Changer d'édition

Un plan en six points pour insérer les jeunes dans le monde du travail
Luxembourg 3 min. 26.11.2012

Un plan en six points pour insérer les jeunes dans le monde du travail

Un plan en six points pour insérer les jeunes dans le monde du travail

Photo: Jessica Theis
Luxembourg 3 min. 26.11.2012

Un plan en six points pour insérer les jeunes dans le monde du travail

Le chômage des jeunes cause des sueurs froides au gouvernement luxembourgeois. Sa solution: un plan d'action en faveur de l'emploi des jeunes.

(Ch.L) - En guise de préliminaires, le Luxembourg a, selon les derniers chiffres d'Eurostat du mois de mars 2012, un taux de chômage parmi les jeunes de 17,4%.

C'est nettement en-dessous de la moyenne de l'Union européenne, mais supérieur au taux de chômage des jeunes en Allemagne (7,9%) par exemple.

Raison invoquée pour ce taux de chômage élevé: un faible niveau de qualifications, "car l'économie luxembourgeoise a créé plus de 11.000 emplois en un an", précise Nicolas Schmit, ministre du Travail dans une réponse parlementaire.

Un énième paradoxe à la luxembourgeoise: d'un côté le chômage grimpe, de l'autre l'économie n'a jamais autant créé d'emplois sur le marché.

Un plan en six points

Le plan d'action en faveur de l'emploi des jeunes se composent de six points:

    1.La nécessité d'une prise en charge rapide et efficace des jeunes via la création d'une "garantie jeunes"

    Le temps compte quand on est au chômage, surtout lorsque l'on est jeune. "La garantie jeunes" prévoit de proposer à tout jeune endéans les quatre premiers mois soit:

      • un emploi
        • une mesure lui permettant de s'insérer professionnellement ou d'améliorer sérieusement son employabilité, 
        • une formation professionnelle ou une qualification
        • un retour à l'école pour ceux notamment qui ont interrompu leur scolarité prématurément

          Les "garanties jeunes" seront proposées par l'ADEM via leur service "emploi des jeunes".

          2. Cibler les mesures pour l'emploi des jeunes et les réajuster selon les résultats de l'évaluation

          Le gouvernement a déjà mis sur pied quelques mesures telles que le contrat d'initiation à l'emploi (CIE) et le contrat d'appui à l'emploi (CAE). Ces deux offres doivent être mieux ciblées sur le profil et les besoins des jeunes. Elles seront adaptées en fin d'année 2012.

          3. Une orientation approprié et précoce en vue d'une formation adaptée, d'un côté, aux capacités et aux souhaits de chaque jeune et, de l'autre côté aux besoins du marché du Travail

          Cette orientation est offerte à la Maison de l'orientation inaugurée en septembre dernier, dans chaque agence de l'ADEM et dans les établissements scolaires.

          4. Développer et renforcer l'apprentissage

          Une collaboration optimale avec les institutions de formation ou d'enseignement doit être assurée dans cette optique.

          5. Ramener les jeunes sans qualification et éloignés du marché du travail vers un emploi durable

          En janvier 2012, 62 % des jeunes de moins de 25 ans (366 sur 590) qui se sont inscrits à l'ADEM avaient un niveau scolaire faible. 

          C'est d'abord pour ces gens éloignés du marché du travail que la "garantie jeunes" prend une signification toute particulière.

          6. Un nouveau contrat de génération

          L'Etat entend encourager l'embauche des jeunes sans que cela doive absolument signifier la fin de l'activité des salariés plus âgés.


                Sur le même sujet

                Chômage des jeunes dans l'OCDE:des chiffres alarmants
                Près de 11 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans étaient sans emploi dans les pays de l'OCDE début 2012. En mars, le taux de chômage des jeunes s'élevait ainsi à 17,1 %, un niveau proche du record de 18,3 % atteint en novembre 2009. Au Luxembourg, il s'établissait à 17,4 % (contre 15,1 % en décembre 2007).