Changer d'édition

Trois fake news sur les vaccins à la loupe
Luxembourg 3 2 min. 02.09.2021
Covid-19

Trois fake news sur les vaccins à la loupe

Pour éviter de tomber dans le piège, Anna Chioti recommande de s'informer «sur les sites officiels d'institutions sanitaires et à travers des médias fiables».
Covid-19

Trois fake news sur les vaccins à la loupe

Pour éviter de tomber dans le piège, Anna Chioti recommande de s'informer «sur les sites officiels d'institutions sanitaires et à travers des médias fiables».
Photo:AFP
Luxembourg 3 2 min. 02.09.2021
Covid-19

Trois fake news sur les vaccins à la loupe

Modification de l'ADN, mortalité des enfants, infertilité... la Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la pharmacie et des médicaments, décrypte en vidéo trois idées reçues sur la vaccination contre le covid.

(m.d. avec Sibila Lind) Alors qu'il cherche à convaincre les derniers réticents de se faire vacciner, le gouvernement se heurte encore à un phénomène de masse: les fake news. Et si la majorité des résidents est aujourd'hui vaccinée, ces fausses informations et autres théories du complot ne facilitent pas la tâche des autorités.  


FILE PHOTO: A man walks past anti-vaccine graffiti amid the outbreak of the coronavirus disease (COVID-19) in Belfast, Northern Ireland January 1, 2021. REUTERS/Phil Noble/File Photo
Qui se cache derrière les 13% opposés au vaccin?
Si huit résidents sur dix se sont déclarés favorables à l'injection du sérum anti-covid, selon une étude du Statec parue mardi, certains s'y opposent encore et toujours. Avec comme argument principal les incertitudes dans les effets à long terme. Explications.

«L'hésitation vaccinale existait déjà avant le covid, mais dans ce cas il s'agit surtout d'un problème de confiance», note le Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la pharmacie et des médicaments. Et les campagnes de désinformation menées sur les réseaux sociaux ne facilitent pas la tâche. «Il faut aussi avoir en tête que ces fake news sont relayées par un petit nombre d'individus, qui ont toujours un intérêt personnel derrière ces campagnes de désinformation», indique la praticienne. 

Ainsi aux Etats-Unis, le centre de lutte contre la haine en ligne a révélé que les fausses informations concernant le vaccin étaient publiées et partagées par douze internautes. Analysant quelque 810.000 publications entre février et mars sur Twitter et Facebook, cette ONG a découvert que ce petit groupe produisait à lui seul 65% des contenus de désinformation. «Ce sont souvent des gourous qui véhiculent leurs théories antivax grâce à des dizaines de comptes, comme une toile d'araignée», précise le Dr Chioti. Des personnes qui selon elle «profitent de ces messages pour vendre des régimes ou des protocoles miracles». 


Messages clairs pour ces contestataires venus s'exprimer une nouvelle fois au centre de la capitale.
Le covid, «terreau idéal» des théories du complot
Depuis mars 2020 et l'apparition du covid, une frange de la population réfute en bloc les effets de la pandémie. Un «mécanisme de protection» auquel n'échappe pas le Luxembourg, explique Claus Vögele, professeur en psychologie au sein de l'Uni.

Pour éviter de tomber dans le piège et encourager à la vaccination, les autorités sanitaires misent donc sur des «campagnes de sensibilisation lisibles». Newsletters, messages sur les réseaux sociaux, vidéos, ... le gouvernement a multiplié les approches pour «informer le mieux et le plus possible» les résidents sur «la fiabilité et la nécessité des vaccins». Anna Chioti s'est elle-même prêtée au jeu et décrypte trois infos qui circulent encore sur les réseaux sociaux.

«Le virus va modifier durablement votre ADN»

«Le vaccin va tuer vos enfants»

«Se faire vacciner rend stérile»


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si les chiffres de contamination n'ont pas bondi et si le gouvernement ne se fera pas plus sévère dans la prochaine loi Covid, c'est grâce à ce dispositif de contrôle, assurent Premier ministre et ministre de la Santé.
Lokales, Schueberfouer, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Quitte à facturer maintenant le dépistage PCR payant, le gouvernement veut voir encore progresser le nombre de citoyens vaccinés contre le coronavirus. Histoire de gagner la course contre-la-montre face au virus.
Politik, briefing Lenert/Bettel, Xavier Bettel, Paulette Lenert Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pour le Dr Oliver Kohns, chercheur à l'Uni, le choix du vaccin va au-delà d'une protection personnelle contre le virus, ce qui explique les divergences. Pour autant, il estime que ces tensions ne s'apparentent pas non plus à des fractures.
L'injection, le 19 août dernier, d'une deuxième dose anti-covid au Premier ministre a soulevé divers questionnements. En effet, aux sujets déjà frappés par le covid, il est souvent dit de ne pratiquer qu'une seule vaccination. Explications
Quatre mois après sa première injection, le Premier ministre présente un schéma vaccinal complet.
La plateforme a mis à jour ses règles d’utilisation pour enrayer la propagation de fausses informations au sujet des vaccins contre le covid-19. Sans toutefois préciser les moyens mis en oeuvre dans ce cadre.