Changer d'édition

«Un petit vaccin, juste en passant ?»
Luxembourg 2 min. 13.08.2021 Cet article est archivé
Lutte anti-covid au Luxembourg

«Un petit vaccin, juste en passant ?»

En quatre journées, les équipes mobilisées sur le "Impf-bus" ont déjà piqué 432 personnes. Quel démarrage!
Lutte anti-covid au Luxembourg

«Un petit vaccin, juste en passant ?»

En quatre journées, les équipes mobilisées sur le "Impf-bus" ont déjà piqué 432 personnes. Quel démarrage!
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 13.08.2021 Cet article est archivé
Lutte anti-covid au Luxembourg

«Un petit vaccin, juste en passant ?»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Alors que les grands centres de vaccination se mettent en sommeil, le ministère de la Santé multiplie les initiatives de proximité. But : permettre à plus de monde encore d'avoir accès au sérum, sans rendez-vous.

A partir de ce samedi 14 août, la mise en veille de quatre centres de vaccination (sur six!) marquera une étape importante dans la lutte contre l'épidémie. Fini la première vague de vaccination de masse. En huit mois, le dispositif a fait ses preuves (avec 740.000 doses anti-covid administrées) mais il est temps de passer à une autre étape. Celle qui consiste à piquer celles et ceux qui, pour X raisons, n'ont pas répondu aux invitations officielles quand était venu leur tour.


Les livraisons de vaccins vont tourner au ralenti
Les autorités sanitaires s'attendent à voir diminuer les arrivées de flacons de sérum anti-covid. Jusqu'à fin septembre, pas plus de 63.300 doses seraient ainsi à recevoir. Mais rien d'inquiétant.

Car même si 375.000 résidents et frontaliers disposent désormais d'un «schéma vaccinal complet», l'immunité collective ne sera gagnée qu'avec encore plus d'adolescents (dès 12 ans), d'adultes et de seniors protégés. Aussi, même si le dispositif s'allège, la vaccination reste toujours possible et au plus proche des habitants comme des frontaliers. 

D'abord dans les cabinets des généralistes et pédiatres qui ont accepté cette mission, mais aussi en se rapprochant du «Impf-Bus». Car, sans doute un peu à la surprise des autorités, le véhicule et son équipe mobile sont LE succès de l'été.

Garé au festival e-Lake d'Ettelbruck le weekend dernier, l'engin a permis la vaccination de 110 personnes. Puis 180 autres à l'Atelier à Hollerich le 11 août, et encore 142 de plus le lendemain à l'occasion d'un concert au Glacis... Aussi le prochain arrêt, ce 14 août au Street food festival à Remich constituera une nouvelle date attendue de l'opération «Impf-bus on tour».

Mais vu que le caractère spontané du dispositif séduit, le ministère de la Santé a donc décidé que la vaccination sans rendez-vous serait également possible maintenant au Hall Victor Hugo. Premier des centres de vaccination ouvert, le site du Limpertsberg ne devait adopter ce mode de fonctionnement qu'à la fin du mois, mais les choses s'accélèrent. Dès le lundi 16 août, vient qui veut quand il veut, et selon les horaires suivants : 

  • Du 16 au 21 août : de 7h à 19h
  • À partir du 23 août : le lundi de 13h à 19h, du mardi au vendredi de 7h à 19h et le samedi de 7h à 13h
  • À partir du 13 septembre : du mardi au vendredi de 7h à 19h et le samedi de 7h à 13h. 

 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Laboratoire national de santé confirme l'omniprésence de la souche indienne du covid-19 au Luxembourg. Arrivé au printemps dernier, le variant n'a pas encore fait exploser les cas d'infection. Ouf.
ARCHIV - 10.05.2021, Nordrhein-Westfalen, Essen: Eine Schülerin der Klasse 3a der Maria-Kunigunda-Grundschule in Essen-Karnap macht den Lolli-Test. In Berlin sollen Lolli-Tests im Rahmen eines Pilotprojekts im neuen Schuljahr zum Einsatz kommen.
(zu dpa: «Pilotprojekt zu Lolli-Tests an Schulen startet nach Ferienende») Foto: Roland Weihrauch/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit der aktuellen Berichterstattung über die Einführung der Tests in den Schulen in NRW. +++ dpa-Bildfunk +++
Le gouvernement attend l'avis du Comité supérieur des maladies infectieuses pour prendre, ou non, cette décision. Un choix qui interviendrait pour renforcer l'immunité des retraités notamment face aux nouvelles souches du virus.
22.07.2021, Rheinland-Pfalz, Zweibrücken: Leona Kaufmann vom Quartierstreff des Deutschen Roten Kreuzes (DRK) unterhält sich mit der 80-Jährigen Gerlinde Mauß  über Alexa, die gerade Musik abspielt. Im Rahmen des Projekt "Ixem deheem" haben Senioren einen Sprachsteuerungs-Assistenten Alexa erhalten. (zu dpa «Man fühlt sich nicht mehr so allein»: Technik gegen Einsamkeit im Alter") Foto: Oliver Dietze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
A défaut de se prononcer déjà sur la nécessité du masque en classe, la ministre de la Santé a indiqué que les dépistages se poursuivraient dans les écoles et lycées dès septembre et «au moins jusqu'en décembre».
02.08.2021, Mecklenburg-Vorpommern, Rostock: Schulanfängerin Ida meldet sich mit Mund-Nasen-Schutzmaske in der ersten Unterrichtsstunde der Klasse 1b in der Grundschule "Werner Lindemann". Für die rund 155.600 Schülerinnen und Schüler in Mecklenburg-Vorpommern beginnt das neue Schuljahr. Um das Coronavirus von den Schulen fernzuhalten, gilt in den ersten beiden Schulwochen Maskenpflicht im Unterricht. Foto: Jens Büttner/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pour l'heure, la proposition a recueilli un peu moins de 400 soutiens. Mais elle vient relancer le projet d'une contrainte sanitaire qui s'imposerait à certains professionnels, comme les soignants, les policiers, les enseignants voire fonctionnaires au contact du public.
(FILES) In this file photo taken on April 19, 2021 Health workers wait prior to administer Moderna vaccines against the Covid-19 at a newly-opened vaccination center in Lausanne, on April 19, 2021. - Switzerland on August 9, 2021, approved Moderna's Covid-19 vaccine for youngsters aged between 12 and 17 years old, weeks after EU regulators authorised the drug for the same age group. (Photo by Valentin FLAURAUD / AFP)
A partir de la mi-août, une première moitié du dispositif vaccinal sera mis à l'arrêt. Une décision qui intervient alors qu'un peu moins de la moitié de la population luxembourgeoise disposerait d'un ''schéma vaccinal complet''.
17.07.2021, Bayern, Erlangen: In einem Impfzelt beim Open-Air-Festival "Kulturinsel Wöhrmühle" in Erlangen verabreicht Lucy (l) vom Arbeiter-Samariter-Bund (ASB) Lukas (r) eine Corona-Schutzimpfung mit dem Impfstoff von Biontech. Durch Impfangebote bei Veranstaltungen sollen die Impfstoffe zu den Menschen gebracht werden. Foto: Nicolas Armer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++