Changer d'édition

«Un million d'habitants ne serait pas une fatalité»
Luxembourg 5 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

«Un million d'habitants ne serait pas une fatalité»

A l'instar du pays, le secteur du logement devrait connaître d'importantes mutations.

«Un million d'habitants ne serait pas une fatalité»

A l'instar du pays, le secteur du logement devrait connaître d'importantes mutations.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 5 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

«Un million d'habitants ne serait pas une fatalité»

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
L'augmentation de la population au cours des 40 prochaines années aura des répercussions sur le logement, la mobilité ou encore le financement des retraites selon une étude présentée mardi soir par la fondation Idea et l'OAI. Explications.

Au début des années 80, le Luxembourg affichait près de 365.000 habitants, contre 602.000 actuellement, selon la dernière étude du Statec. En se basant sur quelques projections démographiques à long terme tout en conservant une politique inchangée - croissance du produit intérieur brut de 3% et de la productivité de 1,1% -, la barre symbolique du million d'habitants pourrait être atteinte en 2060 selon le rapport de Muriel Bouchet, présenté mardi soir lors d'une table ronde organisée en collaboration avec l'OAI (Ordre des architectes et des ingénieurs conseils). 

Le directeur de la Fondation Idea, émanation de la Chambre de commerce qui mène des réflexions sur le développement durable du pays, a présenté trois cas de figure sur l'évolution de la population résidente au cours des 40 prochaines années.

Le premier évoque notamment l'augmentation du nombre de frontaliers qui passerait de 200.000 à 600.000 avec une population totale d'un million d'habitants. 

La deuxième situation évoque le gel des frontaliers avec pour conséquence une population résidente inférieure à deux millions d'habitants.

Le troisième scénario avec une immigration zéro limiterait la population grand-ducale à 611.000 individus mais impliquerait dans le même temps la présence de 787.000 frontaliers.

Quel que soit le scénario, et même si ce ne sont que des projections comme le rappelle Muriel Bouchet, l'accroissement et le vieillissement de la population «auront des conséquences sur notre futur cadre de vie». Quelles infrastructures (logements, voiries, équipements de loisirs et sportifs…)? Quel logement? Quels transports en commun? 

La principale inquiétude concerne le logement. Si des adaptations sont considérées comme «inévitables», comme une réduction de la taille moyenne des habitations ou la densification du bâti via des constructions plus en hauteur, la principale nouveauté devrait tenir dans la nécessité de «mettre en place un changement des modèles actuels», selon Patrick Bousch, chercheur du Liser. 

Autrement dit, la mise en oeuvre de logements plus flexibles, capables de s'adapter aux différentes étapes de la vie et aux modes de vie des nouvelles générations. Surtout dans le contexte de scénarios qui tablent sur la hausse globale du nombre de personnes dépendantes.


Les prix de l'immobilier continuent de flamber
La situation sur le marché du logement au Luxembourg ne cesse de fluctuer, d'années en années. En 2018, les prix de vente ont augmenté comme jamais auparavant et les loyers ont explosé.

Autre challenge à résoudre: la capacité de mise sur le marché de nouveaux logements. Estimées actuellement entre 6.000 et 6.500 chaque année, seules quelques 3.000 unités sont produites. «Ce n'est pas normal que les logements n'augmentent pas aussi vite que les emplois», avance l'architecte-urbaniste Christine Muller qui regrette «qu'on crée plus de garages que de logements». Avec pour conséquence directe la flambée des prix de l'immobilier et l'essor de la spéculation immobilière. Au point que la part du logement dans le budget des ménages n'en finit pas d'augmenter.

Un phénomène qui pourrait prendre davantage d'ampleur si aucune action n'est entreprise. La réduction des logements vides figure comme l'une des pistes à développer. «On doit faire plus d'efforts à ce niveau d'où l'importance des agences immobilières sociales», précise Corinne Cahen (DP), ministre de la Famille, de l'Intégration et de la Grande Région alors que Patrick Bousch regrette l'absence d'une «classe moyenne» pour l'accès au logement.  

Le prix du foncier constitue un handicap à la création de nouveaux habitats. Bien plus que le coût de la construction, il induit le prix du logement. 

A ce niveau, les professions de l'OAI et les autorités communales auraient un rôle commun à jouer. «Pourquoi ne pas libérer plus d'espaces et y créer des logements plus adaptés à nos futurs besoins?», interroge Corinne Cahen, secondée par Christine Muller qui avance l'idée de «séduire les propriétaires pour qu'ils libèrent le foncier». 

Outre le logement, la mobilité figure parmi les enjeux principaux. L'idée d'une décentralisation figure parmi les pistes de réflexion évoquées, histoire de ne pas concentrer les problèmes sur la capitale. La présence de Google à Bissen, l'arrivée d'entreprises dans la Nordstad ou encore le développement d'Esch-Belval sont les premiers signes de cette nouvelle approche. 

Dans cette optique, la création de zones franches pour faire face à la désertification économique de certaines régions mais aussi desserrer l'étau autour du pays pourrait voir le jour au niveau de la Grande Région. Toujours dans l'idée de désengorger les routes du pays, le télétravail devrait devenir plus systématique au sein des entreprises. 


Deux territoires, un même enjeu économique
Comment accompagner le poumon économique luxembourgeois et construire une croissance concertée, à l’échelle de la Grande Région ? En France, les idées en la matière affluent pour créer les conditions d’un codéveloppement transfrontalier.

Des idées qui visent toutes à renforcer la cohésion sociale et à permettre aux habitants de gagner en qualité de vie. Les contours du visage du Luxembourg en 2040 sont encore flous même si quelques balises ont été posées, amenant Corinne Cahen à estimer qu'«on est loin d'un scénario catastrophe» et qu'«un Luxembourg à un million d'habitants ne serait pas une fatalité». Et la ministre de prendre l'exemple de la Sarre qui présente la même superficie que le Luxembourg et qui affiche un million d'habitants et dont «le niveau de vie n'est pas si mauvais».  


Sur le même sujet

Le locatif social se bâtira sur une nouvelle loi
L'État soutient les promoteurs dans la construction de logements sociaux. Toutefois, la loi est discriminatoire à l'égard des bâtisseurs publics. Pour la ministre Sam Tanson (Déi Gréng), il est temps de réformer le système.
1.06.2015 Luxembourg, Luxembourg, Wohnungssuche, Mietwohnung, Mieter, Vermieten, Immo, à louer photo Anouk Antony
Deux territoires, un même enjeu économique
Comment accompagner le poumon économique luxembourgeois et construire une croissance concertée, à l’échelle de la Grande Région ? En France, les idées en la matière affluent pour créer les conditions d’un codéveloppement transfrontalier.
Nouvelles règles pour soutenir le logement social
La ministre du Logement souhaite revoir les aides octroyées aux promoteurs favorisant les constructions à loyer modéré. Sam Tanson entend aussi allonger à 40 ans la durée obligatoire de mise en location de ces habitations.
L'accès au télétravail restreint par nature
Le principal frein au développement du travail à distance serait la nature même des fonctions occupées par le salarié. L'autre handicap, relevé par une étude du LISER, étant la timidité des entreprises à adopter cette nouvelle pratique.
Belval a vécu une année 2018 record
Jamais la mue du quartier né de la fermeture des hauts-fourneaux n'avait connu une telle croissance! L'an passé, le site a vendu 43.500 m2. Et c'est loin d'être fini car autour du Belval Plaza et de l'Université, les projets sont encore nombreux.
Belval Panorama DJI - Belval -  - 28/03/2019 - photo: claude piscitelli