Changer d'édition

Trop de zones d'ombre sur le testing existeraient
Luxembourg 2 min. 27.05.2020 Cet article est archivé

Trop de zones d'ombre sur le testing existeraient

Claude Wiseler regrette l'absence d'une loi de financement avant la mise en place de la campagne de dépistage.

Trop de zones d'ombre sur le testing existeraient

Claude Wiseler regrette l'absence d'une loi de financement avant la mise en place de la campagne de dépistage.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 27.05.2020 Cet article est archivé

Trop de zones d'ombre sur le testing existeraient

Un seul laboratoire accrédité, absence d'appel d'offres et de loi de financement, le CSV demande au gouvernement davantage de transparence à propos de la campagne de dépistage. Les réponses fournies par le duo Lenert-Meisch n'ont pas convaincu Claude Wiseler.

(ER avec wel) - La manière dont le gouvernement entend réaliser les tests de dépistage du covid-19 à l'ensemble de la population, pour un budget estimé à 40 millions d'euros, continue à soulever de nombreuses questions au sein de l'opposition et plus particulièrement du côté du CSV. Les différentes parties se sont notamment expliquées mardi en Commission parlementaire. 

Le ministre de la Recherche scientifique Claude Meisch (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ont dû faire face aux questions des députés. Parmi les questions posées, pourquoi les tests ont-ils été achetés par Fast Track Diagnostics et pourquoi le monopole pour un seul des trois laboratoires privés au Luxembourg?

«L'urgence est utilisée comme prétexte»

«Nous avons eu la réponse que c'était le seul test valable qui était suffisamment disponible sur le marché et nous devons en prendre note, même si d'autres laboratoires disent le contraire», a expliqué Claude Wiseler  au Luxemburger Wort

Le député CSV a regretté que les analyses ne soient possibles que dans un seul des trois laboratoires. «Si vous avez besoin de la capacité maximale pour les essais de masse, pourquoi ne pas prendre les trois laboratoires? Nous n'avons pas eu de réponse».


A picture taken on April 20, 2020, in Lieges, shows a technician carrying out a COVID-19 (novel coronavirus) serological test with a kit produced by Belgian biotechnical company ZenTech. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)
Le flou persiste autour du dépistage généralisé
Prévu à l’origine le 19 mai, le dépistage de l’ensemble de la population du Luxembourg continue de soulever des questions. Aux grands maux, les grands remèdes : les laboratoires d'analyses médicales ont décidé d'interpeller la ministre de la Santé en ce début de semaine pour obtenir - enfin - des réponses.

Le fait que la société de logistique Ecolog, qui a obtenu un contrat de trois mois jusqu'au 31 juillet pour effectuer des tests de masse sur 17 sites à travers le pays, a été recrutée sans appel d'offres pose également quelques questions. «Cette société était disponible sur le marché», précisent les ministres Meisch et Lenert. «L'urgence est utilisée comme prétexte, mais même en cas d'état d'urgence, la loi sur les appels d'offres a un rôle important à jouer. Nous examinerons cela plus tard», précise encore Claude Wiseler.

Ce dernier regrette aussi que le projet initial, qui visait à tester à plusieurs reprises l'ensemble de la population et les frontaliers, soit revu à la baisse. 486.000 tests sont disponibles et les résidents ne seront contrôlés qu'à une reprise. De quoi entamer la crédibilité des autorités estime le député de l'opposition. «Il y a maintenant des doutes sur l'ensemble de l'action et qu'adviendra-t-il des tests après le 31 juillet?»  


23.03.2020, Bayern, München: Eine Mitarbeiterin am Institut für Virologie der technischen Universität München (TUM) arbeitet in einem Labor an einer Sterilbank mit Zellkulturen. Foto: Sven Hoppe/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le testing généralisé dans les écoles attendra
Les députés ont évoqué ce mardi la stratégie des tests mise en place par le gouvernement. Une approche qui semble porter ses fruits si l'on se réfère aux derniers chiffres publiés par le ministère de la Santé. Bien plus que le principe de l'immunité collective.

L'ancien ministre déplore également qu'aucune loi n'a été votée à propos du financement de cette campagne (40 millions d'euros). Enfin, Claude Wiseler pointe du doigt la campagne de dépistage mise en place pour les élèves et les enseignants avant la reprise des cours du 4 mai. «Moins de 40% d'entre eux ont participé sur base volontaire. Est-ce suffisant pour identifier les personnes infectées de façon asymptomatique et éviter une deuxième vague?».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif
La loi actant la prolongation des tests à grande échelle a été adoptée à l'unanimité mardi à la Chambre. Un plébiscite qui prouve le soutien que les députés portent à cette stratégie gouvernementale. La deuxième phase commencera début août, s'étendra sur plus de sept mois et coûtera 60,7 millions d'euros.
Israeli medical personnel take samples at a drive through COVID-19 testing facility in Ramat Hasharon in the suburbs of Tel Aviv, on June 1, 2020 during  measures imposed by the Israeli authorities to curb the spread of the novel coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
Objectif 20.000 tests par jour au Luxembourg
Du 27 mai au 28 juillet, 20 stations de dépistage du coronavirus fonctionneront sur l'ensemble du Grand-Duché. Comme ces tests reposent sur une base volontaire, le gouvernement lance un appel à la solidarité tant chez les résidents que parmi les frontaliers.
Lokales,Laboratoires Réunis-Corona-Test Drive-In.Junglinster. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Meisch invite élèves et enseignants au dépistage
Le ministre de l'Education et de la Recherche a annoncé que les élèves, qui s'apprêtent à retrouver le chemin des lycées dans quelques jours, peuvent être testés sur base volontaire depuis ce mardi. Une opération qui vise avant tout à rassurer mais aussi à collecter un maximum d'informations sur le mode de propagation du covid-19.
A teacher works in a classroom with a few pupils preparing for their Abitur exam at the the Phoenix Gymnasium secondary school in Dortmund, western Germany, on April 23, 2020, as social distancing is practiced amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. - Students preparing for the Abitur high school graduation with exams taking place in May are allowed to turn back to school in small groups with six students in a classroom. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)