de bourgmestre et d'échevin aux résidents étrangers installés depuis plus de 5 ans au pays.

Le texte a été adopté par les députés de la majorité qui ont eu le renfort des Verts et de l'élu de Déi Gréng (extrême gauche) pour faire passer le texte car la majorité qualifiée (40 voix sur 60) était requise, le vote par procuration n'étant pas autorisé.

Critiques sur la clause de résidence de cinq ans

Le principal parti d'opposition, le DP, qui réclame par ailleurs le droit de vote à 16 ans, s'est abstenu. Favorable à l'ouverture de l'exécutif communal aux résidents étrangers, ce parti n'a pas voulu donner son aval à cause de la clause de résidence de 5 ans considérée comme une discrimination.

Au demeurant, de nombreux députés, en particulier les Verts, trouvent cette disposition restrictive "absurde" et ils ont pu faire passer une motion réclamant sa rediscussion en vue de réduire le délai de résidence à l’issue des élections du 9 octobre 2011.

L'ADR a voté contre en raison de cette ouverture aux étrangers qui signifie à ses yeux in abandon de souveraineté et de la confusion dans les textes qui régissent l'emploi du luxembourgeois lors des séances du conseil.

Tous les intervenants de la majorité ont estimé que qu'il s'agissait là d'une discussion plutôt théorique car dans les faits, on voit mal quels élus désigneraient un bourgmestre qui ne parle pas le luxembourgeois, preuve de volonté d'intégration.