Changer d'édition

«Trop tôt pour parler d'une seconde vague»
Luxembourg 4 min. 29.06.2020

«Trop tôt pour parler d'une seconde vague»

Paulette Lenert, la ministre de la Santé déclare que «nous saurons d'ici le milieu de cette semaine si la tendance est confirmée»

«Trop tôt pour parler d'une seconde vague»

Paulette Lenert, la ministre de la Santé déclare que «nous saurons d'ici le milieu de cette semaine si la tendance est confirmée»
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 29.06.2020

«Trop tôt pour parler d'une seconde vague»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le coronavirus connaît depuis vendredi une nouvelle vigueur au Luxembourg avec 91 nouveaux cas. Si Paulette Lenert, ministre de la Santé, s'en «inquiète», il n'est pas question pour Claude Meisch, ministre de l'Éducation, de remettre en question le regroupement des classes prévu ce lundi.

22 nouveaux cas vendredi, le... double samedi, puis à nouveau 25 nouvelles infections dimanche, des chiffres que le Luxembourg n'avait plus connus depuis le mois d'avril. Ce rebond du coronavirus a de quoi inquiéter à l'heure où les écoliers sont à nouveau réunis en classes complètes depuis ce lundi matin. Préoccupée par ce phénomène, Paulette Lenert (LSAP), la ministre de la Santé a déclaré ce lundi sur RTL que «nous saurons d'ici le milieu de cette semaine si la tendance est confirmée». S'il est encore, selon elle, «trop tôt pour parler d'une seconde vague», elle qualifie néanmoins cette évolution d'«inquiétante».

La ministre précise que la majorité des infections recensées ces derniers jours proviennent de «groupes clairement identifiables» et sont le fait de «personnes privées». Phénomène remarquable selon elle: 80% des personnes nouvellement infectées présentent des symptômes nets et typiques de la maladie, alors qu'auparavant, 80% des infections étaient bénignes ou passaient carrément inaperçues.

Paulette Lenert en a profité pour glisser que des discussions sont en cours pour introduire une application de traçage des infections au Luxembourg. Toutefois, en attendant, la direction de la Santé continuera à utiliser la méthode analogique pour suivre les contacts des personnes possiblement infectées.

La ministre de la Santé a aussi fait le point sur la campagne de dépistage à grande échelle, avouant que «jusqu'à présent, seuls 20% des personnes contactées, soit environ 100.000 personnes ont répondu à l'appel». Pour rappel, en tout 177.217 personnes ont été testées depuis le début de la pandémie au Luxembourg, dont près de 130.000 résidents.

Par ailleurs, ce week-end dernier, le ministère de la Santé s'est servi de Facebook  pour appeler la population à s'abstenir de faire de grandes fêtes malgré le beau temps. «Évitez ce risque, afin que le nombre d'infections n'augmente pas davantage», écrit le ministère sur le réseau social. Le ministère de la Santé qui en appelle «au bon sens et à la responsabilité de chacun», vu que les interdictions strictes sont devenues rares depuis l'introduction des lois covid la semaine dernière.

Pour Jean-Claude Schmit (à g.), «il appartient au gouvernement de décider si de nouvelles mesures s'avèrent nécessaires»
Pour Jean-Claude Schmit (à g.), «il appartient au gouvernement de décider si de nouvelles mesures s'avèrent nécessaires»
Photo: Chris Karaba

Pour sa part, Jean-Claude Schmit, le directeur de la Santé s'est dit «surpris» par «la rapidité» avec laquelle le virus a brusquement refait surface. Avec les mesures de déconfinement, le scientifique estimait ce lundi sur les ondes de la radio 100,7 à «une soixantaine par jour» le nombre de contacts des personnes infectées. Ce qui nécessite un énorme travail de traçage. Jean-Claude Schmit précise que la moitié des 44 nouveaux cas recensés samedi proviennent d'«une fête organisée par un groupe d'amis au milieu du mois juin». Le directeur de la Santé a aussi insisté sur le respect des mesures d'hygiène et des recommandations de prudence, ajoutant qu'«il appartient au gouvernement de décider si de nouvelles mesures s'avèrent nécessaires».

Compte tenu de cette hausse subite des chiffres de l'infection, des voix se sont élevées contre la réunification des classes dans les écoles, prévue à partir de ce lundi. C'est le cas notamment du syndicat d'enseignants Féduse, pour qui un tel regroupement poserait non seulement des problèmes sanitaires, mais aussi des soucis d'organisation. Car le système scolaire devrait s'adapter à une nouvelle situation pour la quatrième fois depuis le début de la crise.

Ce n'est pas parce qu'une fête sauvage a eu lieu (...) que les classes ne seront pas regroupées ce lundi

Face à ces critiques, Claude Meisch (DP), le ministre de l'Éducation nationale a rétorqué dimanche sur les ondes de RTL que «de plus grands groupes d'infections semblent en fait provenir d'endroits où les gens se rassemblent de manière incontrôlée, comme des fêtes de famille ou des rassemblements à l'extérieur, dans les parcs ou les lieux publics». Et d'ajouter que «si des cas isolés ont été constatés dans les écoles, ils ne proviennent pour la plupart pas des bâtiments scolaires eux-mêmes, mais de l'extérieur». Car, «en règle générale, on ne se fait pas infecter à l'école».

Ferme et déterminé, Claude Meisch a affirmé que «ce n'est pas parce qu'une fête sauvage a eu lieu quelque part dans un parc ou parce qu'une réunion de famille n'a pas été aussi respectueuse des règles qu'elle aurait dû l'être que les classes ne seront pas regroupées ce lundi».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Au tour des infirmières de compter sur les politiques»
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les écoliers bientôt tous réunis
L'heure des retrouvailles a sonné. Divisés en deux groupes depuis un mois, les enfants inscrits à l'école fondamentale seront à nouveau tous rassemblés dès lundi. Un nouveau pas vers la normalité, malgré des mesures sanitaires toujours de rigueur.
Primärschule Cycle 1-4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff
Lenert en appelle à la «responsabilité de chacun»
La ministre de la Santé a présenté ce mercredi les dernières mesures applicables dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19. La nouvelle loi s'articule autour de trois axes: l'encadrement des rassemblements, les mesures de protection et le suivi.
Poliotik, Conseil de gouvernement Briefing presse, Xavier Bettel une Paulette Lenert: Nouvelles mesures de déconfinement Briefing. Corona Virus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les lois covid adoptées avec la seule majorité
La loi transposant une partie des décisions sanitaires contre la pandémie de covid-19, prises lors de l'état de crise, a été validée lundi grâce aux voix des députés DP, LSAP et Déi Gréng. Le CSV et l'ADR ont voté contre, tandis que déi Lénk et Piraten se sont abstenus.
8.3.IPO / Chambre des Députes , Krautmarkt / Abgeordnetenkammer Foto:Guy Jallay
Fini les classes séparées en deux
La mesure réduisant de moitié les effectifs scolaires accueillis dans la même salle dans les écoles fondamentales ne devrait plus durer. Le ministère de l'Enseignement envisage en effet de réunir les groupes A et B à compter du 29 juin.
ARCHIV - 06.05.2020, Schleswig-Holstein, Aukrug: Mit einem Schild mit der Aufschrift "Willkommen zurück" begrüßt eine Lehrerin die Viertklässler einer Grundschule. Wenn nach den Sommerferien die Schulen wie geplant wieder komplett öffnen, sollten Lehrer aus Sicht des Deutschen Lehrerverbandes einmal pro Woche auf das Coronavirus getestet werden. (Zu dpa "Debatte über besten Weg für Schulöffnungen hält an") Foto: Carsten Rehder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Une coopération optimale entre les hôpitaux»
Alors que la sortie de l'état de crise se profile, le Dr Philippe Turk, directeur médical de la clinique Zitha évoque la situation du secteur hospitalier au Luxembourg. Le praticien tire les premières leçons de la pandémie et esquisse des pistes pour l'avenir.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Dankeschön an die Helfer  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Voir le dépistage comme une contribution à la société»
Le testing à large échelle est actuellement le moyen le plus sûr de pouvoir contenir le virus, selon Ulf Nehrbass, directeur de l'Institut luxembourgeois de la santé. Car si une chaîne d'infection devait apparaître, il serait alors possible de la détecter et d'intervenir rapidement.
Lokales, Covid-19 Test, P&R Belval, large scale testing,  Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Les écoliers luxembourgeois réfractaires au covid
D'après le dépistage effectué parmi les écoliers et élèves volontaires, les jeunes du pays sont nettement moins infectés par le covid-19 que les adultes. Le ministère de la Santé a révélé mardi les premiers bilans de ces tests effectués avant les rentrées de début mai.
Lokales, Rentrée in Bettemburg (Schoul am Duerf), Schule, Maske, Maskenpflicht, Corona, Covid-19, Schoulrentrée, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le traçage, ce dispositif «sanitairement utile»
Dans un avis rendu lundi, la commission nationale d'éthique indique avoir conseillé au gouvernement d'envisager la mise en place d'une application pour smartphone destinée à suivre les patients infectés par le covid-19. Mais avec plusieurs réserves.
Le Luxembourg compterait plus de 400 asymptomatiques
La deuxième série de tests des participants à l'étude CON-VINCE met en avant le phénomène des «porteurs silencieux» du covid-19. Ces derniers pourraient être à la base de la deuxième vague tant redoutée.
23.03.2020, Bayern, München: Eine Mitarbeiterin am Institut für Virologie der technischen Universität München (TUM) arbeitet in einem Labor an einer Sterilbank mit Zellkulturen. Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++