Changer d'édition

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire
Luxembourg 2 min. 22.11.2019 Cet article est archivé

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire

Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 22.11.2019 Cet article est archivé

Turmes voit une centrale solaire à la place du nucléaire

Maurice FICK
Maurice FICK
Les réacteurs de Cattenom «n'étaient pas conçus pour durer 40 ans», rappelle Claude Turmes qui s'inquiète de «l'état de délabrement des équipements». Le ministre de l'Energie propose de créer une «grande usine à Thionville» pour produire de l'énergie solaire.

Crachant ses nuages de vapeur à une dizaine de kilomètres à peine du Luxembourg, la centrale nucléaire de Cattenom, est à nouveau dans le collimateur du gouvernement de Xavier Bettel, et en première ligne des Verts.  Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, et Claude Turmes, ministre de l'Energie ont, dans une lettre officielle datée du 15 novembre, attiré l'attention du directeur de l'ASN (Autorité de sécurité nucléaire) sur la nature transfrontière des questions de sécurité.  


Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.

Cattenom est le deuxième site en France en production installée (les quatre réacteurs produisent 1.300 mégawatts chacun) et l'ambition de son directeur  de faire tourner la centrale 60 ans, donc 20 ans de plus que prévu, inquiète sérieusement Claude Turmes car «aujourd'hui nous savons que Cattenom n'est pas aussi sûr que les nouveaux réacteurs».

Invité de la «minute des frontaliers» ce 22 novembre sur France Bleu Lorraine, le ministre de l'Energie et de l'Aménagement du territoire, a enfoncé le clou: 

Claude Turmes ne manie pas la langue de bois, comme à son habitude et, annonce au nom du gouvernement Bettel qu'«on fera tout juridiquement, politiquement, au niveau de la politique énergétique, pour que le réacteur ne soit pas prolongé».

Claude Turmes explique clairement que le gouvernement luxembourgeois fera tout pour que la durée de vie des réacteurs de Cattenom ne soit pas prolongée.
Claude Turmes explique clairement que le gouvernement luxembourgeois fera tout pour que la durée de vie des réacteurs de Cattenom ne soit pas prolongée.
Photo: Chris Karaba

Et l'élu vert n'est pas venu, les mains vides. Il parle des alternatives comme l'énergie solaire, les éoliennes sur terre et en mer. Mieux, Claude Turmes propose «une production d'énergie solaire dans une grande usine à Thionville dans une zone industrielle, avec ça on crée de l'emploi beaucoup plus pérenne, on aurait une vraie alternative au niveau énergie». 

Au problème crucial des près de 1.300 salariés embauchés par la centrale,  sans oublier les 800 sous-traitants, Claude Turmes a aussi une réponse toute prête:  «Ceux qui disent que la fermeture va provoquer un trou dans l'économie lorraine se trompent, les chiffres ne le montrent pas».


Sur le même sujet

La centrale de Cattenom gagne du terrain
EDF vient d'acquérir 6 hectares autour de sa centrale nucléaire lorraine. Mais pas de quoi craindre l'implantation d'un 5e réacteur, assure la ministre de l'Environnement luxembourgeoise
Kernkraftwerk Cattenom - Photo : Pierre Matgé
Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.
Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Le plan d'action de Cattenom ne passe pas la frontière
Les nouvelles mesures de protection prises en cas d'accident nucléaire sont actuellement communiquées dans un rayon de 20 km autour de la centrale. Un territoire qui a doublé en surface et inclut désormais le Sud du Luxembourg, mais géographiquement seulement.
Comme en 2016, la France va procéder à une distribution de pastilles d'iode stable dès cet automne. Une mesure qui concernera 112 communes situées à 20 km de la centrale de Cattenom, hormis au Luxembourg.
Camouflet infligé à la Belgique sur la centrale de Doel
Dans un arrêt rendu ce lundi, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estime que la loi autorisant la prolongation de deux des réacteurs du site ne respectait pas les règles environnementales. Une décision qui n'aboutit cependant pas à la fermeture du site, comme le souhaite le Grand-Duché.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Doel: Hinter der Windmühle von Doel bei Antwerpen steigt Dampf aus dem Kernkraftwerk Doel. (zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La centrale de Cattenom interdit son étang
Si d'ordinaire l'étang du Mirgenbach est ouvert aux pêcheurs et aux plaisanciers, le plan d'eau situé à une centaine de mètres du centre nucléaire de production électrique doit être fermé au public. Un autre effet de la canicule actuelle.