Changer d'édition

Un plan pour ne pas perdre une année scolaire
Luxembourg 3 min. 02.04.2020 Cet article est archivé

Un plan pour ne pas perdre une année scolaire

Le défi d’encadrement éducatif pour les parents est de taille

Un plan pour ne pas perdre une année scolaire

Le défi d’encadrement éducatif pour les parents est de taille
Photo: Alain Piron
Luxembourg 3 min. 02.04.2020 Cet article est archivé

Un plan pour ne pas perdre une année scolaire

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Après la décision du gouvernement de maintenir les écoles fermées jusqu'au 3 mai, le ministre de l'Education annonce une nouvelle vague d'adaptations. Claude Meisch veut tout mettre en oeuvre pour que l'année scolaire soit bouclée tant bien que mal.

L'objectif est clair: ne pas perdre une année scolaire. Le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch (DP) a fait le point, ce jeudi, sur les trois semaines d'école forcée à la maison qui touchent à leur fin et annoncé une série de décisions destinées à préparer au mieux le retour à la normale. Celui-ci est envisagé le 4 mai, bien que les mesures mises en place intègrent un scénario de reprise après les congés de Pentecôte, soit le 8 juin.

En attendant, les deux semaines qui s'annoncent sont bel et bien les vacances de Pâques. Ainsi parents, élèves et enseignants pourront prendre une pause bien méritée, après avoir foulé «le sol d'une terre inconnue», selon l'expression du locataire de la rue Aldringen. Car «étudier à la maison demeure une situation exceptionnelle et ne remplacera jamais la présence à l'école», a-t-il indiqué en faisant état de sa satisfaction puisque «cela fonctionne grâce à l'engagement de tous».


L'apprentissage à domicile connaît un franc succès
La helpline et la plateforme «Schouldoheem» mises en place par le ministère de l'Éducation nationale en cette période de confinement semblent recueillir l'adhésion tant des élèves, que des parents et des enseignants. Le gouvernement dévoile les premiers chiffres de fréquentation.

Selon un sondage réalisé auprès de 17.000 parents et enseignants, la grande majorité se sent à l'aise, s'adapte et se dit même prête à continuer. Pour ce qui est de l'année scolaire en cours, elle va donc être réorganisée au travers de la fusion des deuxième et troisième trimestres. Tant que les écoles restent fermées il n'y aura pas examens, des évaluations formatives, qui ne comptent donc pas dans les notes finales pourront toutefois avoir lieu.  

La reprise des cours à la maison, le 20 avril, se fera dans l'optique d'être «prêt pour la prochaine rentrée scolaire», a lancé Claude Meisch. Ainsi les contenus seront limités à l'essentiel, «tout ne devra pas être étudié». Les élèves de secondaire, par exemple, se concentreront avant tout sur les langues, les mathématiques et leur matière de spécialisation. 


/
Les syndicats enseignants mettent la pression
Les syndicats donnent de la voix juste avant la prise de parole du ministre de l'Education. Claude Meisch (DP) doit en effet s'exprimer ce jeudi après-midi afin d'expliquer les détails du prolongement de la fermeture des écoles jusqu'au 3 mai.

Les examens de fin d'études commenceront bien à la date prévue, à savoir le 25 mai. Ils porteront uniquement sur les matières effectivement étudiées en classe jusqu'au 16 mars. Le lignes directrices pour les tests seront disponibles sur le site eschoolbooks.lu à partir du lundi 6 avril.

Au niveau du fondamental, les épreuves d'orientation vers l'échelon secondaire sont supprimées. La décision se basera sur les bilans intermédiaires, mais les entretiens entre parents et enseignants auront bien lieu et l'inscription dans les lycées devra se faire entre le 29 juin et le 3 juillet.


Quand les parents prennent la place de l'enseignant
Depuis le 16 mars, les papas et mamans résidents font office d'enseignants à domicile pour leurs enfants. Nous avons donné la parole à trois d'entre eux, qui racontent comment ils ont vécu cette dizaine de jours de cours à la maison. Et comment ils appréhendent la suite.

Malgré l'optimisme du ministre, celui-ci reconnait que l'école à la maison rencontre toutefois quelques ratés. Certains élèves n'ont pas pu être contactés par leur professeurs depuis deux semaines. Il s'agit souvent, «d'un problème de matériel, de connexion internet», a assuré Claude Meisch. Mais il y a aussi des élèves qui ne disposent «du cadre de vie adéquat ou manquent de soutien. Ceux pour qui c'est difficile en temps normal, rencontrent aujourd'hui encore plus de difficultés». D'où la volonté affichée qu'aucun élève «ne disparaisse de notre radar». 

Après Pâques, ceux qui manquent à l'appel seront contactés. Dans des cas exceptionnels certains pourront même se rendre à l'école afin d'avoir un accès adapté pour leur permettre de suivre les cours à distance. Le ministre a également rappelé que les élèves qui ne respectent pas les consignes des enseignants s'exposent aux mêmes sanctions que d'habitude. «Pas question de faire l'école buissonnière à la maison», a assuré Claude Meisch.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les classes à nouveau réunies dès le 29 juin
«Un pas de plus vers la normalité». C'est en ces termes que Claude Meisch a qualifié ce vendredi le rassemblement des groupes A et B dans chaque classe d'ici dix jours et jusqu'au 15 juillet. Un retour «justifié», selon le ministre de l'Éducation nationale, dans l'optique de la rentrée de septembre.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les syndicats enseignants mettent la pression
Les syndicats donnent de la voix juste avant la prise de parole du ministre de l'Education. Claude Meisch (DP) doit en effet s'exprimer ce jeudi après-midi afin d'expliquer les détails du prolongement de la fermeture des écoles jusqu'au 3 mai.
/
L'école buissonnière forcée continue
Clos depuis le 16 mars dernier, les établissements scolaires n'ouvriront à nouveau leurs portes que début mai. Le gouvernement a en effet annoncé mercredi la prolongation de la durée de suspension pour deux semaines supplémentaires.
Quelles astuces pour gérer au mieux le confinement?
C'est le jour J pour la fermeture des écoles: le Luxembourg est entré ce lundi en terrain inconnu pour deux semaines. Se greffe là-dessus une question lancinante: comment organiser les activités des enfants à la maison? Nous vous proposons quelques pistes afin de dissiper le grand flou.
Un quart de la population touchée par la fermeture des écoles
Toutes les structures d'éducation du pays seront fermées entre le 16 et le 29 mars. Le ministre de l'Education assure, ce vendredi, qu'il ne s'agit nullement d'une période de vacances et détaille les modalités d'étude à domicile prévues pour les deux semaines à venir.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Athénée, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le code fera sa rentrée en septembre
Les élèves du cycle 4 de l'école fondamentale seront les premiers à bénéficier de leçons sur ce langage informatique. A l'heure du tout-digital, le programme sera ensuite développé jusqu'au lycée.