Changer d'édition

Un morceau d'histoire mis aux enchères dans la capitale

Un morceau d'histoire mis aux enchères dans la capitale

Un morceau d'histoire mis aux enchères dans la capitale
Îlot gastronomique

Un morceau d'histoire mis aux enchères dans la capitale


par David THINNES/ 08.09.2022

L'entrée de l'Îlot dans la rue de l'Eau.Photo: Anouk Antony

Les terrains et les restaurants autour du Marché-aux-Poissons sont mis en vente. Les locataires sont confrontés à un avenir incertain.

L'Îlot gastronomique est probablement l'ensemble de restaurants le plus connu du Grand-Duché. Le 5 octobre, les bâtiments situés autour de la rue de la Loge et de la rue de l'Eau dans la capitale seront désormais mis aux enchères à l'hôtel Royal.

Une annonce sur le site Internet de RTL Radio Lëtzebuerg éveille l'intérêt. Les bâtiments portant les numéros 4, 6 et 8 de la rue de la Loge font l'objet de la vente aux enchères. Sur un site Internet spécialement créé à cet effet, on peut voir de nombreuses photos et quelques chiffres. Mais d'autres informations, comme l'identité du propriétaire, font défaut.

Une recherche sur les numéros de parcelle révèle qu'ils sont au nom de «Mado Funck». Après une nouvelle et brève recherche, on découvre que Mado Funck était l'épouse de Léon Nilles. Ce nom déclenchera éventuellement un souvenir chez certains : Léon Nilles, décédé en août 2016, avait eu l'idée en 2001 d'un téléphérique entre le Marché-aux-Poissons, le Kirchberg et le plateau du Rham. 

Nilles a également été président de la Sécurité routière de 1964 à 1987 et a été actif en tant que promoteur et hôtelier. C'est ainsi qu'en 1981, la famille Nilles a acquis l'ancien moulin d'Asselborn et l'a transformé en hôtel-restaurant, qui est encore aujourd'hui une propriété familiale.

Il en va de même pour les parcelles de l'Îlot gastronomique, qui appartiennent à la famille Nilles depuis 1991 via la société Center Al-Stad, comme l'indique le registre des entreprises.   

L'avenir des locataires n'est pas clair

Après le décès de Leon Nilles, un changement est intervenu en août 2017 parmi les administrateurs de la société. Outre Mado Funck, actuellement âgée de 84 ans, deux des trois enfants, Robert et Simone, ont rejoint l'équipe.

Pour Léon Nilles, l'Îlot gastronomique était une affaire de cœur. Il fréquentait d'ailleurs régulièrement les restaurants. Après son décès, on a toutefois constaté une baisse d'intérêt des locataires en matière d'investissements pour des rénovations urgentes, comme les installations électriques, comme le raconte au Luxemburger Wort un locataire qui souhaite garder l'anonymat. Les enfants auraient repris la gestion et ne seraient plus disposés à investir de l'argent.

L'Îlot gastronomique abrite actuellement trois établissements de restauration - Le Bouquet garni, Dipso et Am Tiirmschen. Il y aurait de la place pour neuf. Cependant, ces dernières années, des restaurants ont fermé à plusieurs reprises, comme le Goethe Stuff en 2020 suite à une faillite.

Les trois locataires actuels ont appris le projet de vente par une annonce sur RTL. Cela n'a pas forcément fait sauter de joie, comme le dit l'un des intéressés. L'avenir des locataires n'est pas clair. «Nous sommes fiers de donner vie à un tel lieu historique », explique l'un des restaurateurs : «Tout dépend de qui va acheter les bâtiments. En fait, la ville de Luxembourg pourrait tout acheter».

Le site Internet promet un revenu de 15.000 euros par mois en loyers. Les bâtiments abritent également un appartement qui sera loué pour environ 900 euros par mois. Un espace de restauration est facturé environ 6.000 à 7.000 euros par mois.

Offre de 15 millions d'euros refusée

Selon les rumeurs, une offre de 15 millions d'euros aurait déjà été faite. Celle-ci aurait toutefois été refusée par la famille. Une collaboratrice de l'étude Pierre Metzler ne peut toutefois pas confirmer cette rumeur. L'étude est responsable du déroulement de la vente aux enchères. 

La vente aux enchères est ouverte à tous. Ceux qui veulent enchérir doivent fournir une garantie bancaire. Selon une représentante de l'étude Pierre Metzler, aucune visite de l'objet de la vente n'a encore eu lieu, des annonces seront prochainement publiées dans les quotidiens.

Entre-temps, les documents du registre des entreprises indiquent que la valeur des terrains de la rue de la Loge et de la rue de l'Eau a été estimée à 9,5 millions d'euros. L'ensemble des biens est passé entre les mains de Madeleine «Mado» Funck lors de la dissolution de la société Center Al-Stad en juillet 2021.

Contactée par la rédaction, la famille Nilles n'a pas souhaité s'exprimer sur cette vente aux enchères.

Il faudra attendre alors le 5 octobre pour savoir ce qu'il adviendra de cette partie historique de la capitale et des locataires actuels.

Cet article a été publié pour la première fois sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cet été, chaque samedi, nous vous proposons une balade, à pied ou à vélo, à travers le Luxembourg. Cette semaine, partons à l'assaut du Kirchberg. Un voyage en pleine nature et un saut dans le passé.