Changer d'édition

Un homme de 37 ans avait menacé de mort Bettel et Lenert
Luxembourg 5 min. 17.05.2022
Début du procès ce mercredi

Un homme de 37 ans avait menacé de mort Bettel et Lenert

En juillet et en décembre 2021, la ministre de la Santé Paulette Lenert et le Premier ministre Xavier Bettel, ainsi que leur entourage privé, avaient été la cible de menaces de mort anonymes.
Début du procès ce mercredi

Un homme de 37 ans avait menacé de mort Bettel et Lenert

En juillet et en décembre 2021, la ministre de la Santé Paulette Lenert et le Premier ministre Xavier Bettel, ainsi que leur entourage privé, avaient été la cible de menaces de mort anonymes.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 17.05.2022
Début du procès ce mercredi

Un homme de 37 ans avait menacé de mort Bettel et Lenert

Steve REMESCH
Steve REMESCH
Un homme de 37 ans, radicalisé et opposé à la vaccination et aux mesures, devra répondre mercredi devant la justice de deux vagues de lettres de menaces à l'encontre du Premier ministre et de la ministre de la Santé.

Fernando T. est en détention provisoire depuis cinq mois et sept jours. Mercredi, il devra répondre de ses actes devant une chambre pénale du tribunal de district de la capitale. Il est reproché à cet homme de 37 ans, originaire de Niederkorn, d'avoir menacé de mort et insulté Xavier Bettel (DP), Paulette Lenert (LSAP) et, dans une moindre mesure, Lydie Polfer (DP) au cours de l'année dernière. 


IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Il menaçait Bettel et des ministres
La police a identifié un des possibles auteurs des courriers de menace de mort reçus par le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement. Ce trentenaire a été placé en détention préventive.

Il aurait en outre déclenché de fausses alertes en communiquant un danger immédiat dans des lettres de menaces à l'aide d'une substance inconnue. Les menaces de mort très concrètes avaient pour toile de fond la politique sanitaire du gouvernement. L'affaire remonte au début de l'été 2021 : les 21 et 22 juillet, des collaborateurs du ministère d'État et du ministère de la Santé reçoivent par la poste des enveloppes contenant des lettres de menace anonymes et une poudre brunâtre. La caisse de maladie reçoit un courrier similaire, mais sans la poudre suspecte. 

Des menaces prises très au sérieux

Dans ces lettres, l'auteur menaçait de mort le Premier ministre Xavier Bettel et la ministre de la Santé Paulette Lenert, et ce en raison de la politique sanitaire dans le cadre de la lutte contre le covid-19 et d'une supposée obligation de vaccination imminente. Il annonçait en outre des attentats contre les centres de vaccination. Les menaces étaient très concrètes et prises au sérieux par les autorités. «Préparez-vous à des attentats et à la perte de nombreuses vies humaines», écrivait l'auteur anonyme aux ministres. «Êtes-vous prêts à perdre des membres de votre famille qui vous sont proches ? Pouvez-vous au moins protéger tous les centres de vaccination ? Je l'espère, car si la pétition pour la vaccination obligatoire devait aboutir, votre sommeil tranquille serait terminé».


15.12.2021, Sachsen, Dresden: Ein Polizist geht bei einer Razzia vor einer Häuserzeile im Stadtteil Pieschen entlang. Nach Morddrohungen gegen Sachsens Ministerpräsidenten Kretschmer auf Telegram durchsucht die Polizei in Dresden mehrere Objekte. Beteiligt seien auch Spezialkräfte des Landeskriminalamts (LKA), da Äußerungen einzelner Mitglieder der Telegram-Gruppe den Verdacht nahe legten, dass diese im Besitz von scharfen Waffen und Armbrüsten sein könnten, teilte die Polizei auf Twitter mit. Foto: Sebastian Kahnert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La police allemande fait une descente chez des anti-vax
Des agents ont mené une vaste opération, mercredi en Saxe, après des menaces de mort visant un dirigeant régional pro-vaccins.

Il poursuivait : «Si l'obligation vaccinale voit le jour, je n'ai pas peur de vous ou de sacrifier des vies humaines». Et aussi : «Le Luxembourg est petit, il est facile de vous croiser». Les menaces étaient également accompagnées d'insultes envers Paulette Lenert et Xavier Bettel - des insultes homophobes également adressées au Premier ministre. 

Recherche de traces dans les médias sociaux 

Les empreintes digitales d'une seule et même personne étaient relevées sur tous les courriers. Celles-ci ne pouvaient toutefois pas être attribuées à quelqu'un, faute d'une inscription correspondante dans les bases de données. En outre, une trace d'ADN avait pu être relevée. La poudre avait été analysée à la fois par le laboratoire d'État et par un service spécialisé NBC de l'armée allemande. Aucune substance chimique, biologique ou radioactive n'avait été détectée. Des investigations dans les réseaux sociaux, principalement dans les commentaires des critiques venant des personnes critiquant la politique sanitaire, ont finalement conduit la police judiciaire à un utilisateur de Facebook qui se présentait sous un pseudonyme. 


«La fin de la pandémie n'est pas en vue»
Le médecin Angelique Coetzee parle des sous-variantes BA.4 et BA.5. Il y a six mois, elle avait découvert le variant Omicron.

Ce dernier présentait des similitudes évidentes dans la syntaxe et l'orthographe des commentaires sous des articles de presse. Une demande auprès de la direction de Facebook conduisait les enquêteurs à un numéro de portable luxembourgeois : celui de Fernando T. de Niederkorn, un opposant radicalisé aux vaccins et aux mesures. 

Début décembre : deuxième vague de lettres de menaces 

Alors que l'enquête était encore en cours, d'autres lettres de menaces de mort parvenaient au ministère d'État, au ministère de la Santé, à la CNS et à RTL. Cette fois, dans des courriers reçus le 8 décembre 2021, outre Xavier Bettel et Paulette Lenert, c'est la bourgmestre de la capitale Lydie Polfer qui était visée. Les empreintes digitales et les traces d'ADN correspondaient à celles relevées sur les lettres de juillet. 


Der Demonstrationszug eines neu gegründeten Bürgerkollektivs zog zur Place de l'Europe.
«Bettel sera pendu sur le nouveau pont Rouge»
Des manifestations d'opposants aux mesures sanitaires ont à nouveau eu lieu ce samedi après-midi. Même s'il n'y a pas eu de débordements, des slogans inquiétants se sont fait entendre.

Le scribe anonyme annonçait précisément comment il comptait tuer le compagnon de Xavier Bettel ainsi que les filles de Paulette Lenert. Cette fois-ci, l'auteur anonyme menaçait spécifiquement le compagnon de Xavier Bettel, Gauthier Destenay, de torture, de mutilation et finalement de mort, en des termes précis. L'auteur était également très concret lorsqu'il menaçait de mort les filles de Paulette Lenert. Et Lydie Polfer devait en outre être «mise en garde contre les accidents qui pourraient survenir chaque jour». L'auteur posait un ultimatum jusqu'au 15 janvier, date à laquelle le gouvernement devait annoncer de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie.

Il risque jusqu'à 5 ans de prison

Fernando T. est ensuite arrêté comme suspect et avoue être l'auteur des lettres anonymes. Il confirme que la poudre contenue dans les premières lettres, qu'il a mélangée avec de la nourriture, devait déclencher un important dispositif de sécurité. Il a tapé les lettres de menace sur son téléphone portable et les a ensuite imprimées. Les empreintes digitales et les traces d'ADN correspondent en outre aux siennes. 


Alle Parteien haben nun 40 Tage Zeit, um gegen das Urteil Einspruch einzulegen.
Deux ans de prison pour avoir minimisé l'Holocauste
C'est un jugement qui a son importance : les juges envoient un signal clair contre les comparaisons nazies des opposants à la vaccination.

Il s'expliquera ce mercredi devant la chambre criminelle, Fernando T. risque une peine de prison comprise entre six mois et cinq ans. C'est en effet la peine prévue par l'article 327 du Code Pénal pour les menaces assorties de conditions ou d'instructions - et/ou une amende de 500 à 5.000 euros. Mais Fernando T. est également poursuivi pour fausse alerte. Du point de vue du ministère public, il a en effet volontairement donné l'impression que la poudre brune de la première série de lettres de menaces représentait un danger. L'article 319 prévoit pour cela une peine de huit jours à cinq ans ainsi qu'une amende de 300 à 3.000 euros. L'infraction d'outrage peut en outre être d'application, conformément à l'article 275, de 15 jours à six mois d'emprisonnement et d'une amende de 500 à 3.000 euros. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que la fin du port du masque dans les avions a été annoncée à l'échelle du Vieux continent par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), Luxair annonce ce vendredi abandonner aussi cette restriction sanitaire sur presque tous ses vols.
Depuis le début de la pandémie de covid, Luxair a toujours prôné l’allégement des lourdes mesures et restrictions appliquées au transport aérien.
Alors que le rythme de la vaccination diminue à mesure que la campagne avance, des doses de vaccins commandées par le Grand-Duché arrivent à leur date de péremption. Ces dernières ne peuvent pas toutes faire l'objet de dons envers des pays tiers.
A woman receiving a Covid-19 vaccine at a centre in Luxembourg last year