Changer d'édition

Brèves Luxembourg 09.02.2021

Pas de réouverture possible avant ce mercredi 10 février pour «Top Crèches». La structure sise 19, rue Théodore Gillen a en effet été placée en quarantaine à compter de samedi dernier. Onze cas positifs avaient en effet été dépistés parmi les bambins et les personnels de l'établissement. La règle, fixée par le ministère de l'Education et de la Jeunesse, est stricte à cet effet : un seul cas signalé dans les lieux d'accueil de la petite enfance déclenche immédiatement une fermeture temporaire.

Alors qu'elles avaient été mises sur pied d'égalité avec le système scolaire en tout début d'année (n'étant autorisées à rouvrir que le 11 janvier après les vacances de fin d'année), les crèches sont actuellement libres de fonctionner. Au contraire des écoles fondamentales qui, elles, ont redécouvert les «joies» du Schouldoheem depuis lundi.

Vendredi, le ministre de l'Education et de la Jeunesse, devrait préciser les modalités de reprise des cours pour les scolaires au terme des congés de Carnaval. Sans doute Claude Meisch (DP) en profitera-t-il pour éclaircir la position du gouvernement en ce qui concerne les crèches du pays. Après tout, la crainte des variants et de leur rapide transmission d'un sujet à l'autre est tout aussi préoccupante pour les 0-4 ans. Une tranche d'âge qui représente aujourd'hui 4,6% des 2.576 infections actives dans le pays.

Aujourd'hui

Brèves International 2 min. Aujourd'hui à 07:57

(AFP) - Les vaccins anti-covid sont a priori efficaces contre Omicron, qui ne semble pas plus dangereux que Delta, le variant qui circule le plus dans le monde, ont déclaré de hauts scientifiques de l'OMS et de la Maison Blanche. «Il n'y a aucune raison de douter du fait que les vaccins actuels protègent les malades contaminés par Omicron contre les formes sévères du covid», a estimé Michael Ryan, le responsable des urgences de l'OMS, dans un rare entretien avec l'AFP.

«Nous avons des vaccins très efficaces qui ont démontré leur pouvoir contre tous les variants jusqu'à présent, en termes de sévérité de la maladie et d'hospitalisation, et il n'y aucune raison de penser que cela ne serait pas le cas avec Omicron», a martelé le docteur Ryan. Il a toutefois reconnu que les vaccins pourraient se révéler moins efficaces contre Omicron, qui se distingue par un nombre très élevé de mutations. Mais «il est fort improbable» que le variant puisse échapper totalement à la protection conférée par les vaccins.

Des symptômes plus légers

Il est «quasiment certain» qu'Omicron ne cause pas de cas plus graves que Delta, a déclaré le scientifique américain, ajoutant qu'il faudrait attendre «deux semaines au moins» pour savoir s'il se révèle même moins dangereux. «Il y a quelques signes montrant qu'il se pourrait même qu'il soit encore moins grave», a-t-il ajouté. Toutefois, Omicron est «clairement hautement transmissible», probablement davantage que Delta, selon le Dr Fauci.  

Le responsable de l'OMS a souligné que l'on en était au tout début des études d'un variant détecté seulement le 24 novembre par les autorités sud-africaines et qui a depuis été repéré dans des dizaines de pays. Pas encore au Luxembourg d'ailleurs. «Le comportement général que nous observons jusqu'à présent ne montre aucune augmentation de la sévérité. De fait, certains endroits en Afrique australe font état de symptômes plus légers», a insisté le médecin, à l'instar de ce qu'avait dit un peu plus tôt Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche. 

Hier

Brèves International 2 min. 07.12.2021

(AFP) Instauré il y a trois semaines en Autriche, le reconfinement prendra fin lundi prochain, comme prévu, sauf pour les personnes non vaccinées, a annoncé le gouvernement autrichien mardi. Les contaminations sont à la baisse, ce qui a permis à l'exécutif de se mettre «d'accord pour mettre fin au confinement», a déclaré le nouveau chancelier conservateur Karl Nehammer. Un peu plus de 4.200 cas de contamination ont ainsi été recensés en 24 heures selon les chiffres publiés ce mardi, contre 16.000 cas au plus fort de la vague mi-novembre.

La feuille de route pour cette réouverture progressive doit être détaillée mercredi. «Nous serons aussi prudents que possible», a assuré le dirigeant, alors que le secteur hospitalier reste sous tension. Plus de 3.000 personnes sont toujours hospitalisées, dont 670 en soins intensifs, le chiffre le plus haut jamais enregistré cette année. Confronté à un risque de saturation des hôpitaux et à un taux de vaccination qui s'élevait alors à seulement 66%, le pays avait décidé de restreindre à nouveau les libertés à compter du 22 novembre.

Un reconfinement coûteux

Depuis, les Autrichiens, même vaccinés, n'ont en théorie plus le droit de quitter leur domicile sauf pour faire leurs courses alimentaires, du sport ou pour des soins médicaux. L'Autriche, qui a subi plusieurs confinements depuis l'émergence de la pandémie en mars 2020, était le premier pays à prendre de telles mesures en Europe. Un confinement qui coûte 800 millions d'euros par semaine à l'économie nationale selon l'institut de statistiques Wifo.

Longtemps situé en deçà de la moyenne européenne, le taux de vaccination a augmenté ces dernières semaines et atteint désormais 71,2%, en perspective d'une obligation vaccinale qui doit rentrer en vigueur en février 2022. «Nous devons prendre acte du fait que le virus va faire partie de notre vie et que seule une couverture vaccinale suffisante nous permettra d'éviter d'autres confinements», a martelé le chancelier, alors que la mesure divise toujours. En effet, des dizaines de milliers de personnes manifestent chaque samedi depuis l'annonce du projet de loi.

(FILES) In this file photo taken on August 27, 2020 French medicine professor and director of the IHU medical institute infectious diseases Didier Raoult attends the press conference about the situation of the Covid-19 in Marseille, southeastern France. (Photo by Christophe SIMON / AFP)
Brèves International 07.12.2021

(AFP) - La chambre disciplinaire de l'ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine a infligé un blâme au professeur Didier Raoult pour avoir communiqué «des informations qui ne s'appuyaient sur aucune donnée confirmée» en promouvant l'hydroxychloroquine comme traitement contre le covid. La chambre avait adressé, vendredi, un blâme à l'infectiologue marseillais sans rendre publiques jusqu'ici les motivations de cette sanction.

Elle n'a en revanche pas retenu les accusations de «charlatanisme» et de prises de «risque injustifié» pour avoir prescrit ce traitement à des patients, malgré son absence d'effet prouvé. «Le professeur Raoult a, au travers de différents médias et notamment sa propre chaîne au sein du média YouTube, donné des informations qui ne s'appuyaient sur aucune donnée confirmée, sans faire preuve de la prudence nécessaire alors qu'ont existé très rapidement de profondes incertitudes sur les traitements appropriés au Covid-19», a détaillé l'instance.

Pas un charlatan

En revanche, l'instance n'a pas retenu les accusations de «charlatanisme» et jugé que le «Pr Raoult n'a fait courir à ses patients aucun risque injustifié en prescrivant l'hydroxychloroquine aux doses habituellement préconisées».  

L'autorité professionnelle considère ainsi que le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU) de Marseille n'a pas communiqué avec la prudence requise et a «divulgué dans les milieux médicaux un procédé nouveau de traitement insuffisamment éprouvé» sans les «réserves qui s'imposaient». Il a aussi «manqué à son devoir de bonne confraternité» en s'exprimant «de manière peu correcte, discourtoise, voire agressive» à l'encontre d'autres médecins.

Une «victoire» selon l'avocat de Didier Raoult, Me Fabrice Di Vizio, qui se «satisfait» de cette décision. «L'accusation majeure dans ce dossier, et c'est quand même pas rien, c'est qu'il avait tué des patients» et la chambre considère qu'«il n'a fait courir à ses patients aucun risque injustifié», a souligné Me Di Vizio.

Travellers arrive in the international terminal at Los Angeles International Airport on December 3, 2021, where a rapid Covid-19 testing site opened. - The free tests are being offered to anyone arriving in Los Angeles who may feel sick of from any country reporting cases of the new omicron variant. (Photo by Frederic J. BROWN / AFP)
Brèves International 07.12.2021

(AFP) - Les autorités américaines ont prié leurs ressortissants d'éviter de se rendre dans une dizaine de pays dont la France et le Portugal (pourtant parmi les mieux vaccinés d'Europe) en pleine flambée épidémique sur le vieux continent. 

La liste des pays concernés par cette alerte des CDC comprend, outre la France et le Portugal, Chypre, Andorre et le Liechtenstein en Europe, ainsi que la Jordanie et la Tanzanie. Le département d'Etat y ajoute le Mali et les îles Fidji, qui ont notamment signalé lundi leur premier cas de variant Omicron.

Mesures révisées

La France, où le nombre de nouveaux cas quotidiens se compte désormais en dizaine de milliers (avec 42.252 cas dimanche), a annoncé lundi soir de nouvelles restrictions: renforcement du protocole sanitaire à l'école, fermeture des discothèques pour quatre semaines, facilitation de la vaccination des plus de 65 ans...

Le Portugal, qui affiche le taux de couverture vaccinale le plus élevé d'Europe (87% de la population totale), avait rétabli dès la semaine dernière des mesures de contrôle de l'épidémie (port du masque, pass sanitaire), tout en lançant une nouvelle campagne de vaccination à marche forcée.

Avant-hier

05.12.2021, Berlin: Ein junger Mann kontrolliert die Impfausweise am Einlass zum Viertelfinale der Fernsehshow "The Voice of Germany". Foto: Britta Pedersen/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Brèves International 06.12.2021

(AFP) - Les personnes non vaccinées en Italie ne pourront plus aller au cinéma, au théâtre, à des concerts ou à de grands événements sportifs, selon de nouvelles restrictions entrées en vigueur lundi. La péninsule, comme ses voisins européens, fait face à un rebond des contaminations au coronavirus et a adopté ce nouveau train de mesures pour tenter de l'enrayer. Seule exception à cette règle: les personnes récemment guéries du covid, qui ont elles aussi accès au «super pass sanitaire» accordé aux vaccinés (3G).

Le pass sanitaire de base, accessible avec un test négatif, est en revanche suffisant pour aller sur son lieu de travail. La mesure a été instaurée depuis octobre dernier, à l'image de ce que s'apprête à faire le Grand-Duché à la mi-janvier, lui. Ce pass de base est aussi valide pour manger en terrasse ou prendre un café debout au bar. Mais ce justificatif (jusqu'ici exigé pour prendre l'avion ou les trains longue distance) sera désormais aussi exigé pour les transports locaux comme les bus, métros ou trains régionaux.

Téléchargements de dernière minute

Des contrôles ont commencé lundi matin dans les gares à travers tout le pays et un nombre record de 1,3 million de pass sanitaires ont été téléchargés dimanche en vue de ce tour de vis. Ce week-end, à Rome, le port obligatoire du masque à l'extérieur est entré en vigueur dans les artères les plus commerçantes, particulièrement fréquentées en vue des achats de Noël.

L'Italie, premier pays européen durement frappé par la pandémie début 2020, a enregistré jusqu'ici plus de 134.000 décès. Même si les contagions sont en hausse, elle fait mieux que ses voisins, avec entre 15.000 et 20.000 nouveaux cas quotidiens enregistrés ces derniers jours. Presque 85% des plus de 12 ans sont complètement vaccinés, la campagne pour la 3ème dose est en cours et les vaccins seront bientôt disponibles pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.


(FILES) In this file photo taken on December 31, 2019 people celebrate as they watch the traditional New Year's fireworks at Copacabana Beach in Rio de Janeiro, Brazil. - The city of Rio de Janeiro announced on December 4, 2021 it suspended its New Year's celebrations after the emergence of the omicron variant of coronavirus in Brazil, a measure taken by most of the state capitals of the country. (Photo by DANIEL RAMALHO / AFP)
Brèves International 06.12.2021

(AFP) - La ville de Rio de Janeiro ne célébrera pas le Nouvel An avec les habituelles festivités en raison de l'arrivée au Brésil du nouveau variant Omicron, ont annoncé les autorités municipales. Cette décision fait craindre une possible annulation du célèbre carnaval, qui devrait se dérouler du 25 février au 1er mars, déjà annulé l'an dernier en raison de l'épidémie de Covid-19.

«Nous allons annuler la célébration officielle du Nouvel An», des festivités qui réunissent habituellement sur la plage de Copacabana, avec musique et feux d'artifice, quelque trois millions de personnes, a déclaré «avec tristesse» le maire de la ville, Eduardo Paes, sur Twitter.

Pour l'instant, le Brésil compte six cas confirmés de personnes contaminées par le variant Omicron, deux à Brasilia, un à Porto Alegre et trois à Sao Paulo, qui a également annulé vendredi ses célébrations de Nouvel An. Une vingtaine d'autres capitales provinciales (sur 27 en tout) ont pris la même décision.

Ces nouvelles restrictions font peser des doutes sur l'organisation du carnaval au Brésil, notamment sur celui de Rio, l'une des plus grosses fêtes de la planète. «Nous sommes à trois mois du carnaval (...). Je me fie toujours à la science. Espérons que nous n'aurons pas à également annuler le carnaval», avait commenté Eduardo Paes au cours d'une conférence de presse en fin de semaine.

Cela fait plusieurs semaines que le maire de la ville fait dépendre l'organisation du carnaval de la situation épidémiologique, qui s'est nettement améliorée grâce à la vaccination (63% des 213 millions de Brésiliens sont complètement vaccinés).