Changer d'édition

Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»
Luxembourg 5 min. 14.09.2015 Cet article est archivé
Rentrée scolaire: le ministre fait le point

Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»

Luxembourg 5 min. 14.09.2015 Cet article est archivé
Rentrée scolaire: le ministre fait le point

Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»

Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.

Par Maurice Fick et Dominique Nauroy [DATA]

Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réformes et doit faire face à l'afflux d'enfants réfugiés. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, cette semaine, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur trois piliers:  le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.

«Nous parlons d'avenir»

«Le système d'enseignement doit avoir pour fonction de construire des passerelles vers la société. Mais si l'école ne s'adapte pas aux développements de la société, ces passerelles mènent vers le vide», a expliqué lundi -à la veille de la rentrée scolaire au Grand-Duché- le ministre de l'Education nationale.

Le slogan de la politique éducative affiché en arrière-fond de la conférence de presse de rentrée, organisée au lycée de garçons à Luxembourg («Mir schwätzen Zukunft»- traduisez: «Nous parlons d'avenir»), Claude Meisch est d'avis qu'«il ne s'agit pas de faire une ou deux réformes mais de créer un cadre pour que l'école puisse s'améliorer en permanence». Face aux mutations sociétales et technologiques, parfois fulgurantes, «nous devons préparer les enfants d'aujourd'hui à un monde du travail qui aura profondément évolué demain.»

Claude Meisch, ministre de l'Education nationale: «Le nouveau Centre pour le développement scolaire sera très probablement ouvert en 2016».
Claude Meisch, ministre de l'Education nationale: «Le nouveau Centre pour le développement scolaire sera très probablement ouvert en 2016».
Photo: Chris Karaba

Un des projets prioritaires du ministère et de créer avec l'Université du Luxembourg un Centre pour le développement scolaire. Un nouvel institut universitaire dont la mission sera de «faire travailler en réseau différentes instances déjà existantes et en se donnant les moyens scientifiques» pour moderniser les programmes et manuels scolaires. «Nous sommes en discussion avec l'Université et ce centre sera très probablement ouvert en 2016», explique Claude Meisch.

Offre multilingue gratuite, dès la crèche

La politique éducative mise, en premier lieu sur un renforcement du multilinguisme: avoir «beaucoup de langues, représente une chance mais cela peut aussi être une barrière». Raison pour laquelle «nous devons donner une plus grande chance aux enfants, dès leur plus jeune âge dans les crèches», est d'avis le ministre de l'Education nationale.

En glissant qu'«il ne s'agit pas d'une révolution car cela existe déjà au Luxembourg et les résultats sont frappants: des enfants de 3 ans apprennent en jouant dans une autre langue!» Le gouvernement est décidé à investir dans «l'offre d'un multilinguisme qui sera gratuit, pour donner plus de chances à nos enfants», souligne Claude Meisch.

Plus d'écoles différentes, plus d'autonomie et un lycée MINT

Au Luxembourg, «nous avons besoin d'une plus grande diversité de l'offre scolaire, des concepts différents, des approches et des écoles différentes car nous avons des élèves qui sont très différents», pose Claude Meisch.

Pour pouvoir répondre aux besoins des élèves, les lycées bénéficient déjà de la possibilité de décider librement de 10% des cours, soit 2 heures par semaine. «Nous voulons augmenter ces 10% d'autonomie» et donner davantage de marge aux écoles, a clairement affirmé le ministre.

Outre l'Ecole internationale de Differdange dont la rentrée est prévue en 2016 (les diplômes de l'Ecole européenne deviendront gratuitement accessibles), le ministère planche sur le projet de création d'un lycée MINT (Mathémathiques, Informatique, sciences Naturelles et Technologies) au Luxembourg. Si le ministre n'a pas encore idée d'un site et n'exclut pas la construction d'un nouveau lycée, «l'ambition de ce projet est de créer un lycée pour des élèves, qui sont peut-être un peu plus faible en langues, pour qu'ils puissent développer leur talents en sciences» car «nous avons besoin de plus de scientifiques, d'informaticiens et d'ingénieurs», résume Claude Meisch.

Bientôt un cours «Vie et société»

Alors que s'opèrent de grands mouvements de migration vers l'Europe et que des réfugiés syriens, érythréens ou irakiens sont accueillis en ce moment au Luxembourg, «c'est à nous d'expliquer aux enfants qu'il y a 70 ans, nous avions besoin de la solidarité internationale pour reconstruire notre pays. Connaître l'Histoire, savoir d'où nous venons et ce qui nous lie est le meilleur rempart contre l'ignorance et l'intolérance», sait Claude Meisch.

Pour ce faire, «nous avons besoin de nouveaux cours» comme «Vie et société» que le ministère est en train d'élaborer et qui portera sur les fondements et valeurs communes de notre société, sur lesquelles les élèves seront amenés à réfléchir en toute autonomie. Par ailleurs, un Centre d'éducation à la citoyenneté doit être mis en place «d'ici la rentrée 2016».

Et les enfants en difficultés?

Pas moins de 85 projets de réformes sont actuellement coordonnés par le ministère de l'Education nationale et «tous ont quelque chose en commun: donner de meilleures chances d'avenir à nos enfants, résume le ministre.

Le ministère veut réformer le Service de l'éducation différenciée, mieux épauler les élèves qui ont des déficits scolaires -les lycées devront se doter de concepts cohérents pour l'appui et la remédiation «afin d'éviter les redoublements inutiles»- et élargir son offre pour prendre en charge les élèves en difficultés. Pour ce faire, Claude Meisch entend «créer deux nouveaux centres spécialisés pour enfants qui ont des difficultés d'apprentissage et des troubles comportementaux

Nouveaux site et blog sur la politique éducative

Un site internet www.zukunft.men.lu, entièrement dédié à la politique éducative et aux nombreux projets de réforme du ministère, et un blog www.blog.men.lu pour suivre l'actualité et débattre en connaissance de cause, seront mis en place dès cette rentrée, promet le ministère de l'Education nationale. Ils ne sont pas encore accessibles ce lundi 14 septembre.


Sur le même sujet

Dans les écoles européennes au Luxembourg
A l'Ecole européenne du Kirchberg comme à celle de Mamer, la section francophone est de loin, la plus fréquentée et la plus demandée. L'ouverture de classes via la convention signée avec le gouvernement luxembourgeois «couvre une partie de la demande mais il reste une forte pression», explique le directeur de l'Ecole européenne Luxembourg II.
A l'école européenne de Mamer, «32% des élèves sont en section francophone», explique le directeur.
Pour lutter contre le fléau du décrochage scolaire -qui a fait un bon inquiétant au Luxembourg- le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch, propose six pistes. Dont la création d'un commissaire du maintien scolaire, présenté comme «un avocat pour ceux qui ont décroché». Et le renforcement du lien parents-école.
Le taux de décrochage scolaire est passé à 11,6% au Luxembourg (en 2012-2013) alors qu'il tournait plutôt autour de 9% jusqu'ici.
Près de 72 millions d'euros seront investis
Une école internationale sera établie à Differdange pour accueillir en priorité les enfants du Sud du Luxembourg. L'ouverture est prévue en 2020 mais les premières classes débuteront dès la rentrée 2016-2017.
L'école internationale sera construite sur 4 étages totalisant 17.500 m2.
La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale
Première Rentrée pour Claude Meisch, le ministre de l'Éducation nationale, qui a annoncé jeudi au Lycée Aline Mayrisch les axes prioritaires de la politique éducative et les nouveautés pour cette Rentrée.
Claude Meisch s'est fixé comme but de concrétiser l'apprentissage des langues de façon naturelle dans les crèches (les enfants ont alors entre 1 et 3 ans) dès "la Rentrée 2016-2017". Et il le reconnaît: "C'est ambitieux".