Changer d'édition

Eppeldorf en pleine saison des groseilles
Luxembourg 6 1 3 min. 30.07.2021
Un été 100% nature

Eppeldorf en pleine saison des groseilles

À la ferme des Friederes, les fruits sont vite transformés en sirop, gelées et même en vinaigre balsamique.
Un été 100% nature

Eppeldorf en pleine saison des groseilles

À la ferme des Friederes, les fruits sont vite transformés en sirop, gelées et même en vinaigre balsamique.
Photo: Alain Piron
Luxembourg 6 1 3 min. 30.07.2021
Un été 100% nature

Eppeldorf en pleine saison des groseilles

C'est entre Bettendorf et Beaufort que le Luxembourg compte sa plus grande exploitation de groseilles. Et ce milieu d'été, il est temps pour la famille Friederes de ramasser les fruits. Les rouges comme les noirs.

(pj avec Volker BINGENHEIMER) A Eppeldorf, du côté de la ferme des Friederes, on ne jure plus que par elle : Joanna. Une Polonaise qui récolte 80 kg de groseilles en une demi-heure. Est-il bon de préciser qu'il s'agit là d'une machine agricole ainsi baptisée par son propriétaire, Jean-Paul Friederes. A ce rythme-là, la «cueillette» est vite faite. Mais en général, l'engin ne traite qu'une ou deux rangées de groseilliers avant de s'arrêter. «Nous ne récoltons que ce que nous pouvons traiter le jour même».


Danny Hutchines (links) und Senad Alic haben sich viel körperliche Arbeit aufgehalst. In der Saison stehen sie oft an sieben Tagen in der Woche auf dem Feld oder im Treibhaus.
Dans la famille bio, je demande... «Letz Grow»
Quand deux anciens cols blancs décident de se mettre au vert pour cultiver leurs jardins (et leurs serres), l'histoire prend vite une bonne saveur. A Junglinster, Letz Grow a ainsi poussé avec le souci de cultiver raisonnablement et nourrir sainement la communauté.

Cette année, la saison des groseilles a pris deux semaines de retard. La faute aux gelées du printemps dernier et au début d'été pluvieux sur le Mullerthal comme un peu partout sur le pays. Mais Joanna saura compenser les caprices de dame Nature par la rapidité de son travail. Elle secoue comme personne les branchages pour en faire tomber les fruits mûrs qui sont séparés des feuilles et autres brindilles par une soufflerie. Les baies tombent ensuite dans des paniers en plastique, avec une qualité de récolte proche du 100%.

La ferme Friederes, est la seule ferme du pays à produire des groseilles en grande quantité. Et la moitié de la récolte est déjà réservée pour la production de liqueur de cassis du château de Beaufort, à 2 km de là. C'est d'ailleurs cette proximité qui a poussé la famille à se lancer dans la culture des petites baies noires.

Alors que la production avait quasiment disparu de la région et que le château devait importer les fruits (riches en vitamine C et potassium), Pit Friederes a voulu faire bouger les lignes. Celui qui était alors le président du syndicat d'initiative et de tourisme de Medernach et Ermsdorf n'a cessé d'encourager les cultivateurs locaux à se lancer. Son frère, Jean-Paul, a fini par l'écouter... Résultat, aujourd'hui sur deux hectares, le terrain du «Op der Kaul» compte quelque 9.200 groseilliers plantés en longues rangées. Avec 250 pieds portant des fruits rouges (et non noirs). 

Pour bien maîtriser cette culture, les Luxembourgeois n'ont pas hésité à aller se renseigner auprès d'une exploitation fruitière allemande, dans la Rhön à 400 km de la vallée de l'Ernz. Ajoutez à cela un coup de pouce de 28.000 euros de la part du  bureau Leader Mëllerdall et un soutien du ministère de l'Agriculture et l'affaire était lancée.

L'activité permet à la ferme Friederes de diversifier sa production, elle qui récolte déjà des pommes et d'autres fruits en plus de l'élevage bovin et de la production laitière. Et comme l'idée est venue aux propriétaires d'installer un laboratoire (notamment pour y presser des jus), c'est toute une gamme de produits à la groseille qui sort désormais d'ici : jus, sirop, gelées mais aussi vinaigre balsamique.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Institut de formation sectoriel du bâtiment peut se vanter de posséder la plus grande serre urbaine du Grand-Duché. Preuve que respect de l'environnement et construction peuvent bénéficier l'un de l'autre.
Panorama,Carole Dieschbourg besucht FRESH Projekt in Bettembourg.Foto: Gerry HubertyU/Luxemburger Wort
Pour le Lëtzebuerger Landjugend a Jongbaueren seuls les abattoirs certifiés par l'Union européenne devraient être autorisés à mettre à mort le bétail luxembourgeois. Suite au succès de sa pétition, l'organisation agricole a pu présenter ses arguments aux députés lundi.
21.3. Beringen / Mersch PK Cactus Fleisch Label / Landwirtschaft / Fleisch / Rind  Foto: Guy Jallay
La pandémie a mené 29% des résidents à changer leurs habitudes de consommation, a indiqué le TNS-Ilres jeudi. La provenance des denrées alimentaires est ainsi passée en tête des critères d'achat.
Bio Landwirtschaft - Hühner - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Alors que le ministre fédéral belge de l'Agriculture a jugé, en début de semaine, que le Grand-Duché avait utilisé «une procédure inappropriée» pour mettre en place la mesure en vigueur depuis le 1er janvier, son homologue luxembourgeois persiste et signe.
A soybean field is fumigated near Urdinarrain, Entre Rios province, Argentina, on February 8, 2018. - Soybean fields in Argentina are often fumigated with glyphosate, a herbicide which is probably carcinogenic according to the World Health Organization (WHO), but which is needed to maintain crops of transgenic seeds. The first trial for the possible effects of Round Up -Monsanto's polemic herbicide containing gliphosate- starts on July 9 in the US. (Photo by IVAN PISARENKO / AFP)        (Photo credit should read IVAN PISARENKO/AFP/Getty Images)