Changer d'édition

Tram: trois bourgmestres ont l'impression d'avoir été dupés
Luxembourg 04.04.2014

Tram: trois bourgmestres ont l'impression d'avoir été dupés

Tram: trois bourgmestres ont l'impression d'avoir été dupés

Photo: LW archives
Luxembourg 04.04.2014

Tram: trois bourgmestres ont l'impression d'avoir été dupés

Les bourgmestres de Hesperange, Niederanven et Sandweiler ont l'impression d'avoir été dupés par le ministère du Développement durable par rapport à la construction du tram.

Selon les bourgmestres Marc Lies (Hesperange) et Raymond Weydert (Niederanven), ils n'auraient pas été mis au courant d'un éventuel co-financement du tram.

"Nous n'avons pas les fonds nécessaires pour financer la partie du tram qui traversera la commune", a expliqué Marc Lies à nos confrères du Luxemburger Wort.

"Personne n'a évoqué un éventuel financement ni même des compensations car le tram passera dans une zone Natura 2000 à Niederanven", renchérit Raymond Weydert.

François Bausch, ministre du Développement durable, a fait savoir via communiqué, "qu'aucune discussion n'avait été menée à ce jour avec les bourgmestres concernant les modalités d'une éventuelle participation financière des communes sur le territoire desquelles sera réalisé le tram".

Tout en précisant que "les bourgmestres des communes de Niederanven et de Sandweiler ont été informés en détail du projet Tram Heienhaff lors de la réunion du comité politique des communes de la "Airrégion" qui a eu lieu le 21 mars dernier.

Quant au bourgmestre de Hesperange, "il s'est vu présenté le projet d'extension du tram vers la Cloche d'Or lors de deux commissions parlementaires du Développement durable", souligne le communiqué.

François Bausch conclut sa justification en précisant que "de façon générale, les communes, à l'exception de la Ville de Luxembourg et des communes membres du syndicat TICE qui exploitent leur propre réseau de bus, ne sont jusqu'à présent pas sollicités par l'État pour participer au financement des transports (publics) de leurs habitants vers leur lieu de travail".