Changer d'édition

Un centre de vaccination supplémentaire le 12 avril
Luxembourg 5 min. 08.04.2021 Cet article est archivé

Un centre de vaccination supplémentaire le 12 avril

Le second trimestre 2021 va voir les livraisons de vaccins augmenter considérablement. De la nécessité de disposer à l'avance de sites rodés pour les injections en masse, estime Luc Feller.

Un centre de vaccination supplémentaire le 12 avril

Le second trimestre 2021 va voir les livraisons de vaccins augmenter considérablement. De la nécessité de disposer à l'avance de sites rodés pour les injections en masse, estime Luc Feller.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 5 min. 08.04.2021 Cet article est archivé

Un centre de vaccination supplémentaire le 12 avril

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A compter de lundi prochain, le hangar de Luxembourg Air Rescue à Sandweiler accueillera les équipes de vaccination anti-covid. Une montée en puissance alors que le cap des 100.000 doses administrées vient d'être dépassé.

Et de cinq! Alors que la campagne vaccinale anti-covid entre dans son quatrième mois, les autorités sont en mesure d'ouvrir un nouveau centre de vaccination. Six files d'injection vont ainsi être mises en service lundi 12 mars, dans un vaste hangar à Sandweiler (non loin du Findel). Là où, jusqu'à présent Luxembourg Air Rescue préparait ses hélicoptères pour ses missions sanitaires. Cette fois, il est question de franchir un nouveau palier dans la diffusion des vaccins. Luc Feller, du Haut-commissariat à la protection nationale, explique les prochaines étapes.

Le Luxembourg a franchi le seuil des 100.000 doses anti-covid administrées. On peut imaginer que c'est une satisfaction pour vous qui avez réfléchi à la mise en œuvre de la stratégie vaccinale...

Luc Feller : «Disons que c'est une étape et il reste du chemin à faire. Nous savons aujourd'hui que, compte tenu des allocations promises par l'Europe et les laboratoires, nous ne pourrons certainement pas atteindre les 350.000 vaccinés au 1er juin. Initialement, c'était l'objectif inavoué de notre plan. Mais les livraisons n'ont pas été à la hauteur, ni des promesses ni des espoirs. 

Mais il semble que les mois à venir seront nettement plus favorables pour l'arrivée plus conséquente de vaccins au Grand-Duché. C'est ce qui nous pousse maintenant à ouvrir un cinquième centre de vaccination.»

Quelle allure aura le centre de Sandweiler?

«Pendant deux semaines, nous tournerons avec six files de vaccination. Mais, compte tenu de l'espace disponible et des personnels mobilisables, nous pourrons monter à 12 files pour ce site. De quoi ajouter une force de frappe supplémentaire à ce qui se fait déjà Hall Victor-Hugo, à Belval, Ettelbrück ou Mondorf-les-Bains. Au fil des semaines, ces centres ont d'ailleurs considérablement augmenté leur efficacité, et donc le nombre de vaccinations assurées chaque jour. En début d'année, une file réussissait à ''piquer'' 7 personnes par heure. Aujourd'hui, administratifs, médecins et personnels infirmiers réussissent à traiter 11 personnes/h.

Nous ouvrons maintenant Sandweiler pour ne pas être pris de court quand subitement les quantités de vaccins en provenance des quatre laboratoires validés par l'EMA (Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson) vont bondir.»

Il faut donc s'attendre à une recrudescence des arrivées de lots de vaccins?

«Effectivement. Le second trimestre de la campagne d'immunisation n'aura rien à voir en termes de volumes réceptionnés et donc distribués. Pfizer a déjà donné plus que prévu, et va encore produire plus pour mai-juin. AstraZeneca a promis deux fois plus de flacons à l'Europe d'ici l'été que ce qu'il a pu fournir depuis le début d'année. Ce sont essentiellement sur ces deux laboratoires que portent nos espoirs. »

L'arrivée du Johnson & Johnson (à dose unique et facilement stockable) ne va donc pas changer radicalement la donne.

«Non car, dans un premier temps, le Luxembourg ne recevra que 4.800 doses. Si jamais le laboratoire se trouvait en mesure d’accroître ses livraisons, alors cela changerait tout. Notamment en faisant rentrer les médecins dans la vaccination. Mais pour l'instant, distribuer en si petites quantités ce stock pose plus de problèmes logistiques que de réels gains pour la santé publique.


An employee is at work on the vaccine packing line of the factory of British  pharmaceutical company GlaxoSmithKline (GSK) in Wavre on February 8, 2021 where the Covid-19 CureVac vaccine will be produced. - British pharmaceutical group GlaxoSmithKline (GSK) and German biotech firm CureVac announced plans to jointly develop a coronavirus vaccine with the potential to counter multi-variants of Covid-19. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Grand-Duché mise aussi sur le vaccin CureVac
Même s'il n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché, le ministère de la Santé a déjà précommandé le sérum anti-covid développé par le laboratoire allemand. Une préemption faite via l'Union européenne.

Et puis, il ne faut pas oublier que d'autres vaccins vont venir agrandir l'offre disponible. Donc booster encore un peu plus notre capacité à protéger la population au plus vite.»

L'Allemagne ou l'Angleterre depuis des mois, la France à compter de ce début avril, ont pris l'option d'ouvrir des vaccinodromes. Cet exemple sera-t-il suivi au Luxembourg?

«Il est possible de mettre en action des grands centres, pour vacciner beaucoup de monde, quand on a beaucoup de flacons à disposition. Ce n'est pas encore le cas chez nous. Mais la transformation de LuxExpo en centre de vaccination répondra à cette accélération de vaccins. Je pense que nous allons rendre le site opérationnel pour la mi-mai (au cas où). Mais je ne pense pas que la mise en service se fera avant juin-juillet.

Seulement, une fois LuxExpo ouvert, le pays franchira un palier incroyable. Pour dire : les capacités maximales actuelles dans les cinq centres ouverts (Sandweiler inclus) sont de 64 lignes de vaccination. A lui seul le site du Kirchberg pourra en recevoir 50!

Quelles leçons tirez-vous de ce premier trimestre de vaccination?

«En premier, un regret : celui de ne pas avoir reçu plus de doses. Mais en second, une grande satisfaction. L'organisation imaginée était pertinente, les sites ont été efficaces et population comme équipes ont su se mobiliser pour que la protection face au virus progresse le plus rapidement possible. Je suis aussi satisfait de la flexibilité dont nous avons su faire preuve pour réagir à certaines situations. Je pense notamment à la mobilisation des équipes mobiles. Elles étaient prévues pour intervenir dans les structures pour personnes âgées, mais quand il s'est agi d'aller vacciner à domicile les personnes vulnérables ne pouvant se déplacer, les équipes ont mis autant d'enthousiasme pour que la mission se déroule au mieux. Cela montre bien l'enthousiasme qu'il y a de mener à bien cette bataille contre le covid.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que la réouverture des terrasses deviendra réalité mercredi et qu'une enquête indépendante est en cours pour déterminer les causes de la mort de nombreux résidents de la maison de retraite «Um Lauterbann», l'épidémiologiste Joël Mossong fait un point sur la situation sanitaire.
Même si la vaccination a prioritairement visé les personnes âgées résidant en établissement de longs séjours, le ministère de la Famille ne constate pas d'accalmie sur le front des infections collectives.
Eugene, 86 years old, and his wife talk with a firefighter nurse before receiving a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at home on March 30, 2021 in Saint-Bonnet-en-Champsaur, southeastern France. (Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)
Contrairement aux mesures actuellement en vigueur, le conseil supérieur des maladies infectieuses recommande aux futures mères de se faire injecter le vaccin. Selon son rapport publié lundi, il n'y aurait aucun risque pour elles ou leur bébé.
Le ministère de la Santé affirme avoir été informé d'une vingtaine de personnes ayant reçu les injections anti-covid alors qu'elles ne faisaient pas partie des résidents invités à se faire vacciner.
A medical worker holds a vial of the AstraZeneca vaccine against the coronavirus (Covid-19) at the Northern Kurzeme Regional Hospital in Ventspils, Latvia, on March 30, 2021. (Photo by Gints Ivuskans / AFP)
Alors que les premiers flacons du sérum anti-covid arrivent ce samedi 26 décembre, voilà des mois que le Luxembourg élabore sa campagne de vaccination. Explications avec Luc Feller, haut-commissaire à la Protection nationale.
An employee works on a production line at the factory of British multinational pharmaceutical company GlaxoSmithKline (GSK) in Saint-Amand-les-Eaux, northern France, on December 3, 2020, where the adjuvant for Covid-19 vaccines will be manufactured. - Canada's Medicago and British pharmaceutical giant GlaxoSmithKline (GSK) announced on December 3, 2020 the launch of phase 2 and 3 clinical trials on a Covid-19 vaccine, one of a series of candidates being developed worldwide. Final phase 3 trials of the plant-derived vaccine candidate will begin by year's end and will be tested on 30,000 volunteers in North America, Latin America and Europe, according to a joint statement. (Photo by FRANCOIS LO PRESTI / AFP)