Changer d'édition

Trois questions à un médecin: "Ils pleurent au téléphone pour que je les prenne"
Luxembourg 3 min. 30.10.2015

Trois questions à un médecin: "Ils pleurent au téléphone pour que je les prenne"

Désespérés, les patients appellent à l'aide

Trois questions à un médecin: "Ils pleurent au téléphone pour que je les prenne"

Désespérés, les patients appellent à l'aide
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 30.10.2015

Trois questions à un médecin: "Ils pleurent au téléphone pour que je les prenne"

Ce médecin luxembourgeois a accepté de nous parler mais a souhaité préserver son anonymat. Il connaît bien la maladie de Lyme chronique et traite régulièrement des patients en grande souffrance physique et psychique.

Par Christelle Raineri

Ce médecin luxembourgeois a accepté de nous parler mais a souhaité préserver son anonymat. Il connaît bien la maladie de Lyme chronique et traite régulièrement des patients en grande souffrance physique et psychique.

  • Pourquoi la plupart des médecins ont tant de mal à diagnostiquer cette maladie?

"Ils ne la connaissent pas tout simplement. A la faculté de médecine, on ne l'apprend pas: la borréliose de Lyme représente 4 minutes de cours. On nous dit que c'est transmis par une tique, qu'il faut prescrire trois semaines d'antibiotiques et ça s'arrête là.""Les tests utilisés sont largement remis en cause. Le test ELISA (utilisé au Luxembourg et en Europe, ndlr) ne détecte que 20 à 40% des cas! Aux Etats-Unis, une autre méthode, plus fiable, est aujourd'hui reconnue. Elle est aussi utilisée à Augsbourg en Allemagne.""Et puis, traiter la maladie de Lyme chronique prend beaucoup de temps. Or, aujourd'hui, notre médecine c'est cinq minutes, pas plus..."

  • La direction de la Santé indique que si elle ne dispose pas de chiffres sur les cas au Luxembourg, c'est parce que les médecins ne les déclarent pas. C'est vrai?

"Oui. Et je suis d'avis qu'il vaut mieux continuer à ne rien dire, comme ça on a encore une certaine liberté dans nos prescriptions. On ne subit pas de pression.""La borréliose de Lyme chronique est une maladie très chère: il a été établi que si elle était reconnue, cela coûterait 16.600 euros par an et par patient à la CNS, car la plupart des malades pourraient prétendre à une invalidité.""Ces patients sont donc actuellement traités pour des fibromyalgies, des scléroses en plaques, des rhumatismes, et effectivement, la direction de la Santé ne dispose d'aucun chiffre qui soit réaliste."

  • Le prix Nobel de médecine 2008, découvreur du virus du VIH en 1983, Luc Montagnier, soutient que la borréliose de Lyme est déjà une épidémie mondiale et qu'elle touchera plus de personnes que le SIDA au cours du 21e siècle. Etes-vous d'accord?

"Oui. Le 19e siècle fut le siècle des bactéries, avec Pasteur, le 20e siècle celui des virus, avec le SIDA, la syphilis, le 21e sera le siècle des parasites.""La borrélie, bactérie en cause dans la maladie de Lyme, est un parasite dont vous ne pouvez pas vous débarrasser. Vous êtes atteint pour toute la vie. Je me suis spécialisé dans cette maladie. Je vois beaucoup de cas. Nombre de mes patients viennent même de l'étranger pour me consulter. Ils pleurent au téléphone pour que je les prenne...""Cette maladie n'a rien de psychologique, elle existe bel et bien. Quant au mode de transmission, les tiques ne représentent que 30% des cas. En majorité, il s'agirait de personnes qui ont été infectées in utero, par leur mère, elle-même atteinte. Les borrélies atteignent sans problème le foetus." 

Lisez l'intégralité de notre enquête au Luxembourg en cliquant ici. Voici les articles principaux:


Sur le même sujet

Prévention: Morsures de tiques: le ministère alerte le public
Le ministère de la Santé alerte la population sur les risques liés aux morsures de tiques au Luxembourg. Comment se prémunir? Quoi faire en cas de morsure? Un site web d'information est lancé, des dépliants vont être distribués, et chacun pourra demander gratuitement une pince à tique.
Commentaire: Ne fermons plus les yeux
Les patients atteints de borréliose de Lyme chronique au Luxembourg demandent aux autorités de reconnaître l'existence de la maladie et d'être pris en charge dans leur pays.