Changer d'édition

Un mois après les élections: la nouvelle carte politique des communes au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 08.11.2017

Un mois après les élections: la nouvelle carte politique des communes au Luxembourg

Maurice FICK
Maurice FICK
Un mois pile après les élections communales du 8 octobre 2017 qui ont chamboulé le paysage politique communal, les bourgmestres et échevins de 102 des 105 communes du pays sont connus.

Les premiers ont prêté serment. A Luxembourg, Kayl et Stadtbredimus, les discussions se poursuivent. Découvrez la nouvelle carte politique des communes

Pas plus tard que ce mercredi soir, les tractations ont abouti à Schifflange (10.600 habitants) où les sections locales du CSV et des Verts ont donné leur aval pour un accord de coalition. Selon la logique exprimée dans les urnes, c'est Paul Weimerskirch (CSV), premier échevin jusqu'ici, qui succède à Roland Schreiner, bourgmestre socialiste de Schifflange depuis 2002. Albert Kalmes (Les Verts) devient premier échevin, Marc Spautz (CSV) et Carlo Lecuit (CSV) sont également échevins.

De sorte que la carte est quasi complète un mois après les élections. Il ne manque plus à l'appel que trois collèges des bourgmestre et échevins. Celui de deux communes au scrutin proportionnel, Luxembourg-Ville et Kayl et celui de Stadtbredimus (scrutin majoritaire). Fait est que John Lorent (LSAP) restera bourgmestre à Kayl.

A Stadtbredimus où l'ancienne ministre de la Culture, Octavie Modert, a déjà fait savoir qu'elle ne serait pas bourgmestre alors qu'elle avait remporté le plus de voix, tout indique que Marco Albert reprendra le flambeau. La décision tombera lors de la réunion du nouveau conseil communal du 14 novembre.

A Luxembourg-Ville, il ne fait aucun doute que Lydie Polfer (DP) conservera son poste de bourgmestre. Le jeune député Serge Wilmes (CSV) qui affiche un beau score personnel devrait logiquement devenir premier échevin. Mais les jeux ne sont pas faits dans la capitale où les négociations de coalition se poursuivent quotidiennement en coulisses.

Grandes villes: 22 bourgmestres sur 44 issus du CSV

Tandis que rue Beaumont, se succèdent depuis ce mardi les vagues de nouveaux bourgmestres et échevins qui viennent prêter serment au ministère de L'intérieur. Ce mercredi matin, le ministre de l'Intérieur, Dan Kersch, a procédé à l'assermentation des collèges des bourgmestre et échevins de Dippach, Erpeldange-sur-Sûre, Esch-sur-Sûre, Ettelbruck, Frisange, Goesdorf, Grevenmacher, Grosbous, Hesperange, Junglinster, Koerich, Lac de la Haute-Sûre et Larochette.

L'après-midi, les 11 bourgmestres et 23 échevins de Beckerich, Lorentzweiler, Mamer, Mertert, Mondorf-les-Bains, Niederanven, Nommern, Pétange, Préizerdaul, Putscheid et Roeser, ont levé la main.

«Le 8 octobre 2017 a été une très bonne journée pour le CSV» avait résumé en ce début de semaine Laurent Zeimet, secrétaire général du CSV, au moment de tirer le bilan des élections dont le parti chrétien-social est le grand gagnant.

A ce stade 22 des 44 communes qui votent au scrutin proportionnel (il faudra y ajouter Luxembourg et Kayl) sont dirigées par des bourgmestres CSV.

12 communes sont dirigées par un bourgmestre socialiste, 5 par un bourgmestre du DP, une seule (Differdange) par un bourgmestre des Verts et 4 par des bourgmestres se présentant sous l'étiquette de regroupements locaux comme la "Elwenter Biergerlëst" à Troisvierges, "Ar Leit" à Lorentzweiler", "Schëtter Bierger" à Schuttrange et Ar Equipe à Frisange.


Sur le même sujet

Elections communales 2017: Le CSV tire un bilan largement positif
«Le 8 octobre 2017 a été une très bonne journée pour le CSV» a résumé Laurent Zeimet, secrétaire général du CSV, au moment de tirer le bilan. Le Parti chrétien-social est le grand gagnant des élections communales et son président, Marc Spautz, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.
8.10.Gemeindewahlen 2017 / Luxemburg-Stadt / Feier CSV / Serge Wilmes und Claude Wiseler Foto:Guy Jallay
Luxembourg vers une nouvelle coalition: Wilmes «très optimiste», Tanson déçue
Les négociations pour former une éventuelle nouvelle coalition au Knuedler débutent ce mercredi entre DP et CSV. Serge Wilmes (CSV) trouve «logique, vu le résultat, que les deux partis discutent». Il se dit «très optimiste et en même temps réaliste». Sam Tanson des Verts, toujours partenaire de coalition du DP, est déçue que «le DP ne nous ait même pas dit qu'il allait discuter avec nous».