Changer d'édition

«Un nouveau chapitre commence pour le CSV»
Luxembourg 4 min. 19.03.2016 Cet article est archivé
Congrès national du parti à Belval

«Un nouveau chapitre commence pour le CSV»

Le nouveau programme fondamental du CSV a été adopté à l'unanimité, samedi à Belval, moins une seule abstention.
Congrès national du parti à Belval

«Un nouveau chapitre commence pour le CSV»

Le nouveau programme fondamental du CSV a été adopté à l'unanimité, samedi à Belval, moins une seule abstention.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 19.03.2016 Cet article est archivé
Congrès national du parti à Belval

«Un nouveau chapitre commence pour le CSV»

Maurice FICK
Maurice FICK
Le CSV a bouclé son processus de renouvellement. Le nouveau programme fondamental a été adopté à la quasi unanimité, samedi lors du congrès national du parti à Belval. Le président Marc Spautz et le secrétaire général Laurent Zeimet ont été réélus.

(mig - Trad. MF) - Le CSV a bouclé son processus de renouvellement. Le nouveau programme fondamental a été adopté à la quasi unanimité, samedi lors du congrès national du parti à Belval. Le président Marc Spautz et le secrétaire général Laurent Zeimet ont été réélus.

Deux années auront été nécessaires pour remplir la mission que le Congrès du parti chrétien social (CSV) avait donné à la direction du parti en février 2014. La dernière grande étape, à savoir le renouvellement du programme fondamental, a été bouclée ce samedi lors du congrès national qui s'est déroulé à la Maison du Savoir à Belval.

Le débat n'a pas été bien animé sur les 74 amendements proposés. Une discussion sereine et peu spectaculaire. «La discussion a été menée de façon intense au sein des districts préalablement», déclare l'un des 375 délégués rencontré dans la grande salle de conférence de l'université.

Le nouveau programme fondamental du parti qui a été présenté par les deux députés Françoise Hetto et Serge Wilmes et qui expose en quelques pages la raison d'être du CSV, a été adopté avec une seule abstention. C'est donc un succès, estime la direction du parti.

La direction du parti confirmée

Le renouvellement de la direction du parti s'est également soldé par un succès. Tous les candidats - sans qu'ils n'aient de concurrents - ont été confirmés à leur poste avec plus de 90%  des votes des délégués: le président du Parti, Marc Spautz, a obtenu 92,64% des voix. Le Secrétaire général, Laurent Zeimet, 93,46% des voix. Les deux vice-présidents, Martine Hansen et Françoise Hetto-Gaash ont obtenu 94 ,82% et 92,1% des voix.

"Un nouveau chapitre commence maintenant pour le CSV", a lancé le président du parti Marc Spautz qui -comme son Secrétaire général Laurent Zeimet- n'a laissé aucun doute quant au cap fixé au CSV.

Tous deux ont dit leur ferme volonté et l'envie du parti de vouloir  reprendre les rênes du gouvernement. Pour atteindre ces objectifs, le parti doit être «uni» et faire bloc dans un climat amical mais aussi être en recherche de «dialogue avec la société», a résumé Spautz. C'est précisément ce que n'a pas fait la coalition DP-LSAP-Les Verts en place, à laquelle «les électeurs ont adressé une fin de non-recevoir  lors du référendum», a expliqué le président du parti.

«Les sondages ne sont pas des élections»

Le chef de fraction du CSV, Claude Wiseler, a mis en garde contre trop d'optimisme et de prudence. «Nous voyons avec les exemples qui nous sont donnés dans nos pays voisins, la façon dont les choses peuvent rapidement changer», a lancé Claude Wiseler en référence aux résultats des récentes élections pour la CDU en Rhénanie-Palatinat. Les sondages quoi qu'on en dise, ne sont pas des élections.

Il a également averti qu'en période de grande incertitude due à la crise des réfugiés, il ne faut pas laisser le champ libre aux partis populistes et veiller à ne pas répondre aux craintes des gens avec des explications simplistes. «C'est à nous de répondre aux questions des gens. Nous ne devons pas laisser de marge de manoeuvre à ces partis et les laisser grandir», a déclaré Claude Wiseler.

Grâce à l'action des dirigeants du CSV, la coalition gouvernementale n'a pas seulement renoncé d'avoir recours au référendum. En tant qu'ancien ministre de la Famille, le président du parti a critiqué la politique familiale et le modèle d'unité du gouvernement. On ne devrait pas imposer de modèles aux familles mais leur laisser le choix, a dit Spautz en laissant entendre que le CSV ferait marche arrière par rapport à l'actuelle politique familiale si le parti revenait aux manettes.

Réforme fiscale: une imposture sociale

La réforme fiscale, Marc Spautz l'a qualifiée d'imposture sociale, certaines familles payant encore davantage d'impôts au final. D'allégement fiscal il ne peut être question.

«La marge de manoeuvre financière dont il est question ici, est celle créée par les impôts que les gens ont payés eux-mêmes», a déclaré Claude Wiseler. Accusant au passage le gouvernement d'incompétence, «parce qu'incapable d'évaluer précisément le coût de chacune des mesures avancées».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.
Le parti chrétien-social va observer à la loupe les négociations de coalition et reste ouvert à toute discussion avec un ou plusieurs partenaires de coalition. Le CSV estime qu'il a davantage de points communs avec le DP. Avec 33 sièges à la Chambre, une coalition DP-CSV constituerait un gouvernement solide.
CSV Analyse Wahlresultate, Claude Wiseler, Martine Hansen, Marc Spautz, Francoise Hetto, le 18 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
«Le 8 octobre 2017 a été une très bonne journée pour le CSV» a résumé Laurent Zeimet, secrétaire général du CSV, au moment de tirer le bilan. Le Parti chrétien-social est le grand gagnant des élections communales et son président, Marc Spautz, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.
8.10.Gemeindewahlen 2017 / Luxemburg-Stadt / Feier CSV / Serge Wilmes und Claude Wiseler Foto:Guy Jallay
Dimanche se tiendra le congrès ordinaire du parti socialiste au Tramsschap à Luxembourg où il sera question de réforme fiscale et du mémento socialiste. Egalement au programme: l'élection des dirigeants du parti.
Yves Cruchten (à gauche) et Claude Haagen se représenteront tous deux, dimanche, pour être réélus à la tête du parti. .