Changer d'édition

Un envol du nid familial de plus en plus précoce
Luxembourg 2 min. 12.08.2021 Cet article est archivé
Selon Eurostat

Un envol du nid familial de plus en plus précoce

Alors que la moyenne européenne des départs du domicile parental est fixée à 26,4 ans en Europe, elle est de 19,8 ans au Luxembourg.
Selon Eurostat

Un envol du nid familial de plus en plus précoce

Alors que la moyenne européenne des départs du domicile parental est fixée à 26,4 ans en Europe, elle est de 19,8 ans au Luxembourg.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 12.08.2021 Cet article est archivé
Selon Eurostat

Un envol du nid familial de plus en plus précoce

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En moyenne, au Luxembourg, les jeunes adultes quittent le foyer familial à 20 ans, soit bien avant l'âge moyen enregistré au sein de l'UE, à en croire les données d'Eurostat publiées ce jeudi. Une tendance qui semble s’accélérer.

Si la pandémie semble avoir amené une majorité de jeunes Européens à prolonger un peu leur séjour «chez papa maman», le Luxembourg échappe à cette réalité, à en croire les données publiées ce jeudi par Eurostat. Contrairement aux 18-30 ans vivant en Irlande, au Portugal ou en Pologne qui ont été contraints de repousser leur envol du nid en raison des difficultés économiques associées à la crise sanitaire, les jeunes résidents du Grand-Duché ont quitté le domicile parental à 19,8 ans en moyenne. Soit près de sept ans avant la moyenne européenne, fixée à 26,4 ans en 2020.

Si l'office statistique européen se garde bien d'avancer des éléments d'explication précis, il relève tout de même que le Luxembourg figure dans une tendance observée «dans la plupart des pays du nord et de l'ouest du continent». A savoir une autonomisation des jeunes adultes «au début ou au milieu de la vingtaine». Un phénomène plus tardif «dans les pays du sud et de l'est de l'Europe» qui s'observe «à la fin de la vingtaine, voire au début de la trentaine». 

Comprenez que les 18-30 ans du Grand-Duché bénéficient globalement de meilleures conditions matérielles leur permettant de vivre hors du domicile parental. Car «les pays où les jeunes quittent le foyer parental à un âge plus avancé sont plus susceptibles d'avoir une proportion plus élevée de jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en éducation ou en formation», indique Eurostat dans son analyse. Au Luxembourg, le nombre de jeunes adultes en situation d'échec scolaire et à la recherche d'un emploi se fixe ainsi à 7,7% en 2020, contre 23,3% en Italie ou 14,7% en Hongrie. 

A noter enfin que l'âge du départ des jeunes résidents luxembourgeois du noyau familial se fait de plus en plus précoce et est réalisé dans un laps de temps quasiment similaire entre les hommes et les femmes. Une particularité alors que la tendance en Europe montre une séparation plus précoce des jeunes femmes. Que ce soit en raison de la nécessité de mener des études, de débuter un travail ou une installation en couple. Pour mémoire, au Grand-Duché, les étudiants inscrits à l'Uni ont l'obligation de suivre une partie de leur cursus à l'étranger.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Environ 20% des Luxembourgeois âgés de 25 à 34 ans vivent encore chez leurs parents, selon une récente enquête d'Eurostat. Un choix affectif, une habitude culturelle ou une nécessité financière?