Changer d'édition

Un appel à «la responsabilité et à la solidarité»
Luxembourg 2 min. 18.03.2020 Cet article est archivé

Un appel à «la responsabilité et à la solidarité»

Le briefing pour la presse a été réalisé via internet et les journalistes ont pu poser des questions par mail

Un appel à «la responsabilité et à la solidarité»

Le briefing pour la presse a été réalisé via internet et les journalistes ont pu poser des questions par mail
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 18.03.2020 Cet article est archivé

Un appel à «la responsabilité et à la solidarité»

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Le Premier ministre a annoncé ce mercredi - comme il l'avait déclaré mardi - que le pays se trouve désormais officiellement en état de crise pour dix jours dans un premier temps. Il a reconnu qu'il ne savait pas combien de temps aller durer l'épreuve à laquelle est confronté le pays.

L'état de crise est désormais officiellement et légalement déclaré. «Le Grand-Duc a signé le règlement de l'état de crise qui s'applique immédiatement», a fait savoir mercredi soir le Premier ministre Xavier Bettel (DP). La validité du document est de dix jours dans un premier temps. Le Parlement doit précisément le confirmer dans les dix jours avec 40 voix sur 60 députés, soit une majorité constitutionnelle.

Le ministre d'Etat a précisé que les décisions qui seront prises pendant cette période exceptionnelle seront caduques à la fin de l'état de crise. Il a justifié cette activation de l'article 32.4 de la Constitution, car «la double condition de crise internationale et nationale est remplie», preuve en est, «l'OMS qualifie la situation de pandémie». Pour le Premier ministre, «le pays est engagé dans une course contre le virus, et on ne peut pas le laisser gagner». 


16.03.2020, Baden-Württemberg, Weil am Rhein: Ein Bundespolizist mit Atemmaske kontrolliert am Grenzübergang zur Schweiz ein Fahrzeug. In der Coronavirus-Krise führt Deutschland am Montag umfassende Kontrollen und Einreiseverbote an den Grenzen auch zur Schweiz ein. Foto: Patrick Seeger/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
En fermant ses frontières, l'UE veut (se) rassurer
«Se protéger de l'extérieur et se montrer plus souple à l'intérieur.» Les Européens ont décidé mardi soir de cadenasser l'accès à leur territoire afin de tenter d'endiguer la pandémie de nouveau coronavirus dont le Vieux continent est plus que jamais l'épicentre.

Il a répété que « la santé des citoyens passe avant les considérations économiques». Ainsi, en termes de budget pour faire face à la pandémie, il débloquera «celui qu'il faudra. On peut imaginer un plan Marshall à la luxembourgeoise, je ne sais pas combien de temps cette crise va durer.»

Il a ainsi rappelé les mesures décidées ces derniers jours, à savoir la limitation au strict minimum des déplacements de tous les citoyens. «La règle, c'est de rester à la maison et de réduire le plus possible les contacts sociaux», a souligné Xavier Bettel. Les seules exceptions sont les déplacements professionnels, si le télétravail n'est pas possible. «Notre société doit pouvoir continuer de fonctionner et donc d'offrir des services pour ne pas complètement étouffer», a estimé le Premier ministre.

Le chef du gouvernement a également rappelé que les sorties pour les urgences médicales, les achats dans les pharmacies restent évidemment permises. Tout comme le sont celles pour les achats de nourriture. Sur ce point, il a ironisé en déclarant que «ce n'est pas le moment de créer une succursale de supermarché à la maison. J'en appelle à la responsabilité, à la solidarité et au bon sens de tous: les achats de prévisions ne sont pas nécessaires». Il n'y a ainsi pas de consignes générales dans les supermarchés comme la limitation du nombre de produits achetés par client.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le coronavirus créera un déficit de «plusieurs milliards»
Mercredi prochain le gouvernement disposera du recul nécessaire pour annoncer de nouvelles mesures de déconfinement le 11 mai. Mais on «ne changera pas le calendrier scolaire», assure le Premier ministre qui a aussi parlé des effets de la crise sur le budget de l'Etat.
Premier Xavier Bettel: Die erste Etappe raus dem Stillstand beginnt am 20. April.
Une récession économique en ligne de mire
Le Premier ministre a évoqué, mardi à la Chambre, les éventuelles conséquences négatives pour l'économie du pays. Il évoque la possibilité d'une récession alors que le ministre des Finances s'apprête à détailler des mesures spécifiques dans les jours à venir.
21.9. Wi/ Sanem / Cronospan / Illustration pour Conférence “La défense de l’Environnement est-elle un frein au développement économique“ / Usine , Nature foto:Guy Jallay
Le Luxembourg en état d'urgence
Le Premier ministre a annoncé ce mardi devant le Parlement que le pays sera placé en «état de crise» pour un maximum de trois mois. Il s'agit d'une disposition constitutionnelle qui permet au pouvoir exécutif de prendre des décisions rapides et éventuellement contraires à la loi existante.
Politik, Chamber, aktuelle Stunde zum Corona-Virus, Ankündigung Xavier Bettel, Paulette Lenert, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ambiance surréaliste dans la capitale
Une atmosphère très particulière se dégage dans les rues clairsemées de la capitale ce lundi. Nous ne sommes ni un dimanche, ni un jour de vacances, mais bien le premier jour où les mesures drastiques face au coronavirus se font sentir.
Le Luxembourg bien équipé face à la pandémie
Le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg assure, ce lundi, que le service national des maladies infectieuses dispose d'une large capacité de prise en charge de patients gravement atteints par le coronavirus.
Notaufnahme CHL - Urgences CHL  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort