Changer d'édition

Trottinettes, hoverboard... Où peuvent-ils circuler?
Luxembourg 0 4 min. 25.11.2018 Cet article est archivé

Trottinettes, hoverboard... Où peuvent-ils circuler?

Trottinettes, hoverboard... Où peuvent-ils circuler?

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 0 4 min. 25.11.2018 Cet article est archivé

Trottinettes, hoverboard... Où peuvent-ils circuler?

Ils sont de plus en plus nombreux sur les routes et trottoirs: trottinettes électriques, hoverboards, e-rollers ou encore gyropodes... Mais que dit le Code de la route pour l'utilisation de ces nouveaux moyens de transport?

Ils font déjà partie intégrante du paysage urbain. Les scooters électriques, les trottinettes, gyropodes et autres moyens de transport alternatifs font de plus en plus concurrence aux vélos. Bien que ces appareils soient tous alimentés par une batterie, leur utilisation est réglementée différemment par le Code de la route. Nombre d'entre eux ne sont pas autorisés à prendre part à la circulation routière.

C'est le cas, entre autres, des hoverboards - planches à roulettes électriques sans guidon - ainsi que des monowheels - monocycles électriques - et des e-skateboards. Ils sont considérés comme des jouets dans le Code de la route et sont donc soumis aux mêmes règles que les planches et les patins à roulettes.

Photo: Shutterstock

Ils ne peuvent être utilisés que sur la voie publique, là où cela est explicitement autorisé, c'est-à-dire dans les zones piétonnes, sur les pistes cyclables ou les chemins piétonniers qui sont signalés par un panneau correspondant (un panneau blanc avec un patin à roulettes).

Le non-respect de cette disposition sera sanctionné d'une amende de 49 euros.

Les enfants jusqu'à l'âge de dix ans sont exemptés de cette règle: ils sont autorisés à utiliser les appareils sur le trottoir.

Les scooters sont privilégiés

Parmi les nouveaux moyens de transport électriques, seuls les scooters à pédales électriques et les Segway ont le droit de participer au trafic. Ils sont considérés comme des vélos électriques et sont traités de la même manière que les bicyclettes.

Cette catégorie comprend les équipements qui comprennent un moteur qui ne nécessite pas l'intervention du conducteur. La vitesse maximale est limitée à 25 km/h. Par conséquent, les vélos électriques moins puissants sont également considérés comme des cycles électriques.

L'équipement doit être suffisamment éclairé et doit pouvoir freiner correctement pour être utilisé sur les pistes cyclables et les routes. Ils ne sont cependant pas permis sur les trottoirs. Une amende de 74 euros est infligée pour cette infraction. 

Ils n'ont pas besoin d'être immatriculés auprès de la Société nationale de circulation automobile (SNCA). Les conducteurs n'ont pas besoin de permis de conduire et le port du casque n'est pas obligatoire. 

Outre cette catégorie, le Code de la route prévoit également des cycles à pédalage assisté, c'est-à-dire des vélos dans lesquels l'entraînement électrique ne soutient le cycliste que lorsqu'il pédale lui-même. La vitesse maximale autorisée est à nouveau de 25 km/h. Les roues sont aussi appelées Pedelec 25. Elles sont soumises aux mêmes règles que les roues conventionnelles et les cycles électriques.

Des règles plus strictes pour les cyclomoteurs

Les cyclomoteurs, en revanche, sont soumis à des règles plus strictes: les véhicules sont considérés par la loi comme des cyclomoteurs lorsqu'ils ont des performances plus puissantes. Ils peuvent en général atteindre une vitesse maximale de 45 km/h.

Si le moteur n'est mis en marche qu'en pédalant, il s'agit d'un S pedelec ou d'un 45 pedelec. Outre les vélos, les scooters électriques peuvent également entrer dans cette catégorie. Vous devez immatriculer le véhicule auprès de la SNCA, porter un casque et être titulaire d'un permis de conduire de catégorie AM. 

Avantages fiscaux pour les cyclistes

Depuis le 1er janvier 2017, l'achat d'un vélo - avec ou sans propulsion électrique - est récompensé par un montant déductible de 300 euros. La prime n'est versée qu'aux personnes qui présentent une déclaration de revenus ou une demande de réduction d'impôt ou de péréquation annuelle de l'impôt sur le revenu. Seules les personnes assujetties à l'impôt au Luxembourg peuvent donc présenter une réclamation - il n'y a aucune restriction, ni pour le lieu de résidence, ni pour le lieu d'achat.

Il est important que la facture - en plus des informations typiques telles que le prix d'achat - comprenne le nom de l'acheteur, la date d'achat et la mention "vélo au sens du Code de la route". En effet, la mesure ne s'applique qu'à l'achat de vélos conventionnels et de ce qu'on appelle les pedelecs 25, les vélos électriques plus puissants n'étant pas considérés comme des bicyclettes par la loi. La mesure n'affecte pas non plus les E-Tretroller et Segways.

La prime ne peut être réclamée que tous les cinq ans et ne s'applique pas rétroactivement: si vous avez acheté un vélo avant le 1er janvier, vous ne recevez rien. L'an dernier, plus de 1.500 personnes ont profité de ces avantages fiscaux. 

Par Maximilian Richard, traduction Sophie Wiessler


Sur le même sujet

Une loi pour l'E-trottinette en 2020
Un groupe de travail est actuellement en train de rédiger un texte visant à cadrer l'utilisation des deux-roues électriques au Luxembourg. Selon le ministère de la Mobilité, le code de la route devrait être ajusté à ce propos d'ici un an.
Au petit bonheur des triporteurs
On les appelle vélos-cargos, triporteurs et bakfiets. Venus du Nord, ils parcourent désormais les rues de Bruxelles. Pour eux, ça roule vraiment de mieux en mieux.
Radfahrer
Sur deux roues à Luxembourg: Bausch face aux twittos à vélo
Ils forment une petite communauté de cyclistes branchés sur les réseaux sociaux et s'adressent directement au ministre quand ça coince sur les pistes cyclables de Luxembourg. Face aux «twittos à vélo», François Bausch a pédalé dans le bon sens cette semaine. Nous étions avec eux!