Changer d'édition

«Un débat sur la fiscalité est inévitable»
Luxembourg 12 min. 12.05.2022
Georges Engel

«Un débat sur la fiscalité est inévitable»

Le ministre LSAP Georges Engel : "Nos chances de devenir le premier parti aux prochaines élections ne sont pas minces".
Georges Engel

«Un débat sur la fiscalité est inévitable»

Le ministre LSAP Georges Engel : "Nos chances de devenir le premier parti aux prochaines élections ne sont pas minces".
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 12 min. 12.05.2022
Georges Engel

«Un débat sur la fiscalité est inévitable»

Michèle GANTENBEIN
Michèle GANTENBEIN
Quel est l'impact de la crise ukrainienne sur le marché du travail, quelle est sa position sur l'OGBL et quels sont les objectifs électoraux du LSAP ? C'est ce que nous avons demandé au ministre du Travail Georges Engel (LSAP).

Georges Engel a gravi l'échelle politique jusqu'au sommet. Il en a parcouru du chemin depuis 1997, année où il est devenu membre du conseil communal de Sassenheim jusqu'à son accession au poste de ministre du Travail et des Sports le 5 janvier dernier. 


Gegen 10.30 Uhr setzte sich der Protestmarsch mit rund 1.500 Teilnehmern vom hauptstädtischen Bahnhof in Richtung Abtei Neumünster in Bewegung.
«Le coup d'envoi d'une longue période de lutte salariale»
L'OGBL déclare la guerre au gouvernement et au patronat le jour de la fête du travail, estimant qu'ils manipulent l'index.

Il revient sur les dossiers importants d'ici les élections, sur sa position concernant l'OGBL et pourquoi il croit que son parti sera la première force lors des scrutins.

Georges Engel, vous êtes-vous bien adapté au ministère du Travail ? 

«Oui, le travail est varié et passionnant. Je me suis peu à peu familiarisé avec les dossiers et je me sens de plus en plus à l'aise dans les deux ministères. 

Le taux de chômage est à 4,7%. C'est le niveau le plus bas depuis fin 2008. L'Adem a signalé près de 12.000 postes vacants et 14.800 demandeurs d'emploi. Près de la moitié de ces demandeurs sont des chômeurs de longue durée. Comment comptez-vous remédier à cette situation ?

«Depuis que je suis ministre du Travail, le nombre de chômeurs diminue (rires). Cela n'a toutefois rien à voir avec moi, mais avec la conjoncture. On pourrait maintenant dire : nous occupons les 12.000 postes et il ne reste plus que 3.000 demandeurs d'emploi. Mais ce n'est malheureusement pas aussi simple. Nous avons environ 7.000 chômeurs de longue durée. Il est difficile de les faire travailler, ne serait-ce qu'en raison de leur condition physique, mais aussi de leur âge. Nous essayons de les rendre aptes au marché du travail par la formation continue notamment.

Mais l'offre et la demande ne correspondent souvent pas ... 

«Il est vrai que les compétences des demandeurs d'emploi ne correspondent souvent pas à celles dont le marché du travail a besoin. Une étude récente de l'Adem l'a confirmé. Nous devons créer ces profils, c'est ce que nous faisons par le biais de la formation continue entre autres. Nous étendons maintenant l'étude aux domaines du social et de la santé. 

Votre prédécesseur Dan Kersch avait annoncé au Parlement la création de ce que l'on appelle les Nouveaux emplois d'insertion pour chômage de longue durée (EMI). Le budget national 2022 prévoit 400 postes. Combien de postes ont été créés jusqu'à présent et dans quels domaines ? 

«Depuis l'entrée en vigueur de la loi en 2017, 747 personnes ont été recrutées, dans des associations, des communes ou des initiatives pour l'emploi. L'ADEM a traité 82 dossiers jusqu'à présent en 2022, 30 postes ont été pourvus à ce jour. La pandémie a fait des ravages dans le pays, et nous sommes maintenant confrontés à une nouvelle crise en raison de la guerre en Ukraine. 

Faut-il s'attendre à une nouvelle augmentation du chômage partiel ? 

«Nous ne savons pas comment les choses vont évoluer en Ukraine. Beaucoup de choses dépendent de l'évolution des prix de l'énergie et des matières premières. L'Allemagne s'attend à une crise dans le secteur du bâtiment l'année prochaine en raison de la hausse des prix. On ne sait pas non plus dans quelle mesure le taux directeur sera augmenté en Europe. 

Quant à savoir comment tout cela se répercutera sur le marché du travail, c'est dans la boule de cristal. Quoi qu'il en soit, les 225 millions d'euros du pacte de solidarité et le décalage de l'index contribuent à ce que les entreprises à forte consommation d'énergie ne s'effondrent pas immédiatement. 

L'Allemagne s'attend à une crise dans le secteur du bâtiment l'année prochaine en raison de la hausse des prix.

Georges Engel, ministre du Travail et des Sports

Les réfugiés d'Ukraine ont un accès direct au marché du travail et peuvent s'inscrire à l'ADEM. Dispose-t-on déjà de chiffres à ce sujet ? 

«Actuellement, 292 Ukrainiens sont inscrits à l'ADEM, sept travaillent pour une entreprise de travail temporaire et quatre pour une initiative pour l'emploi. Mais ces chiffres ne reflètent qu'une partie de la réalité. 

Des organisations comme Passerell ou ASTI critiquent le fait que d'autres réfugiés, par exemple d'Afghanistan ou de Syrie, n'ont pas cet accès au marché du travail et sont désavantagés ... 

«C'était ma préoccupation dès le début de la discussion sur le statut de protection temporaire. La procédure n'avait en effet jamais été appliquée auparavant. J'ai immédiatement mis en garde contre une société à deux vitesses parmi les réfugiés. 


Politik, ADEM, PK, Isabelle Schlesser, Georges Engel,  Ines Baer, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Les Ukrainiens pourraient avoir du mal à trouver un emploi
Les réfugiés ukrainiens bénéficiant d'une protection temporaire pourraient avoir des difficultés à trouver un emploi en raison du manque de projets d'intégration.

La critique est justifiée, mais les dispositions sont ce qu'elles sont. Nous avons toutefois déjà facilité l'accès en abandonnant la règle selon laquelle les demandeurs d'emploi vivant ici ont la priorité pour occuper des postes. Nous avons 12.000 postes à pourvoir. Toute personne vivant ici et souhaitant travailler devrait avoir la possibilité de le faire.  

Il reste encore quelques dossiers à traiter dans le domaine du travail. Quelle est la situation actuelle ? 

«Le projet sur le droit à la déconnexion est au Conseil d'État, l'avis sur la loi sur le harcèlement moral est disponible depuis deux jours. Je vais prochainement déposer deux propositions de loi, l'une sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, l'autre sur le congé paternité pour les intermittents et les couples homosexuels. 

Personnellement, je pense qu'un maximum de deux jours de télétravail sur cinq devrait être faisable, avec un jour fixe de la semaine où tout le monde doit être présent.

Georges Engel, ministre du Travail et des Sports.

Je travaille aussi sur un texte concernant le travail en plateforme et j'ai rencontré le Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE) sur la formation continue. Nous avons retravaillé le projet de réforme de l'IMT pour tenir compte des remarques du Conseil d'État. La loi sur le reclassement attendra encore un peu, c'est un dossier difficile.

«Nous avons 7.000 chômeurs de longue durée, nous essayons de les rendre aptes au marché du travail par la formation continue entre autres», déclare Georges Engel.
«Nous avons 7.000 chômeurs de longue durée, nous essayons de les rendre aptes au marché du travail par la formation continue entre autres», déclare Georges Engel.
Photo: Guy Jallay

Qu'en est-il du télétravail ? 

«La sous-commission parlementaire Télétravail se penche sur toute une série de questions. Nous devons voir, sur la base du rapport de la commission, ce que nous devons encore régler dans la loi. Personnellement, je pense qu'un maximum de deux jours de télétravail sur cinq devrait être réalisable, avec un jour fixe de la semaine où tout le monde doit être présent. Le travail a également une fonction sociale, l'échange et la collégialité sont des aspects importants. 

Vous avez récemment annoncé une étude sur la réduction du temps de travail. De quoi s'agit-il ? 

«On pourrait aussi l'appeler flexibilisation du temps de travail. Il s'agit d'examiner ce que cela signifie pour l'employeur et ce que cela signifie pour l'employé. Doit-on travailler 40 heures par semaine ? La productivité souffre-t-elle si nous travaillons moins d'heures ? Quels sont les aspects positifs et négatifs ? Je veux établir des faits pour objectiver le débat. 

La pandémie et le pacte de solidarité pèsent lourdement sur le budget de l'État. Les hausses d'impôts sont-elles inévitables ? 

«Un débat sur les impôts et la justice fiscale est en tout cas inévitable. Aux yeux de beaucoup, le LSAP est un parti qui veut prendre l'argent dans la poche des gens. Oui, nous voulons tirer de l'argent de la poche de ceux qui en ont suffisamment pour pouvoir renoncer à une partie, et le donner à ceux qui n'en ont pas autant. Avec une dette d'environ 25 pour cent du PIB, le Luxembourg n'est pas si mal loti. Il reste donc encore de la marge. 

Quelles sont les augmentations d'impôts que vous avez en tête ? 

«On pourrait augmenter le taux d'imposition maximal ou taxer davantage les bénéfices réalisés sur les terrains à bâtir et les transactions immobilières. Celui qui travaille plus et gagne donc plus d'argent doit en profiter. Mais celui qui, sans lever le petit doigt, vend un terrain à bâtir après des années en réalisant un bénéfice, devrait payer des impôts sur ce bénéfice. 

Comment ce renforcement de l'imposition des bénéfices doit-il se présenter concrètement ? 

«Nous présenterons un paquet global dont il ne faut pas retirer certains éléments. Le paquet est cohérent et allégera la charge de toute une série de contribuables, d'autres beaucoup moins, et d'autres encore seront plus lourdement taxés, car nous estimons qu'ils peuvent l'être davantage. Nous présenterons le paquet à l'occasion du débat parlementaire sur les impôts.

On pourrait augmenter le taux d'imposition maximal ou taxer davantage les bénéfices réalisés sur les terrains à bâtir et les transactions immobilières.

Georges Engel, ministre du Travail et des Sports

Le paquet contient-il aussi un impôt sur la fortune ? 

Nous attendons de voir. 

Qu'en est-il d'une augmentation de l'impôt de solidarité ? 

«L'impôt de solidarité est un bon modèle pour les périodes très difficiles. Mais pour l'instant, je ne vois pas l'intérêt de l'augmenter.

Ils étaient présents à la fête du 1er mai de l'OGBL. Dans son discours, la présidente Nora Back a été dure avec le gouvernement et l'a qualifié de patronat. Comment avez-vous ressenti cela ? 

«J'ai lu dans votre journal que je n'avais pas applaudi. Ce n'est que partiellement vrai. J'ai applaudi à certains moments, par exemple lorsque Nora Back a parlé de la guerre en Ukraine. A de nombreux endroits, je n'ai pas applaudi parce que je n'étais pas d'accord avec les déclarations. 


Patrick Dury: "Soziale Gerechtigkeit geht weit über die Einkommensfrage hinaus."
«La politique sociale se fait par les impôts»
Le président du LCGB Patrick Dury est d'avis que le Luxembourg ne peut pas fonctionner sans la tripartite et que l'index n'est pas le bon instrument pour faire de la politique sociale.

Il est faux d'affirmer que le gouvernement est dirigé par le patronat. Si nous avions écouté le patronat, nous aurions laissé tomber deux tranches d'indexation sans compensation. La première a été versée en avril, la deuxième sera reportée et compensée. Le 1er mai est une journée spéciale, avec une rhétorique spéciale, qui est ce qu'elle est, mais qui ne me plaît pas. La rhétorique ne m'a jamais influencé, car je préfère me baser sur des faits plutôt que sur des termes martiaux.

Après cette manœuvre, pouvez-vous encore prendre l'OGBL au sérieux ? 

«Pour moi, l'OGBL reste un partenaire de discussion comme tous les autres syndicats. Parfois, on s'égare dans une discussion. Mais l'OGBL est maintenant assez isolé. Ce n'est pas bon pour l'unité syndicale qui a toujours existé. Si on n'est pas d'accord sur un sujet, cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas discuter d'autres choses. C'est pourquoi il était important pour moi de discuter de la formation continue en entreprise avec les partenaires sociaux après la tripartite au CPTE et de voir qu'un échange était possible à un autre niveau et dans d'autres domaines. 

Avez-vous dû écouter des commentaires de reproches de la part de membres de syndicats ? 

«Non, mais des représentants d'autres partis m'ont fait des reproches. Il faut faire avec. Il y a des partis (Déi Lénk, ndlr) qui sont proches de l'OGBL et qui ont eu une grande influence sur les discussions de la tripartite, ce qui n'est pas toujours le meilleur moyen de parvenir à un accord. Le LSAP a récemment obtenu de bons résultats dans les sondages et souhaite devenir le premier parti lors des prochaines élections. 

Pour moi, l'OGBL reste un partenaire de discussion comme tous les autres syndicats.

Georges Engel, ministre du Travail et des Sports

Le LSAP doit son ascension dans les sondages à Paulette Lenert. Mais elle fait aussi l'objet de critiques, récemment en raison de sa position sur l’IRM. Craignez-vous des conséquences négatives pour le LSAP ? 

«Ma réponse est la même que précédemment. Il ne s'agit pas de craindre des conséquences négatives ou de faire des choses qui sont électoralement avantageuses. On fait ce que l'on pense être juste. Je ne suis pas juriste, mais si la ministre de la Santé me dit que l'utilisation d'appareils IRM en dehors des hôpitaux n'est pas légale, je la crois. Je pense qu'il est faux et dangereux de créer de tels pop-ups partout dans le pays, avec des médecins qui ne doivent pas faire de garde et des infirmiers qui ne travaillent pas sous la même convention collective. Sans pandémie, nous aurions réglé cette question depuis longtemps.


Après le DP, c'était au tour du LSAP de faire le bilan de son année parlementaire.
Une étude sur la réduction du temps de travail
Le ministre du Travail et de l'Emploi Georges Engel (LSAP) entend fournir des données objectives afin de débattre sur la possibilité de réduire le temps de travail au Luxembourg.

Dans de nombreux pays, la social-démocratie est en train de gagner du terrain. Quand on a en plus une figure de proue comme Paulette Lenert, qui a fait un excellent travail, cela aide évidemment. C'est pourquoi nos chances de devenir le premier parti lors des prochaines élections ne sont pas minces. 

Paulette Lenert a annoncé une solution dans le litige concernant l'exploitation de l'IRM au Centre médical Potaschbierg ... 

«Les négociations sont encore en cours. Mais cela va s'arranger. 

C'est-à-dire ? 

«Si tout est mis en œuvre comme nous le souhaitons, le fonctionnement de l'IRM sera autorisé et les coûts seront pris en charge par la CNS. Cela signifie que les examens IRM peuvent généralement être proposés en dehors des hôpitaux ... Oui, pour autant que les opérateurs respectent certaines conditions que les deux ministres compétents, Paulette Lenert et Claude Haagen, expliqueront plus tard.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les premiers chiffres de l'ADEM montrent que 70% des réfugiés enregistrés en provenance d'Ukraine sont diplômés. Mais pour trouver un travail, cela reste compliqué.
Wi , Chancen Ukrainer Arbeitsmarkt Luxemburg / ADEM , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort