Changer d'édition

Trop peu de masques FFP2 pour les enseignants
Luxembourg 2 min. 26.01.2021

Trop peu de masques FFP2 pour les enseignants

Le syndicat réclame notamment une ligne commune pour tous les établissements du pays dans l'attribution des masques FFP2 aux enseignants.

Trop peu de masques FFP2 pour les enseignants

Le syndicat réclame notamment une ligne commune pour tous les établissements du pays dans l'attribution des masques FFP2 aux enseignants.
Photo : dpa
Luxembourg 2 min. 26.01.2021

Trop peu de masques FFP2 pour les enseignants

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le syndicat SNE/CGFP pense que la distribution de protections annoncée par le ministère de l'Education sera insuffisante pour assurer correctement la sécurité des enseignants.

«Juste une campagne de marketing». Le principal syndicat enseignants luxembourgeois ne mâche pas ses mots pour parler de la dernière action sanitaire du ministère de l'Éducation. Après avoir lancé la campagne d'équipement des salles de cours en détecteurs CO2, les services de Claude Meisch (DP) ont reçu comme consigne d'organiser une large distribution de masques FFP2 pour les enseignants du pays. Et le SNE/CGFP doute de l'ampleur de l'opération.


An illustration shows a man showing a FFP2 face mask in Dortmund, western Germany, on January 19, 2021. - German Chancellor Angela Merkel and leaders of Germany's 16 states are expected on january 19 to extend and tighten a partial lockdown beyond January, as fears grow over virus variant strains believed to be more contagious. Draft measures seen ahead of the emergency talks include prolonging current restrictions until at least mid-February, requiring medical masks on public transport and in shops, and increasing pressure on employers to allow staff to work from home where possible. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Le port d'un masque FFP2 reste un choix
Bien qu'une protection buccale soit obligatoire dans les transports en commun depuis la mi-avril, pas question pour le gouvernement d'imposer un modèle de masque plutôt qu'un autre.

Ce que craint le syndicat c'est de voir les établissements scolaires devenir destinataires d'un nombre insuffisant de protections buccales. Un peu à l'image de ce qui s'était déjà passé au printemps dernier. Un manque de masques qui serait d'autant plus préjudiciable (dangereux) que les adultes assurant les cours permettent, pour l'instant, d'assurer les leçons et le suivi pédagogique en présentiel.

Ce masque FFP2, le SNE/CGFP le qualifie donc de «besoin urgent» en s'adressant au ministère de l'Éducation. Interpellant ce dernier qui, en tant qu'employeur, a le devoir d'assurer la sécurité pour la santé de tous ses employés. Seulement quelques jours après l'annonce de Claude Meisch, le syndicat parle déjà d'«un flop», ayant des raisons de croire que les enseignants ne se verront pas proposer suffisamment de protections.


Politik, Lizeum, lycée de garçons,  Visite von Xavier Bettel und Claude Meisch, Gespräch mit einer Klasse 7ième und 4ième Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Débat à venir sur l'avenir de l'école publique
La commission des Pétitions a validé, mercredi, la tenue d'un échange public sur le projet de loi n°7662 déposé par le ministre de l'Education nationale. Un texte qui entend élargir les conditions d'accès pour la direction des lycées spécialisés. Près de 4.900 personnes s'y opposent.

Et de reprocher au passage l'absence de «ligne nationale», chaque établissement «faisant sa propre soupe». Ainsi, certaines écoles ont choisi de limiter la distribution à leurs seuls personnels vulnérables. D'autres mettent les masques à disposition moyennant finance, et à des tarifs loin d'être attractifs. Certains lycées imposent aux enseignants demandeurs de remplir une paperasserie nécessitant «un grand effort bureaucratique». A croire que l'on cherche à freiner ainsi la demande, faute d'une offre en masques FFP2 en nombre suffisant.

D'où l'interpellation du ministre Meisch par le syndicat qui, maintenant que le système scolaire a repris en présentiel, réclame des protections en quantité. Avec ce mot d'ordre : «La santé de chaque enseignant doit être une priorité absolue». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Douze écoliers refusent de porter le masque
Malgré la nouvelle obligation de disposer d'une protection buccale en classe (hormis en cycle 1 et en centre de compétence), certains jeunes et leurs familles ont fait savoir leur opposition à suivre les cours masqués.
Second-grade pupils wear face masks as they attend school lessons at the Petri primary school in Dortmund, western Germany, on February 22, 2021, amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. - Schools and daycare centres partially reopened in 10 German regions. The impact of school reopenings would be closely watched before deciding the next steps in the pandemic, German Health Minister Jens Spahn said. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Le refus des mesures covid s'exprime dans la rue
Le Knuedler, samedi, a servi de cadre à plusieurs rassemblements. Contre le masque, contre les mesures sanitaires ou contre la fermeture des cafés-restaurants : le virus de la protestation gagne du terrain.
Lokales, Demo anti Vaccins, Anti masque, foto:Chris Karaba/Luxemburger Wort
La grippe fait les frais du covid
Restrictions de circulation et gestes barrières imposés pour limiter la propagation du coronavirus réduisent à néant la diffusion du virus respiratoire de la grippe. Ouf, enfin une bonne nouvelle.
Télécran, Allgemeinarzt, Doktor Frank Kirsch, Foto: Guy Wolff/Télécran