Changer d'édition

Trois rivières polluées en deux mois
Luxembourg 1 4 min. 02.10.2019 Cet article est archivé

Trois rivières polluées en deux mois

L'état de pollution de la Sûre par des mousses et solvants à la suite de l'incendie qui a ravagé une partie de l'entreprise Euro-Composites

Trois rivières polluées en deux mois

L'état de pollution de la Sûre par des mousses et solvants à la suite de l'incendie qui a ravagé une partie de l'entreprise Euro-Composites
Photo: AGE/Service Information et Presse
Luxembourg 1 4 min. 02.10.2019 Cet article est archivé

Trois rivières polluées en deux mois

Maurice FICK
Maurice FICK
Fin juillet c'est la Chiers qui était impactée. Mi-septembre de nombreux poissons sont morts dans l'Alzette. Et depuis mardi, c'est au tour de la Sûre de subir les conséquences de l'incendie d'Euro-Composites. Quatre pollutions majeures en peu de temps qui posent question.

L'importance des ressources en eau pour le futur du pays est de plus en plus thématisé. Que ce soit par les fortes chaleurs qui assoiffent les rivières, les effets des algues bleues sur les activités au lac de la Haute-Sûre ou des projets économiques énergivores qui posent question comme le projet Google à Bissen. Trois incidents majeurs sont venus sérieusement compliquer la donne.

Dans le contexte de la toxicité réelle des fumées de Lubriziol, les images de la mousse blanche déversée mardi 1er octobre dans la Sûre près d'Echternach suite à l'énorme incendie de l'usine Euro-Composites, font froid dans le dos. 

Conséquence immédiate de l'incendie qui a mobilisé 100 pompiers de dix centres de secours, des «eaux d'extinction, la mousse d'extinction à base des substances polyfluorées, ainsi que des solvants et de la résine phénolique se sont écoulés vers la Sûre», a indiqué le ministère de l'Environnement mardi soir. 


La Sûre polluée suite à l'incendie d'Euro-Composites
Alors que le site industriel d'Echternach partait en fumée ce mardi midi, les eaux de la rivière luxembourgeoise ont été particulièrement touchées. Les autorités prennent des mesures urgentes afin d'endiguer au mieux possible la pollution.

En précisant que les autorités allemandes travaillent en concertation avec les agents de l'Administration de la gestion de l'eau et le CGDIS afin «d'endiguer au mieux l'écoulement» et «réduire l'impact sur l'écosystème» à Steinheim.

L'envergure réelle de la pollution émanant de l'extinction du feu mais aussi des produits utilisés pour fabriquer des matériaux composites dans l'usine est en cours d'évaluation dans le laboratoire de l'Administration de la gestion de l'eau à Esch-sur-Alzette. 

L'Alzette face à deux accidents techniques

Courant septembre, l'Alzette avait aussi été victime, à deux reprises, de pollutions d'envergure. Mercredi 18 septembre vers 18 heures une erreur technique survenue sur le chantier d'un nouveau bassin d'orage à Bettembourg, était à l'origine d'un déversement de près de 600 m3 d'eaux usées sans traitement biologique dans la rivière. La ministre de l'Environnement (déi gréng), Carole Dieschbourg, a demandé un rapport détaillé circonstancié.


Zahlreiche Fische verendeten wegen Sauerstoffmangels.
L'Alzette fait les frais de la pollution sur 17 km
Dans la nuit de vendredi à samedi, la station d'épuration de Bergen aura déversé 20.000 m3 d'eaux impures dans la rivière. De quoi souiller le cours d'eau de Luxembourg à Mersch.

Quelques jours auparavant, vendredi 13 septembre peu avant 20 heures, l'Alzette avait déjà souffert d'un «désastre écologique» pour reprendre les mots utilisés par  Jean-Paul Lickes, directeur de l'Administration de la gestion de l'eau. 

La panne d'un automate de la station d'épuration de Beggen a provoqué l'évacuation de près de 20.000 m3 d'eaux non traitées dans la rivière. Sur 17 km, la matière organique déversée a privé les poissons d'oxygène, tout comme les insectes aquatiques, les végétaux et autres micro-organismes de l'Alzette. Lydie Polfer avait assuré devant la presse que la Ville de Luxembourg assumerait sa charge selon le principe du pollueur payeur.

Les leçons de la Chiers 

La pollution de la Sûre rappelle indéniablement celle de la Chiers survenue le 31 juillet. L'incendie de l'usine Kronosopan à Sanem, le plus long du pays, a vu se déverser des milliers de mètres cubes d'eau d'extinction et de mousse utilisées par les pompiers, dans le lit de la Chiers. Provoquant «une charge polluante importante de composés azotés», a souligné Carole Dieschbourg. Là aussi, la faune et la flore ont été impactées même si  «une quantité limitée de poissons morts» a été repérée par l'Administration de la gestion de l'eau.


Les 7 millions de m3 d'eau déversés pour éteindre le feu auront causé une pollution et la mort de poissons dans la rivière en aval.
La Chiers impactée par l'incendie chez Kronospan
Des milliers de m3 d'eau ayant servi à l'extinction du feu pris, à Sanem, dans la fabrique de panneaux de bois ont pollué la rivière, fin juillet. Au-delà de cet incident, se pose la question de l'efficacité des bassins de rétention installés près des sites industriels.

En cause dans l'incident, le bassin de rétention de la zone industrielle de Sanem. Carole Dieschbourg a reconnu des insuffisances «en raison de son âge et d'un manque d'entretien». Un groupe de travail devrait voir le jour pour plancher sur le problème des eaux d'extinction lors des incendies de grande envergure dans les zones d'activités ou lors des feux de végétation.

Le petit ruisseau du Bassin minier qui prend sa source à Oberkorn et se déverse dans la Meuse a déjà connu bien des déboires par le passé. Les industries voisines sont en cause mais pas seulement.  


Sur le même sujet

La première vague de chaleur estivale met déjà en alerte le ministère de l'Environnement. Chacun est ainsi invité à ne pas abuser de la ressource en eau dont un hiver sec n'a pas aidé à la reformation des stocks.
Lokales, Hitzewelle, Hitze,Temparuren bis über 40 Grad, Luxemburg Zentrum, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Ces cinq dernières années, l'Administration de la gestion de l'eau aura eu connaissance de 441 cas de pollution de cours d'eau. Et rien qu'en 2019, plus de la moitié des auteurs de ces dégradations auront pu être identifiés et donc payé pour la réparation des dégâts environnementaux.
Plus de deux mois après la pollution du cours d'eau entraînée par l'incendie de l'entreprise, le gouvernement craint une contamination des poissons. C'est la société qui devra régler la note de l'étude plus poussée qui est prévue.
Les mousses d'extinction des pompiers se sont déversées dans le cours d'eau, causant des dégâts durables.
Alors que le site industriel d'Echternach partait en fumée ce mardi midi, les eaux de la rivière luxembourgeoise ont été particulièrement touchées. Les autorités prennent des mesures urgentes afin d'endiguer au mieux possible la pollution.