Changer d'édition

Un guide pour les familles d’accueil de réfugiés ukrainiens
Luxembourg 4 min. 14.03.2022 Cet article est archivé
Solidarité

Un guide pour les familles d’accueil de réfugiés ukrainiens

Réfugiés ukrainiens à la gare de Zahony (Hongrie).
Solidarité

Un guide pour les familles d’accueil de réfugiés ukrainiens

Réfugiés ukrainiens à la gare de Zahony (Hongrie).
Photo: AFP
Luxembourg 4 min. 14.03.2022 Cet article est archivé
Solidarité

Un guide pour les familles d’accueil de réfugiés ukrainiens

Au Luxembourg, des centaines de familles se sont déclarées prêtes à accueillir des familles ukrainiennes chez elles. Voici ce qu'il faut savoir.

(MKa avec Jean-Philippe SCHMIT) - Lorsque les premiers réfugiés ukrainiens sont arrivés au Luxembourg le 3 mars, Xavier Bettel a tweeté deux photos le soir, depuis son iPhone. «Je suis fier de la grande solidarité et de la volonté d'aider de nombreux Luxembourgeois envers les personnes en Ukraine».

Cinq jours plus tard, une équipe de la Croix-Rouge luxembourgeoise, de Caritas et de l'ASTI a mis en ligne, avec le soutien du ministère de la Famille, un formulaire permettant de se déclarer prêt à accueillir des réfugiés dans son logement privé.


«Il ne faut pas avoir peur de Poutine»
Un nouveau rassemblement s'est tenu ce samedi en soutien au peuple ukrainien sur la place de Clairefontaine dans la capitale. Xavier Bettel est également venu apporter son soutien.

L'affluence a été considérable. «Le premier soir, nous avions déjà 400 personnes qui s'étaient inscrites», explique Vincent Ruck, porte-parole à la Croix-Rouge. Il y a déjà des exilés qui vivent dans des ménages luxembourgeois. Ils ont été hébergés par des connaissances ou des membres de la famille, ou vivent dans des familles d'accueil. Mais ils ne se sont pas réunis via le réseau officiel.

Les hôtes seront contrôlés

«Les familles d'accueil qui nous contactent hébergeront à l'avenir des personnes qui ont déposé une demande officielle de protection internationale», explique Vincent Ruck. Ce n'est pas encore le cas pour l'instant. L'emménagement se fera donc au fur et à mesure. Avant d'héberger des familles réfugiées chez des particuliers, il faut d'abord contacter les hôtes. «Nous convenons d'une rencontre», souligne Vincent Ruck.

Il s'agit également de vérifier les informations transmises. Quelle est la taille de la chambre? Y a-t-il une cuisine? Qu'en est-il de la possibilité de se laver?

De nombreuses familles ukrainiennes sont actuellement en fuite ou hébergées dans des camps provisoires.
De nombreuses familles ukrainiennes sont actuellement en fuite ou hébergées dans des camps provisoires.
Photo: AFP

Une fois ces questions résolues, un autre entretien est prévu. «Les personnes concernées doivent être conscientes de la nature de leur engagement», souligne Vincent Ruck. Accueillir des étrangers chez soi est très généreux, estime-t-il. «Mais il ne faut pas que cela devienne une charge pour les hôtes».

Il précise également un point: «L'hébergement se fait sur une base volontaire, c'est un acte de solidarité. On ne peut que remercier ceux qui partagent leur logement avec des personnes qui ont tout perdu et s'incliner devant eux. Il n'y aurait toutefois pas de compensation financière.»

Engagement pour une longue durée

Il faut également se préparer à ce que les personnes accueillies restent pour une longue période. «Après le traumatisme de devoir quitter leur pays, nous ne voulons pas les obliger à déménager chaque semaine», poursuit Vincent Ruck. Dans l'idéal, les organisations humanitaires demandent à ce que l'accueil puisse durer trois mois.

L'organisation humanitaire privée Slava Ukrayini-Luxembourg a élaboré un guide pour les familles d'accueil luxembourgeoises. Outre la mise à disposition d'un lieu sûr et chaud, une connexion Internet est avant tout essentielle. «Souvent, des membres de la famille ou des amis sont encore en Ukraine», explique l'organisation. Le contact avec le pays d'origine est très important.


People wait for transportation after crossing the Ukrainian border into Poland, in Medyka, eastern Poland, on March 11, 2022. - Some 2.5 million people have fled Ukraine since Russia invaded two weeks ago, and another two million have been internally displaced by the war, the United Nations said on March 11, 2022. (Photo by Louisa GOULIAMAKI / AFP)
33 communes disposent de structures pour l'accueil des réfugiés
Comment loger, et dans des conditions décentes, les centaines de réfugiés ukrainiens fuyant la guerre? Le ministre a détaillé les structures existantes.

Elle fait également remarquer que les locaux doivent être prêts avant l'arrivée des hôtes. Cela ne vaut pas seulement pour les draps et les oreillers propres. La chambre devrait également être vidée autant que possible. Cela évite que la famille soit dérangée pour des broutilles une fois qu'elle a emménagé.

On peut aussi réfléchir à l'avance à des règles. Qui peut utiliser la salle de bain ou la cuisine et à quel moment. Cela facilite le quotidien.

Guide pour les familles d'accueil

Lors d’un entretien préalable, les collaborateurs des organisations humanitaires luxembourgeoises essaient de faire connaissance avec les familles d'accueil, explique le porte-parole de la Croix-Rouge. Afin de permettre la meilleure cohabitation possible, les familles d'accueil et les familles qui seront hébergées doivent être compatibles.

«Nous essayons de trouver les meilleures synergies possible», promet Vincent Ruck. Cela vaut également pour les langues parlées. Il s'agit de surmonter la barrière de la langue. Les outils de traduction sont ici très utiles, estime le guide. Des gestes simples ou des dessins faciliteraient également la communication au quotidien.

Thé et pâtisseries

L'arrivée des nouveaux colocataires est un grand moment pour les deux parties. «La meilleure façon d'accueillir les nouveaux arrivants est de leur offrir du thé ou des pâtisseries», conseille le guide.

Il fait ensuite remarquer que les nouveaux hôtes peuvent beaucoup dormir pendant les premiers jours et ne pas chercher le contact. Il ne faut pas s'en inquiéter. Pour d'autres, ce qu'ils ont vécu peut les empêcher de dormir, des phases dépressives sont également envisageables.

Même si certains réfugiés ne le montrent pas directement, «ils vous sont reconnaissants pour l'endroit propre, sûr et calme que vous mettez à leur disposition», assure l'organisation.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ils ont fui un pays ravagé par une guerre sans merci. Piégés entre la dictature du président Bachar el Assad et l'épouvantable barbarie répandue par Daech, ces familles syriennes ont dû fuir, tout laisser derrière eux, laisser leur vie en suspens. Survivre et protéger leurs enfants.
Nouvelle intervention du gouvernement
De nombreux Luxembourgeois se sont adressés au Premier ministre pour savoir comment ils peuvent venir en aide aux réfugiés qui affluent. Ils sont prêts à les accueillir chez eux. Xavier Bettel a missionné la ministre de la Famille pour voir dans quel cadre légal ce serait possible.