Changer d'édition

Un dirigeant d'Avrox sous les verrous
Luxembourg 2 min. 06.05.2021

Un dirigeant d'Avrox sous les verrous

L'été dernier, les deux codirigeants de la société établie rue de Bastogne avaient tenté de défendre leur bonne foi dans la presse, maintenant c'est la justice belge qu'ils doivent convaincre.

Un dirigeant d'Avrox sous les verrous

L'été dernier, les deux codirigeants de la société établie rue de Bastogne avaient tenté de défendre leur bonne foi dans la presse, maintenant c'est la justice belge qu'ils doivent convaincre.
Luxembourg 2 min. 06.05.2021

Un dirigeant d'Avrox sous les verrous

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
C'est à Cannes que vient de rebondir l'affaire mettant en cause une société abritée au Luxembourg. Un des administrateurs d'Avrox (soupçonné d'escroquerie à l'encontre du ministère de la Défense belge) est maintenant entre les mains de la police.

Pour l'instant, le parquet de Bruxelles communique sur la pointe des pieds sur le dossier Avrox. Oui, des perquisitions ont bien été menées mardi en Europe, Luxembourg compris. Oui, (au moins) un mandat d'arrêt européen a bien été délivré par la justice belge pour l'arrestation d'un des trois dirigeants de la société mise en cause dans un marché douteux passé avec le gouvernement belge. Non, aucun nom ne peut être donné pour l'heure.


Martin Collinge wearing a protective mask attends a class at the Sacre Coeur de Lindthout secondary school, in Brussels, on September 1, 2020. - Six months after schools closed due to the pandemic, millions of students from France, Belgium or Great Britain make their return to school on September 1, in schools that have had to completely reorganize themselves to avoid the spread of Covid-19. The little French, Belgian and British children open the traditional September ball. Their German, Northern Irish or Scottish peers, in particular, preceded them in August. (Photo by JOHN THYS / AFP)
La justice aux trousses des masques Avrox
Le parquet de Bruxelles a ordonné une perquisition au siège social de l'entreprise au Grand-Duché, mardi. En cause : des suspicions de faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères dans le cadre de la livraison de 15 millions de masques en tissu au gouvernement belge l'an dernier.

Il n'empêche, depuis ce début mai, ce qu'il convient d'appeler «l'affaire Avrox» prend une nouvelle dimension. Un magistrat ayant décidé d'ouvrir une enquête pour faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères dans le cadre d'un contrat pour fournir à la Belgique initialement 32 millions de masques. Au final, à peine la moitié avait été réceptionnée, et il s'est avéré que de sérieux doutes planaient dans la qualité sanitaire de ces protections qui devaient être distribuées -via les pharmacies- à la population.

Le quotidien Nice Matin, dans son édition du 5 mai, informe qu'un Cannois a été interpellé dans le cadre de ce dossier. Sans préciser l'identité de l'individu en question. Mais il pourrait fort bien s'agir de Laurent Hericord, qui avait tenu un restaurant dans la cité méditerranéenne. Selon le journal, la justice française se donnerait quelques jours pour examiner la situation de cet administrateur-délégué, et répondre à une éventuelle demande d'extradition de l'intéressé vers la Belgique.

Quel sort attend ses associés? Sur ce point aussi, motus du parquet de Bruxelles. «L'instruction reste en cours, avec les informations que les perquisitions menées dans le cadre d'Eurojust auront pu rapporter» et éventuellement les témoignages de ceux qui ont pu être proches de ce dossier qui avait, en son temps, été validé par le ministère de la Défense Philippe Goffin.


Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
Avrox met bas les masques
La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.

A 2,50€ l'unité, Avrox n'avait pas été la société mieux-disante sur ce marché, mais elle avait réussi à «prouver» aux autorités belges qu'elle avait déjà su livrer d'importantes quantités de masques à une époque où l'accessoire était devenu très couru et quasi introuvable tant la demande explosait alors. L'argument avait fait la différence.

L'enquête qui se poursuit pourrait avoir des ramifications internationales, puisqu'un éventuel complice brésilien (ayant une société basée sur l'île Maurice) est dans le collimateur de la justice également. Selon Nice Matin, des perquisitions auraient également eu lieu au Portugal.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Arrêtés au Grand-Duché pour l'un, sur la Côte d'Azur pour l'autre, les patrons de la société luxembourgeoise ont été extradés vers Bruxelles où le parquet souhaite les entendre dans le cadre du contrat douteux passé pour la fourniture de 12 millions de masques à l'Etat belge.
WO fr. , IITV  Societe Avrox , MM . Laurent Hericord , Brice Erniquin (de g. a dr.) Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le parquet de Bruxelles a ordonné une perquisition au siège social de l'entreprise au Grand-Duché, mardi. En cause : des suspicions de faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères dans le cadre de la livraison de 15 millions de masques en tissu au gouvernement belge l'an dernier.
Martin Collinge wearing a protective mask attends a class at the Sacre Coeur de Lindthout secondary school, in Brussels, on September 1, 2020. - Six months after schools closed due to the pandemic, millions of students from France, Belgium or Great Britain make their return to school on September 1, in schools that have had to completely reorganize themselves to avoid the spread of Covid-19. The little French, Belgian and British children open the traditional September ball. Their German, Northern Irish or Scottish peers, in particular, preceded them in August. (Photo by JOHN THYS / AFP)