Changer d'édition

Le bras de fer autour du CovidCheck loin d'être achevé
Luxembourg 2 min. 12.11.2021 Cet article est archivé
Pandémie au Luxembourg

Le bras de fer autour du CovidCheck loin d'être achevé

Au-delà du débat autour du CovidCheck, l'épisode pourrait laisser des traces dans le dialogue social entre partenaires sociaux, les syndicats n'appréciant pas de ne pas pouvoir peser sur la stratégie sanitaire du pays.
Pandémie au Luxembourg

Le bras de fer autour du CovidCheck loin d'être achevé

Au-delà du débat autour du CovidCheck, l'épisode pourrait laisser des traces dans le dialogue social entre partenaires sociaux, les syndicats n'appréciant pas de ne pas pouvoir peser sur la stratégie sanitaire du pays.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 12.11.2021 Cet article est archivé
Pandémie au Luxembourg

Le bras de fer autour du CovidCheck loin d'être achevé

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Discrets depuis l'entrée en vigueur du dispositif qui permet un accès restreint aux espaces de travail pour les personnes non vaccinées, les syndicats ne renoncent pas à mener «des actions syndicales». Alors même que la contestation s'exprime de plus en plus hors de ces structures traditionnelles.

Face à un gouvernement qui se veut inflexible sur sa stratégie sanitaire et au développement de plus en plus important de mouvements contestataires parallèles, les syndicats peinent à faire entendre leur voix. Et donc à peser sur le débat. Plus de dix jours après l'entrée en vigueur du régime CovidCheck dans les entreprises et les administrations publiques, CGFP, OGBL et LCGB se voient même contraints de jouer la carte de la discrétion.


Wi , Covid Check im Betrieb , Foto:Guy Jallay / Luxemburger Wort
Le gouvernement ne cède pas aux pressions syndicales
A moins d'une semaine de l'entrée en vigueur des nouvelles règles sanitaires qui prévoient la possibilité de ne pas laisser l'accès libre aux personnes non vaccinées sur leur lieu de travail, les négociations se poursuivent. Sans avancée concrète à ce jour.

Car si Patrick Dury, président du LCGB, assure que «des problèmes existent aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public», il constate également que «la très grande majorité des entreprises appliquent le système 3G («Geimpfte, Getestete, Genesene» et donc vacciné, testé, guéri, ndlr) dans des zones très limitées». La plupart du temps à la cantine ou dans des parties spécifiques des bâtiments. En clair, «le renvoi par le gouvernement de la patate chaude vers les chefs d'entreprise et d'administration» dénoncé par les trois organisations syndicales n'a pas débouché sur le cafouillage annoncé.

Si un communiqué commun entre CGFP, OGBL et CGFP doit être publié ce vendredi matin, le texte doit notamment rappeler «l'insécurité juridique de la loi et ses conséquences» et détailler «les problèmes ponctuels rencontrés à ce jour», selon Jean-Luc de Matteis, secrétaire central de l'OGBL, qui s'est refusé, jeudi soir, à entrer dans le détail. Au même titre que ses homologues de la CGFP et du LCGB qui glissent tout de même que «la volonté de mener des actions syndicales restent intactes pour défendre l'intérêt de nos membres».


Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Nora Back, Patrick Dury, Romain Wolff, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Des syndicats bien décidés à poursuivre leur combat
Bien que la Chambre ait validé lundi le durcissement des mesures sanitaires, CGFP, OGBL et LCGB n'entendent pas baisser les bras et annoncent d'ores et déjà utiliser les prochains jours pour tenter «d'éviter le worst case scenario qui se profile à l'heure actuelle».

Des actions qui devraient plutôt prendre la forme de procédures judiciaires que de protestations dans la rue, puisque «notre action ne s'oppose pas à la vaccination ou au principe du CovidCheck, mais à la méthode utilisée pour déployer ce dispositif», rappelle Jean-Luc de Matteis. Quelle que soit l'issue de cette confrontation entre partenaires sociaux, elle risque de laisser des traces, notamment à l'approche de la tripartie annoncée «d'ici la fin de l'année» par Xavier Bettel (DP). 

Si le ministère d'Etat indique qu'«aucune date n'a été fixée à ce jour», Patrick Dury estime que «le gouvernement s'est ridiculisé dans son approche de ce dossier, ce qui aura des conséquences sur le dialogue social». Approche moins tranchée pour l'OGBL qui plaide pour une rencontre «au cours de laquelle des solutions aux problèmes sociaux et économiques du pays pourront être trouvées» grâce à «un dialogue de qualité». Un espoir qui pourrait ressembler à un vœu pieux puisque cette rencontre se déroulera dans un contexte social de plus en plus tendu et en pleine quatrième vague covid.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Contrôle des salariés et des fonctionnaires
Face à un gouvernement qui ne précise pas les modalités d'usage du contrôle covid en milieu professionnel, OGBL, LCGB et CGFP maintiennent leur menace d'action en justice et de mouvement de protestation.
A moins d'une semaine de l'entrée en vigueur des nouvelles règles sanitaires qui prévoient la possibilité de ne pas laisser l'accès libre aux personnes non vaccinées sur leur lieu de travail, les négociations se poursuivent. Sans avancée concrète à ce jour.
Wi , Covid Check im Betrieb , Foto:Guy Jallay / Luxemburger Wort
Bien que la Chambre ait validé lundi le durcissement des mesures sanitaires, CGFP, OGBL et LCGB n'entendent pas baisser les bras et annoncent d'ores et déjà utiliser les prochains jours pour tenter «d'éviter le worst case scenario qui se profile à l'heure actuelle».
Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Nora Back, Patrick Dury, Romain Wolff, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
OGBL, CGFP et LCGB ont pu exposer, jeudi, leurs attentes concernant la sortie de crise à un Premier ministre jusque-là sourd à leurs revendications. Mais écouter n'est pas accepter. Et pour la loi covid-19, chacun en rediscute le 19 mai prochain.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort