Changer d'édition

Trois milliards d'emprunts maximum pour sortir de la crise
Luxembourg 4 min. 14.04.2020

Trois milliards d'emprunts maximum pour sortir de la crise

Le député André Bauler (DP) a pu entendre les préconisations du ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP) ce mardi matin.

Trois milliards d'emprunts maximum pour sortir de la crise

Le député André Bauler (DP) a pu entendre les préconisations du ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP) ce mardi matin.
Photo Archives : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 14.04.2020

Trois milliards d'emprunts maximum pour sortir de la crise

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si l'Etat luxembourgeois doit avoir recours à un ou plusieurs crédits sur les marchés financiers, les députés de la commission des Finances ont validé ce mardi un montant maximal.

Il y a six mois, le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) présentait à la Chambre un budget de 20 milliards d'euros pour l'année 2020. Comme tout cela semblait loin, à l'heure où ce mardi matin, le même responsable politique s'est présenté devant la commission des finances. Il est vrai que, depuis, le microscopique covid-19 est venu perturber le bel ordonnancement économique du pays. Pour faire face à la crise, le gouvernement a sorti l'artillerie lourde: 8,8 milliards d'aides et soutiens. Cela impacte forcément les comptes publics.

Si le pays a les reins solides, il vient tout de même de se mettre sur les épaules de sérieuses charges. Poids financiers que Pierre Gramegna et son homologue de l'Economie, Franz Fayot (LSAP) ont détaillé aux députés réunis pour étudier le projet de loi n°1745. Des dépenses imprévues, il y en aura en raison du plan de stabilisation annoncé le 25 mars dernier. Ne serait-ce que ce milliard d'euros dédié au chômage partiel (sur deux mois) ou ces 1,5 milliard d’euros servant à compenser le coût du congé pour raisons familiales ou les reports directs et indirects de montants dus au Trésor luxembourgeois. 


Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'incertitude économique reste encore de mise
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.

Il est aussi question que l'Etat assume des garanties pour des prêts souscrits par des entreprises malmenées par la crise. «Le gouvernement évoque 2,5 milliards d'euros de garanties», indique André Bauler. Et le député DP, rapporteur du futur projet de loi, d'expliquer: «C'est la limite que nous admettrons pour des demandes faites entre le 18 mars et jusqu'au 31 décembre 2020. Sachant que l’Etat a opté pour se porter recours de 85% de la part du montant des prêts éligibles, 15% sont garantis par les banques».

Six banques luxembourgeoises sont d'ores et déjà prêtes à souscrire à ce type de convention. Et seuls ces établissements seront autorisés à accepter ou refuser les avances de crédits. Car selon le ministre des Finances, les partenaires bancaires ont toute l'expertise pour juger qui est susceptible de bénéficier de ce cautionnement public. «Pas de double contrôle, ce sera plus rapide ainsi.»

Afin que ce dispositif de sauvetage soit mis en œuvre sans attendre, la Chambre est invitée à se prononcer en faveur du projet de loi dès ce vendredi 17 avril, à l'occasion d'une séance plénière organisée au Cercle Cité. Pierre Gramegna indiquant qu'il estimait que les organismes prêteurs devraient avancer des taux entre 2 et 3%. Et sachant que, déjà, de nombreuses banques ont accordé des moratoires de remboursement pour des prêts en cours. «Le ministre Fayot a parlé de 7.000 reports déjà validés. Soit 90% d'acceptation», note André Bauler.

Et l'Etat, à quel cours va-t-il emprunter, lui? Nul ne le sait encore. Mais certainement pas à taux négatif comme en novembre dernier... Seule certitude: son droit de tirage se monte à trois milliards d'euros d'emprunts, somme plafond. «Ces dernières années, nous avons eu un recours à l'emprunt limité. Mais la crise autorise à faire bouger le curseur. Cependant, les députés exigent du ministre Gramegna d'avoir une parfaite lisibilité sur ce à quoi servent les sommes réclamées sur les marchés financiers», insiste le rapporteur du projet de loi. Pour l'heure, les autres emprunts prévus à l'exercice budgétaire 2020 n'ont pas lieu d'être remis en cause.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus de 73.000 salariés déjà admis en chômage partiel
Ce lundi, le comité de conjoncture a validé 2.594 demandes d'entreprises à bénéficier des mesures de chômage partiel. Soit déjà 86,6 millions d'euros d'aides accordées trois semaines après les premiers arrêts d'activité. Hors cas pris en charge par l'ADEM.
24.02.10 illustration chomage krise arbeitslos photomontage : Marc Wilwert
Un levier inédit de 400 millions d'euros
La Société nationale de crédit et d'investissement (SNCI) va aider les entreprises luxembourgeoises en mal de liquidités. Aux côtés des banques privées, l'établissement public pourra débloquer rapidement de 12.500 à 10 millions d'euros de prêt.
Des aides inédites au secours des PME
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.
Le Luxembourg emprunte à taux négatif
Le gouvernement a sept ans pour rembourser 1,7 milliard d’euros demandés auprès d'un consortium de banques. Pour la première fois, le taux demandé est négatif: -0,247%.
Pierre Gramegna, le «grand argentier» luxembourgeois, a réussi un joli coup. Une première même.