Changer d'édition

Sida: 98 nouveaux cas en 2016
Luxembourg 2 min. 23.08.2017 Cet article est archivé
Un rapport alarmant

Sida: 98 nouveaux cas en 2016

1.065 personnes vivraient avec le virus du Sida au Luxembourg.
Un rapport alarmant

Sida: 98 nouveaux cas en 2016

1.065 personnes vivraient avec le virus du Sida au Luxembourg.
Shutterstock
Luxembourg 2 min. 23.08.2017 Cet article est archivé
Un rapport alarmant

Sida: 98 nouveaux cas en 2016

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le Comité de surveillance du sida est inquiet: le Luxembourg enregistre 98 nouveaux cas d'infection au HIV en 2016. C'est la population toxicomane qui préoccupe le plus les autorités sanitaires.

(VO) - Le Comité de surveillance du sida est inquiet: le Luxembourg enregistre 98 nouveaux cas d'infection au HIV en 2016. C'est la population toxicomane qui préoccupe le plus les autorités sanitaires.

Le rapport présenté ce mercredi montre que 1.065 personnes seraient contaminées au Luxembourg et que 13% des personnes infectées l'ignorent.

Le mode de contamination principal reste les rapports hétérosexuels (39 nouveaux cas en 2016), suivis par les rapports homosexuels et bisexuels (32) et l’usage de drogues par voie intraveineuse (21). Comme les années précédentes, les plus concernés sont les 26-35 ans.

Contamination par seringues usagées

Ce qui préoccupe le plus les autorités sanitaires, c'est la contamination par les drogues. Depuis 2014, le nombre de nouveau cas parmi les usagers de drogues par voie intraveineuse est en hausse.

Entre janvier 2013 et décembre 2016, 67 nouveaux cas ont été recensés. Des stratégies complémentaires de prévention vont être mises en place par le ministère de la Santé dans le cadre du nouveau plan d'action national Sida.

La PrEP remboursée depuis le 1er avril

La prophylaxie pré-exposition sexuelle (PrEP) est un médicament destiné aux séronégatifs qui peut se prendre de manière continue ou ponctuelle. Il est très utilisé dans le milieu homosexuel et coûte très cher. Il a pour effet de protéger son utilisateur du virus du Sida lorsque celui-ci a des relations sexuelles avec une personne contaminée ou adopte une conduite à risques.

"Il faut compter 500 euros les 30 comprimés, c'est un budget considérable", note le docteur Vic Arendt du service des maladies infectieuses. Depuis le 1er avril, le médicament est pris en charge par la CNS et 15 personnes ont fait la demande pour en bénéficier".

"Ce remboursement fait partie des mesures testées durant le projet-pilote qui va durer deux ans. A la suite de celui-ci, un bilan sera fait par les ministères de la Sécurité sociale et de la Santé pour voir si la demande est assez forte pour que le médicament soit toujours remboursé", conclut le médecin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au Luxembourg, le nombre de personnes nouvellement infectées par le virus d'immunodéficience humaine (VIH) a baissé pour la première fois depuis 2015. 43 cas ont été recensés en 2018 contre 60 en 2017 et 68 en 2016.
Rapport national sur les drogues
Les chiffres de consommation de drogue sont en baisse au Luxembourg, ainsi que le nombre de morts par overdose. Par contre, le nombre de toxicomanes infectés par le virus du sida a augmenté.
Environ 2.200 habitants ont une consommation problématique de drogue au Luxembourg.
La journée mondiale de lutte contre le Sida rappelle que plusieurs défis restent à relever pour arriver au «zéro transmission» en 2030 figurant sur la feuille de route de l'Onusida. Le Luxembourg est le troisième pays en Europe à proposer la PrEP, un traitement destiné à une population particulièrement vulnérable: les msm.
Le Luxembourg est le troisième pays européen, derrière la France et la Norvège, à proposer la PrEP.
Derniers chiffres au Luxembourg
Pour la troisième année consécutive, le comité de surveillance Sida enregistre une baisse des contaminations au sein de la population homosexuelle et bisexuelle. Henri Goedertz, président de Stop Aids Now/Acces, nous en explique les raisons.
Être HSH et séropositif au Luxembourg
Ils ont des relations sexuelles avec d'autres hommes et sont séropositifs ou séronégatifs. Ils vivent au Luxembourg et pensent que la peur n'évite pas le danger. A l'aube du remboursement de la PrEP en France, deux gays témoignent de leur quotidien et de leur combat pour la vérité.