Changer d'édition

Un «package social» à plus de 50 millions pour Luxair
Luxembourg 3 min. 07.10.2020 Cet article est archivé

Un «package social» à plus de 50 millions pour Luxair

Gouvernement, syndicats et direction de Luxair se sont accordés mercredi pour appliquer des mesures inédites dans le secteur de l'aviation, issues des tripartites sidérurgie.

Un «package social» à plus de 50 millions pour Luxair

Gouvernement, syndicats et direction de Luxair se sont accordés mercredi pour appliquer des mesures inédites dans le secteur de l'aviation, issues des tripartites sidérurgie.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 07.10.2020 Cet article est archivé

Un «package social» à plus de 50 millions pour Luxair

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
La troisième réunion tripartite du secteur aviation, tenue ce mercredi, a permis de trouver «un accord de principe» pour aider la compagnie aérienne à surpasser la crise actuelle. Au total, 600 personnes seront concernées par le plan de maintien dans l'emploi étalé sur trois ans.

Principale victime de la crise du secteur aérien, Luxair s'apprête à connaître un nouvel épisode de son histoire. Celui d'une restructuration vouée à répondre aussi bien aux «problèmes conjoncturels que structurels» que connaît le groupe aérien luxembourgeois. Pour ce faire, «un accord de principe» sur une nouvelle organisation a été trouvé ce mercredi entre partenaires sociaux. Au total, 600 personnes doivent être impactées. Soit l'équivalent de 20% de l'effectif total actuel.


Wi , Konsequenzen Lux-Airport und Luxair nach Coronakrise , Flughafen Luxemburg , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger wort
L'aérien luxembourgeois se cherche un cap
Pour la troisième fois, ce 7 octobre, Etat, syndicats et patronat se retrouvent autour de la table pour évoquer le sort à réserver aux personnels Luxair, Cargolux et Luxairport. Quelque 4.800 emplois en plein brouillard sur leur avenir.

Destiné à «assurer la pérennité de l'entreprise au-delà de cette crise», selon François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Mobilité, l'accord prévoit non seulement la mise en place d'un plan de maintien dans l'emploi, mais aussi d'une cellule de reclassement. Autrement dit, deux mesures inédites dans le secteur de l'aviation destinées à «donner à Luxair la flexibilité nécessaire tout en garantissant les emplois», selon Gilles Feith, CEO de Luxair. 

Prévu pour s'étaler sur trois années, l'accord prévoit que «près de la moitié» des 600 salariés concernés bénéficieront de mesures de préretraite, l'autre moitié devant bénéficier des mesures prévues par la cellule de reclassement, selon les estimations avancées mercredi. A savoir des formations destinées à mettre en place «des affectations durables» ou des prêts temporaires de personnel auprès d'autres entreprises du Findel ou de l'administration publique. 


Politik, Tripartite ''Aviation'', Francois Bausch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Solutions en approche dans le secteur de l'aviation
La deuxième réunion tripartite dédiée au futur de Cargolux, Luxairport et Luxair a abouti à un consensus quant à la méthode à utiliser pour éviter le chômage économique. Une situation rendue possible par la concentration des échanges sur la tripartite et non sur la convention collective de Luxair.

Interrogé sur le nombre de suppressions nettes de postes au sein de Luxair Group, Gilles Feith s'est refusé à avancer tout chiffre, préférant indiquer «regarder à des synergies» pour améliorer le fonctionnement de l'entreprise. Selon le nouveau CEO, les activités cargo, catering et services devraient être les plus impactées. Au total, le «package social» décidé devrait coûter à l'Etat «quelque 50 millions d'euros sur trois ans», indique François Bausch. 

Financées au travers du Fonds pour l'emploi - et donc pas considérées comme des aides directes d'Etat par la Commission européenne - ces mesures devraient également être couplées avec une recapitalisation de Luxair. L'Etat, actionnaire direct à hauteur de 39,8% de la compagnie aérienne, devra donc mettre la main à la poche, «au même titre que tous les actionnaires qui doivent faire preuve de responsabilité», estime le vice-Premier ministre, sans préciser le montant de la recapitalisation envisagée. Idem, en ce qui concerne les voyageurs qui devraient, à l'avenir, payer plus cher leur billet d'avion. Aucune donnée quant à la hausse à venir n'a, mercredi, été précisée.

Point de friction au début des négociations, la question de la convention collective a également été tranchée. Officiellement en place jusqu'au 31 décembre, le texte ne sera pas dénoncé et restera donc en vigueur pour les trois prochaines années. «De quoi garantir les acquis sociaux des salariés», note Michelle Cloos, secrétaire centrale OGBL, qui précise qu'«en échange, les salariés connaîtront un gel de salaires sur la même période». Patrick Dury, président du LCGB, se dit «très satisfait de cet accord», même s'il estime se trouver «devant une montagne» pour finaliser le texte final qui doit être signé le 9 novembre prochain. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Solutions en approche dans le secteur de l'aviation
La deuxième réunion tripartite dédiée au futur de Cargolux, Luxairport et Luxair a abouti à un consensus quant à la méthode à utiliser pour éviter le chômage économique. Une situation rendue possible par la concentration des échanges sur la tripartite et non sur la convention collective de Luxair.
Politik, Tripartite ''Aviation'', Francois Bausch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Trous d'air à prévoir lors de la tripartite aviation
Deux mois après leur première rencontre destinée à faire face à «l'une des crises les plus graves du secteur aérien», les partenaires sociaux se retrouvent ce jeudi. Mais dans un contexte de défiance entre syndicats et direction de Luxair, accusée de vouloir remettre en cause la convention collective.
Wi , Konsequenzen Lux-Airport und Luxair nach Coronakrise , Flughafen Luxemburg , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger wort
Une situation de plus en plus tendue chez Luxair
A quelques jours de la prochaine réunion sectorielle tripartite, les syndicats tirent la sonnette d'alarme. «La direction générale bafoue le dialogue social», regrettent lundi les organisations syndicales dans une lettre commune.
Lokales, Illustration, Luxair Flieger wurde künstlerisch bemalt von SUMO, Flugzeug Boeing 737-8C9, Fluggerät B738 LX-LGU, Ankunft aus Kos  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Luxair limite les dégâts grâce à sa «prise de risques»
Impactée de plein fouet par les conséquences de la pandémie de covid-19, la compagnie aérienne luxembourgeoise multiplie les destinations pour tenter de répondre au plus près aux attentes de sa clientèle. Une «politique commerciale très agressive» qui aurait permis «d'éviter la catastrophe».
Lokales, Illustration, Luxair Flieger wurde künstlerisch bemalt von SUMO, Flugzeug Boeing 737-8C9, Fluggerät B738 LX-LGU, Ankunft aus Kos  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Il nous faut avant tout éviter la hausse du chômage»
Deux semaines après la première tripartite depuis 10 ans, un échange dédié au secteur de l'aviation s'est tenu ce mardi. Trois groupes de travail dédiés à l'avenir de Luxair, Cargolux et Luxairport et de leurs salariés ont été mis sur pied. Tous devront rendre leurs propositions le 17 septembre.
 Luxair - Cargolux um Findel