Changer d'édition

Un hub européen du Metaverse au Luxembourg
Luxembourg 5 min. 12.07.2022
Une technologie en plein essor

Un hub européen du Metaverse au Luxembourg

Pour Carlo Duprel, un Metaverse démocratisé et accessible à l'échelle mondiale, ce ne sera pas avant une dizaine d'années.
Une technologie en plein essor

Un hub européen du Metaverse au Luxembourg

Pour Carlo Duprel, un Metaverse démocratisé et accessible à l'échelle mondiale, ce ne sera pas avant une dizaine d'années.
Photo: SnT de l'Université du Luxembourg
Luxembourg 5 min. 12.07.2022
Une technologie en plein essor

Un hub européen du Metaverse au Luxembourg

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Le SnT de l'Université de Luxembourg a annoncé une relation stratégique pour développer cette expérience ambitieuse qui en est encore à ses balbutiements.

En 1992, Neal Stephenson invente le terme de «metaverse» dans son roman Le Samouraï virtuel pour décrire un monde parallèle accessible par un casque et où chaque utilisateur dispose de son propre avatar. Une trentaine d'années plus tard, la réalité a désormais dépassé la fiction. Depuis 2021, année où Facebook s'est rebaptisé «Meta» et a ainsi dédié une large part de son activité à l'élaboration d'un métaverse, ces univers alternatifs semblent désormais être une réalité bien plus concrète que jamais.


AirxTouch, une technologie révolutionnaire made in Luxembourg
Cette technologie développée au Luxembourg permet à n'importe quel utilisateur de contrôler une borne à distance, juste par captation des mouvements des doigts. Un procédé ô combien important à l'heure du sans-contact.

Et si d'aucuns prétendent que l'innovation manque au Luxembourg, force est de constater que le Grand-Duché se montre précurseur en la matière. Ainsi, il y a quelques jours seulement, Virtuel Rangers, studio de création d'applications immersives en réalité virtuelle et augmentée au Luxembourg, et The Dots, agence marketing spécialisée, ont lancé le «Luxembourg Metaverse». Un monde virtuel déjà explorable et où se côtoient différentes compagnies ayant établi leur quartier, à l'instar du Groupe Axa, de la BIL, de Post ou encore des CFL. 

Une relation «stratégique» avec le SnT

Aujourd'hui, c'est un autre acteur majeur du milieu qui entend faire son trou au Luxembourg. En effet, la société de divertissement et d'innovation Metaverse «Infinite Reality» a annoncé avoir conclu une «relation stratégique» avec le centre interdisciplinaire pour la sécurité, la fiabilité et la confiance de (SnT) de l'Université du Luxembourg. 


Satispay, electronic finance. Luxembourg, Luxembourg - 23. 04. 2019 photo: Matic Zorman / Luxemburger Wort
La technologie financière, un secteur en plein essor
La Luxembourg House of Financial Technologies offre une base aux jeunes prestataires de services financiers innovants du monde entier.

Une sacrée fierté pour Carlo Duprel, Head du bureau de transfert de technologie du SnT. «Notre activité concerne la recherche sur toutes les technologies de l'information et de la communication, de la cybersécurité à la cryptographie. On travaille également sur tout ce qui concerne l'espace ou encore la robotique. Notre objectif, c'est de travailler avec l'industrie luxembourgeoise et être ouverts avec tous les acteurs, qu'ils soient publics ou privés. C'est dans contexte que ce partenariat avec Infinite Reality s'est opéré», explique-t-il, tout en ajoutant que SnT travaille avec plus de 60 partenaires, majoritairement des acteurs de la Fintech. «Le gouvernement luxembourgeois nous a approchés car Infinite Reality souhaitait implanter son bureau européen au Luxembourg.»

Pour concurrencer Facebook

Issue du monde des affaires, l'entreprise américaine souhaite concurrencer le mastodonte «Meta» de Facebook en créant un hub européen du Metaverse au Grand-Duché. Une aubaine pour le SnT qui croit dur comme fer au potentiel de cette technologie. «D'un point de vue scientifique, il y a un intérêt particulier dans cette version du Metaverse puisque dans le cas d'Infinite Reality, ils souhaitent proposer quelque chose de très ouvert. Et puis, plus globalement, il faut reconnaître que c'est très excitant de travailler sur une technologie très nouvelle comme celle-ci car cela représente bon nombre de défis scientifiques et technologiques qui ne sont pas encore résolus».

Pour le SnT, il ne fait aucun doute qu'il s'agit du futur de l'internet traditionnel. «Le potentiel commercial est énorme. Il reste encore pas mal de pain sur la planche cela dit», avoue le responsable du bureau de transfert de technologie. «Outre le fait qu'il faut garantir des connections stables pour l'ensemble de la population, il faut également que logiciels soient performants. Il faut également se poser toutes les questions liées au cadre légal.» Car en effet, les dérives sont vites arrivées. «Il faut pouvoir relier chaque avatar à une identité pour ne pas donner des opportunités à des personnes malveillantes qui pourraient profiter du Metaverse pour commettre des actes illégaux comme des discours de haine ou encore du harcèlement moral. Se pose donc la question de la modération.»


Über die Postnetze wurden am 31. Dezember und am 1. Januar 1,11 Millionen SMS-Nachrichten versendet.
Une innovation pour protéger votre smartphone des attaques
L'opérateur luxembourgeois Tango s'est allié avec une société israélienne afin de lancer "Net Protect", un outil censé protéger le réseau mobile utilisé par leurs clients.

Pour Carlo Duprel, un Metaverse démocratisé et accessible à l'échelle mondiale, ce ne sera pas avant une dizaine d'années. «Mais je suis convaincu que cela arrivera et que cela impliquera des nouveaux éléments comme les NFT (un jeton non fongible qui représente un objet unique qui n'est pas interchangeable, NDLR). Les utilisateurs pourront procéder à des achats au sein du Metaverse via les NFT et ainsi devenir notamment propriétaires d'une œuvre numérique.» En effet, dans certains Metaverses, il est actuellement déjà possible d'acheter, via les NFT, des terrains ou des maisons virtuelles et ainsi d'en devenir le propriétaire. «Mais encore, cela implique aussi toute une série de questions sur la cybersécurité.»

Une chose est certaine: SnT aimerait voir ce projet aboutir en 2022, tout du moins dans une version «bac à sable» qui permettrait à tout un chacun de se familiariser avec cette technologie qui pourrait bel et bien révolutionner notre quotidien. «C'est en tout cas une très bonne chose que plusieurs Metaverses aient déjà vu le jour au Grand-Duché. Si on parvient à bâtir un écosystème à l'échelle nationale, cela peut vraiment avoir un impact économique positif pour le pays qui serait également parfaitement aligné avec sa stratégie digitale.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En utilisant des modèles informatiques de la flore intestinale, la start-up luxembourgeoise Nium entend améliorer l'alimentation, rendre les médicaments plus efficaces et aider les patients atteints de cancer.