Changer d'édition

Travailler à la Commission européenne: "ce n'est plus ce que c'était"
Luxembourg 3 min. 07.03.2014 Cet article est archivé

Travailler à la Commission européenne: "ce n'est plus ce que c'était"

Un des nombreux couloirs du bâtiment Jean Monnet à Luxembourg

Travailler à la Commission européenne: "ce n'est plus ce que c'était"

Un des nombreux couloirs du bâtiment Jean Monnet à Luxembourg
Photo: Romain Schanck
Luxembourg 3 min. 07.03.2014 Cet article est archivé

Travailler à la Commission européenne: "ce n'est plus ce que c'était"

Depuis quelques années, la Commission européenne à Luxembourg doit faire face à un important "turn-over" parmi ses employés. La faute à qui?

"La Commission européenne est l'instance qui favorise l'élément de fédéralisme dans la construction de l'UE, mais ce facteur n'est plus trop tendance dans certains Etats-membres", explique Francisco Fernandez Fernandez, vice-président du Comité local du personnel de la Commission européenne à Luxembourg, "ce qui contribue à une perte d'attractivité pour la fonction publique européenne".

Autre phénomène: la réduction des postes dans le cadre de la politique d'austérité. "Le vice-président de la Commission européenne a proposé de réduire le nombre de postes de 5% et d'augmenter le temps de travail à 40h/semaine", précise Robert Klar, président du Comité local du personnel.

A la question de savoir quelle est l'origine de ce problème d'attractivité, Robert Klar estime qu'elle découle de la première réforme de la fonction publique européenne de 2004.

"Depuis cette réforme, les conditions d'engagement sont devenues tellement peu intéressantes qu'il y a de plus en plus de gens, même s'ils réussissent un concours, qui ne viennent pas ou terminent leur période de stage de neuf mois puis s'en vont car ils ne parviennent pas à joindre les deux bouts", explique Robert Klar.

Un comble quand on sait que le taux de réussite des concours d'entrée à la Commission européenne se situe entre 1 et 2%.

"Des entreprises privées font leur marché à la Commission européenne"

"Il y a un autre phénomène curieux. Certaines entreprises s'intéressent à des fonctionnaires européens qui ont travaillé pendant deux ans ou plus dans des services pointus de la Commission", explique Francisco Fernandez Fernandez, "elles leur propose de meilleurs avantages et le tour est joué".

"Certaines entreprises privées font leur marché parmi les directions générales, peut-être moins à Luxembourg qu'à Bruxelles, mais c'est le cas", renchérit-il, "la Cour de justice européenne, par exemple, est même obligée d'engager du personnel à un grade plus élevé pour être sûre qu'il accepte de venir, mais bien souvent il reste sous-payé par rapport à ses qualifications".

"Un employé ne devient véritablement performant qu'au bout de quelques années de pratiques", poursuit le vice-président du Comité local du personnel, "or s'il se fait débaucher ailleurs ou qu'il décide de s'en aller, c'est dévalorisant pour la Commission".

Bruxelles bien plus attrayante que Luxembourg

"Une fois que les fonctionnaires se rendent compte qu'il n'y a aucun avantage à travailler ici, ils se tournent vers Bruxelles ou retournent dans leur pays", explique Robert Klar.

"Un fonctionnaire parviendra à mieux s'en sortir financièrement à Bruxelles car le pouvoir d'achat est plus élevé", renchérit Francisco Fernandez Fernandez.

D'après un calcul de ce dernier, le salaire d'un administrateur à Bruxelles le fait figurer dans les 10% des personnes les mieux rémunérées en Belgique.

"A Luxembourg, il sera tout juste dans la moyenne", précise le vice-président du Comité local du personnel, "un assistant qui, à Bruxelles est dans la moyenne, figure dans les 25% les moins rémunérés au Luxembourg soit sous le seuil de pauvreté".

"Travailler dans un environnement multiculturel et international avec la possibilité d'être muté dans un autre pays, cela donne plus de perspectives de développement professionnel, mais avec les conditions qui se dégradent, cela n'attire plus grand monde", conclut Robert Klar.

Charline Lebrun


Sur le même sujet