Changer d'édition

Un Belgo-Luxembourgeois désigné astronaute
Luxembourg 7 min. 23.11.2022
Candidats de l'ESA

Un Belgo-Luxembourgeois désigné astronaute

Si l'homme est né en Belgique en 1988, nombreuses de ses racines se trouvent au Grand-Duché.
Candidats de l'ESA

Un Belgo-Luxembourgeois désigné astronaute

Si l'homme est né en Belgique en 1988, nombreuses de ses racines se trouvent au Grand-Duché.
Crédit: ESA
Luxembourg 7 min. 23.11.2022
Candidats de l'ESA

Un Belgo-Luxembourgeois désigné astronaute

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Ce mercredi avait lieu l'annonce des nouveaux astronautes qui ont été sélectionnés parmi plus de 22.000 candidats. Parmi eux, Raphaël Liégeois, un Belgo-Luxembourgeois.

Ce mercredi était une journée ô combien cruciale pour l'avenir spatial luxembourgeois. C'est en effet ce mercredi et ce jeudi que se tient la réunion des des 22 pays membres de l'Agence Spatiale Européenne (ESA), un événement décisif au regard des objectifs européens.


Une start-up développe la future usine de l'espace
L'entreprise table sur l'émergence d'une nouvelle économie, la fabrication dans l'espace devant représenter 10 milliards de dollars d'ici à 2040.

On le sait, le Grand-Duché s'est taillé une solide réputation dans plusieurs domaines, si bien que le pays ambitionne aujourd'hui de devenir un hub européen pour l'utilisation et l'exploitation des ressources spatiales. Le Luxembourg compte aujourd'hui pas moins de 70 acteurs publics et privés qui sont actifs dans le domaine spatial alors qu'ils n'étaient qu'une vingtaine en 2012. Le secteur a donc littéralement décollé ces dernières années, c'est indéniable.

Pas une priorité, mais...

Et si la prochaine étape de ce plan était l'envoi d'un astronaute luxembourgeois en orbite au sein de la station spatiale internationale? «L'exploration humaine est importante pour nous», confiait Marc Serres, CEO de la Luxembourg Space Agency il y a quelques semaines, tout en précisant toutefois qu'il ne s'agissait pas de la priorité du moment.


Les Européens se sont fait un nom dans le lancement de satellites, avec le soutien financier grandissant du Grand-Duché.
«Le secteur spatial luxembourgeois a décollé»
NewSpace Europe, la grand-messe du secteur spatial, a lieu cette semaine au Luxembourg. En l'espace de quelques années, le pays s'est taillé une solide réputation dans ce domaine.

C'est pourtant ce mercredi que l'ESA devait annoncer sa liste des nouveaux astronautes qui ont été sélectionnés parmi plus de 22.000 candidats, au terme d'un long processus de sélection incluant des tests médicaux, psychologiques et physiques. Et plusieurs Luxembourgeois faisaient partie des candidats, ambitionnant de marcher sur les traces d'un certain Thomas Pesquet et consorts. Au début du processus, ils étaient en effet 65 sur les 22.000 candidats. Début 2022, ils n'étaient plus que 6, une femme et cinq hommes, sur 1.361.

C'est peu comparativement à d'autres pays comme la France qui sont passés de 7.087 candidats à 404 candidats. En Allemagne, sur les 3.695 candidats, seulement 195 avaient été retenus. Enfin, en Belgique, de 1.007 candidats, seulement 50 candidats avaient pu poursuivre le processus de sélection.

Né en 1988 en Belgique

C'est donc avec plein d'espoir que les représentants de la Luxembourg Space Agency, tout comme le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP) se sont rendus à Paris. Des espoirs qui se sont concrétisés puisqu'au moment de dévoiler la sélection, un certain Raphaël Liégeois faisait partie des heureux élus.


The Artemis I unmanned lunar rocket lifts off from launch pad 39B at NASA's Kennedy Space Center in Cape Canaveral, Florida, on November 16, 2022. - NASA's Artemis 1 mission is a 25-and-a-half day voyage beyond the far side of the Moon and back. The meticulously choreographed uncrewed flight should yield spectacular images as well as valuable scientific data. (Photo by Gregg Newton / AFP)
La nouvelle fusée de la Nasa décolle enfin vers la Lune
Après plusieurs tentatives avortées en août et en septembre, la nouvelle fusée de la Nasa a décollé vers la Lune pour la première fois, ce mercredi 16 novembre.

Si l'homme est né en Belgique en 1988, nombreuses de ses racines se trouvent au Grand-Duché. Ses parents habitent en effet au Luxembourg, à Differdange plus précisément, depuis de nombreuses années si bien que Raphaël Liégeois a obtenu la nationalité luxembourgeoise en 2018. Son père travaille d'ailleurs au Liser.

Son profil ESA mentionne qu'il a étudié le génie biomédical à l'Université de Liège, en Belgique, de 2005 à 2011. Il est également devenu ingénieur centralien dans le cadre d'un programme d'échange de double diplôme avec l'École Centrale de Paris en 2009 et a obtenu un master en physique fondamentale de l'Université Paris-Sud Orsay en 2010. Pendant ses études à Paris, il a participé à une campagne de vols paraboliques avec l'agence spatiale française CNES. Pendant sa période de doctorat, Raphaël a travaillé comme assistant d'enseignement pour divers cours, notamment la modélisation des systèmes et les systèmes non linéaires, à l'Université de Liège, en Belgique. 

Raphaël est par ailleurs un pilote actif de montgolfière et de planeur. Il est également titulaire de licences de plongée et de voile. En 2017, Raphaël et son épouse ont réalisé un voyage à vélo de 4 mois, de Singapour à la Belgique, pour rencontrer des poètes à travers l'Asie et l'Europe. 

Du côté de la Luxembourg Space Agency, cette nomination est une grande fierté. «Pour la Belgique, c'est une excellente nouvelle car le pays fait partie des gros contributeurs de l'ESA. Cela marque également une certaine continuité avec les précédents astronautes belges. De notre côté, cette nomination est extraordinaire. C'est la première fois que nous avons un lien aussi fort avec un astronaute et nous espérons que cela permettra de créer davantage d'opportunités dans le futur», se réjouit Marc Serres, CEO de la LSA. «J'espère que cela pourra inspirer plus d'un Luxembourgeois et pourquoi pas, susciter de nouvelles vocations.»

À noter qu'une Française, Sophie Adenot fait également partie des heureuses élues. Au total, la sélection compte la moitié de femmes. Pour les nouveaux venus, les entraînements commenceront en avril 2023 au centre européen des astronautes à Cologne, en Allemagne.

L'ESA a également présenté des astronautes porteurs d'un handicap physique, avec lesquels sera menée une «étude de faisabilité» sur un séjour dans l'espace. Une première.


Sur le même sujet

Annoncée en novembre 2019, la création d'un «centre d'innovation européen pour les ressources spatiales» se concrétisera d'ici la fin de l'année via la mise en place d'un nouveau département au sein du LIST. La nouvelle structure ambitionne de devenir «un pôle d'excellence en Europe».
129 millions d'euros d'argent public seront versés au nouveau budget record de l'Agence spatiale européenne ESA, a annoncé l'institution il y a tout juste une semaine. Le signe d'un activisme tous azimuts en la matière, qui pourrait bien faire avancer la protection du climat.
L'espace est la nouvelle frontière que s'est fixée le Grand-Duché, espérant jouer un rôle central dans le futur «space mining».
C'est un signe fort envoyé à l'industrie spatiale européenne. L'accord signé mercredi entre l'Agence spatiale européenne et le Grand-Duché donne naissance au «Centre européen d'innovation pour les ressources spatiales» qui s'implantera au Luxembourg.