Changer d'édition

Transition énergétique: Ungersheim, bourgade alsacienne, fait rêver des Luxembourgeois
Luxembourg 4 min. 07.03.2017

Transition énergétique: Ungersheim, bourgade alsacienne, fait rêver des Luxembourgeois

Une maison typique, à Ungersheim.

Transition énergétique: Ungersheim, bourgade alsacienne, fait rêver des Luxembourgeois

Une maison typique, à Ungersheim.
Image d'illustration: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 07.03.2017

Transition énergétique: Ungersheim, bourgade alsacienne, fait rêver des Luxembourgeois

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Trois élus de la commune alsacienne d'Ungersheim sont venus au Luxembourg, à l'invitation du CELL (Centre for Ecological Learning Luxembourg). Leur commune, située près de Mulhouse est officiellement en «transition énergétique».


La transition énergétique: devenir indépendant des énergies fossiles en produisant localement de l'énergie verte, entre autres principes.
La transition énergétique: devenir indépendant des énergies fossiles en produisant localement de l'énergie verte, entre autres principes.
Illustration: Shutterstock

Par Anne Fourney

Trois élus de la commune alsacienne d'Ungersheim sont venus au Luxembourg, à l'invitation du CELL (Centre for Ecological Learning Luxembourg). Leur commune, située près de Mulhouse est officiellement en «transition énergétique».

A Ungersheim, on paie (en partie) en «radis», une monnaie locale, on se déplace à vélo ou à cheval quand c'est possible, on consomme autant que possible bio et du jardin d'à côté, et on s'éclaire, en partie toujours, grâce aux panneaux voltaïques. Ce petit monde n'est pas encore idéal, et tout cela est vrai en partie seulement. Mais Ungersheim a réussi sa transition énergétique. C'est un film documentaire, «Qu'est-ce qu'on attend?», qui a procuré à cette bourgade de 2.500 habitants une certaine notoriété.

Jean-Claude Mensch, maire d'Ungersheim, bourgade alsacienne d'à peine 2.500 habitants.
Jean-Claude Mensch, maire d'Ungersheim, bourgade alsacienne d'à peine 2.500 habitants.
Guy Jallay

Le maire Jean-Claude Mensch, en place depuis 1989, et deux de ses conseillers municipaux, sont donc venus témoigner du quotidien de leur commune, des actions mises en place et des projets. Ils ont bien sûr leurs détracteurs à Ungersheim «qui me doublent en 4x4 quand je me déplace à vélo et qui font exprès d'accélérer avec leur gros diesel en passant», mais poursuivent leurs actions depuis plusieurs années.

Des emplois ont pu être créés, grâce notamment aux «filières locales d'alimentation». Des bâtiments collectifs et 268 maisons sont chauffés grâce à une chaufferie au bois. Un pré de panneaux photovoltaïques est entré en service depuis un an et représente une cinquantaine de nouveaux emplois. Il fournit 5,4 GWh par an, «ce qui suffit à la consommation des habitants d'Ungersheim».

Le film «Qu'est-ce qu'on attend?» a déjà été diffusé au Luxembourg et le CELL souhaite organiser de nouvelles projections.

La transition énergétique au Luxembourg

Fondé en 2011, le CELL «coordonne et soutient les initiatives locales du mouvement Transition au Luxembourg».

Celui-ci a été fondé au Royaume-Uni par Rob Hopkins, enseignant en permaculture, en 2006. L'idée est de passer à l'autonomie énergétique à l'échelle communale en devenant peu à peu indépendant des énergies fossiles, en mettant l'accent sur le développement local et communautaire, tout en étant  respectueux de l'environnement.

Plusieurs communes au Luxembourg s'y sont mises. Celle qui est souvent citée en exemple est Beckerich, car c'est la première à avoir pris la voie de la transition; mais d'autres sont très actives aussi, comme Esch-sur-Alzette. «Nous avons un mot d'ordre: la débrouille entre citoyens», sourit calmement Eric Lavillunière, qui s'occupe des projets économiques de la transition et de l'accompagnement de projets.

Le premier projet qui a été monté à Esch dans le contexte de la transition énergétique est un jardin communautaire.

L'organisation s'est peu à peu étoffée, des groupes thématiques se sont formés sur les thèmes jardinage, alimentation, communication, énergie…

«Nous ne voulions pas d'organisation au départ pour éviter un système hiérarchique. Mais pour faire nos démarches il a été nécessaire de constituer une asbl et une société commerciale», poursuit Eric Lavillunière. Transition Minett voit le jour en 2011.

En 2013, Enercoop, une coopérative énergétique, est créée. Elle comprend 12 membres fondateurs et son objectif est l'économie d'énergie et l'énergie renouvelable. Le premier projet a été l'installation de panneaux photovoltaïques sur le hall sportif d'Esch-Lallange, en décembre 2014. Puis dans une école à Kayl-Tétange et au club canin de Bettembourg, et, fin 2016, sur les vestiaires du stade d'athlétisme de Schifflange.

Ambiance écolo et conviviale garantie

«Les panneaux solaires ont été achetés dans la Grande Région, nous restons en local», souligne Albert Kalmes, président du conseil d'administration de la coopérative TM Enercoop. Le raccordement au réseau électrique est obligatoire. Le réseau distributeur s'engage, par contrat, à racheter ce courant à vie et le prix reste fixe sur 15 ans. «Mais les tarifs de rachat d'électricité ont baissé et installer des panneaux photovoltaïques ne sera bientôt plus rentable: les frais de raccordement au réseau sont, de surcroît, de plus en plus élevés. La coopérative est aujourd'hui tout juste bénéficiaire.»

Autre initiative locale: la Mesa (maison de la transition), qui vient de fêter son premier anniversaire (voir l'ambiance et ses actualités sur sa page Facebook). On y retrouve «une partie des activités du réseau national de la transition au Grand-Duché, en lien avec le MDDI (ministère du Développement Durable et des Infrastructures) et d'autres communes», complète Eric Lavillunière.

On se retrouve à la Mesa d'Esch pour manger (une cuisine faite de produits locaux), boire un verre (boissons locales), tricoter, bricoler, tenir la caisse, jouer de la musique, servir les copains, faire ses courses… Ambiance écolo et conviviale  garantie!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Comment manger local au Luxembourg?
Nous continuons notre série sur les initiatives proposées, même à petite échelle, pour lutter concrètement contre le réchauffement climatique au Luxembourg. Aujourd'hui, nous allons vous donner des astuces pour consommer des produits locaux et réduire ainsi votre impact sur l'environnement.
Maison de la transition à Esch/Alzette, le 31 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba