Changer d'édition

«Un congé collectif difficile à imaginer»
Luxembourg 3 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

«Un congé collectif difficile à imaginer»

Les chantiers ne reprennent que lundi et déjà la question du congé collectif se pose.

«Un congé collectif difficile à imaginer»

Les chantiers ne reprennent que lundi et déjà la question du congé collectif se pose.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

«Un congé collectif difficile à imaginer»

L’annonce par le gouvernement de la réouverture des chantiers dès lundi a sonné le réveil d’un secteur en sommeil depuis près d’un mois. Dans ce contexte, Romain Schmit, le secrétaire général de la Fédération des Artisans, n’envisage pas de ralentir à nouveau l’activité cet été.

(DH) - La reprise, c'est lundi. Conformément à la décision prise par le gouvernement cette semaine, la première phase d'un retour à la normale de l'activité économique s'effectuera, notamment, par la réouverture des chantiers. Une mesure qui inquiète les syndicats dans le contexte de la pandémie, mais qui rassure Romain Schmit, le secrétaire général de la Fédération des Artisans. A condition de ne pas briser cette reprise bienvenue alors que les carnets de commandes sont remplis.

«Nous pouvons difficilement imaginer le maintien du congé collectif au courant de cet été», a fait observer Romain Schmit sur RTL ce jeudi matin. «Nous sommes en concertation avec les syndicats pour trouver des solutions», a encore indiqué le secrétaire général de la Fédération des Artisans (FDA), avant de mentionner que la traditionnelle pause estivale pourrait mettre davantage en péril certaines entreprises.


NEW YORK, NY - MARCH 26: Construction workers build a new tower on March 26, 2020 in New York City. Some construction workers building luxury condominiums are being forced to work in the city by their companies, while across the country schools, businesses and places of work have either been shut down or are restricting hours of operation as health officials try to slow the spread of COVID-19.   Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Le congé collectif comme prochain chantier
Bloqué depuis le 20 mars, le secteur du bâtiment commence à s'interroger sur l'opportunité d'un nouvel arrêt des chantiers cet été. Pour Roland Kuhn de la Fédération des entreprises de construction, la question devra être posée.

Romain Schmit a de la suite dans les idées. Dès la mi-mars, il avait déjà évoqué la perspective d'abolir le congé prévu du 31 juillet au 23 août, lors d'un entretien au Journal. Son idée de permettre aux entreprises de rester ouvertes l'été prochain pour générer un chiffre d'affaires avait été ensuite relayée par Roland Kuhn, le président de la Fédération des entreprises de construction et de génie civil. Ce dernier s'interroge aussi sur l'opportunité d'un nouvel arrêt de chantiers bloqués depuis le 20 mars.

Le secteur de la construction emploie quelque 35.000 salariés. Autant dire que la question préoccupe aussi la Fedil, en particulier Joël Schons, administrateur du Groupement des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics. Ce dernier avait interpellé Dan Kersch (LSAP), le ministre du Travail, en début de mois, et avait livré ses sentiments quant à l'épineuse question du congé collectif. Dans la perspective d'une reprise de l'activité, il avait proposé deux options pour maintenir la cadence: soit le paiement d'une partie des congés, soit le passage à la semaine de 54 heures sur base volontaire.  

«Tant que je serai ministre du Travail, c'est sûr, on ne touchera pas à la durée du travail», avait martelé Dan Kersch alors que le gouvernement a validé le passage de 48 à 60 heures le travail hebdomadaire pour les salariés des 14 secteurs considérés comme essentiels. Mercredi, le Premier ministre avait indiqué pour sa part que «des échanges sur cette question sont en cours, mais cela nécessite un accord entre tous les partenaires sociaux.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas d'accord pour supprimer le congé collectif
Alors que le secteur de la construction a été le premier à reprendre son activité, syndicats et patronat devaient discuter de la possible annulation du repos obligatoire de cet été 2020. Pour l'heure, c'est niet.
Wiedereröffnung Baustellen - COVID-19 - Tram Baustelle - Avenue de la Liberté - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Première phase du déconfinement dès le 20 avril
Le gouvernement a présenté, ce mercredi, sa stratégie de sortie de crise. Dans un premier temps, les chantiers reprendront et le port d'une protection des voies respiratoires sera rendu obligatoire partout où le maintien d'une distance de deux mètres n'est pas possible.
(de g. à d) Paulette Lenert, ministre de la Santé ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
«Le patron reste libre de verser plus» à ses salariés
Face au constat dressé par un entrepreneur des inégalités de traitement entre salariés en arrêt maladie et ceux en chômage partiel, Dan Kersch, ministre du Travail assure que chaque entreprise peut aller au-delà de ce qui est prévu par la loi. Explications.
Chantier Hamilius,Aldringen.Foto:Gerry Huberty
Privés de chantiers mais pas de missions
Dernièrement, c'est pour la mise en place du centre de soins à Belval que l'entreprise Bonaria Frères a dû enfiler à nouveau le bleu de travail. Même si les chantiers sont à l'arrêt, l'entreprise se doit de rester en veille.
«Il faut faire le dos rond, ça va passer»
Le conseil sort de la bouche de Franck Fuss, dirigeant notamment de For-Sci-Tech au Luxembourg. Pour lui, le secteur de la construction a une chance de s'en tirer. Sa chance venant du nombre important de chantiers en cours, à finir et tous ceux à venir.